Tebboune : Plus de prérogatives et de moyens aux élus locaux

Algérie, élections locales, code communal – Tebboune : Plus de prérogatives et de moyens aux élus locaux

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé hier soir que le Code communal connaitra un « changement radical » afin d’accorder de « plus larges prérogatives aux élus ».

« Le Code communal connaitra un changement radical », a affirmé le président de la République qui s’exprimait lors d’une rencontre périodique avec les médias. « Ces prérogatives seront accompagnées de moyens car sans moyens, les prérogatives n’ont pas de sens ou d’impact », a assuré le président. « La commune est la cellule principale et la réforme constitue une pierre angulaire de l’édification de la nouvelle République, insiste-t-il, soulignant la nécessité de « revoir ce texte de loi qui gère la commune et donner ainsi de plus larges prérogatives aux élus », insistant sur « la nécessité de donner les moyens aux élus », ce qui exige, a-t-il affirmé, une révision de la fiscalité locale. Vieux projet en souffrance, la réforme du code communal et de wilaya sera au menu du gouvernement, annonce le président de la république. Concernant les élections locales, le président Tebboune a formé le vœu de voir les citoyens participer activement aux prochaines élections locales. « C’est une opportunité pour le changement », mettant l’accent sur le choix de candidats intègres, universitaires et jeunes. La prochaine étape, dit-il, sera celle des réformes structurelles économiques et sociales.

Sur un autre registre, le Président Tebboune a affirmé que l’Etat ne renoncerait point à son caractère social. « Jusqu’à la fin des temps », assure-t-il. Pour ce faire, le président recommande d’ouvrir un large débat, en associant, les partenaires sociaux, pour une révision efficiente du système. Seulement un tiers de la population, parmi les plus riches, sera, dit-il, concerné par la levée des aides publiques. « Les aides sociales en Algérie se poursuivront car le maintien du caractère social démocratique de l’Etat répond à un devoir de fidélité au serment des vaillants chouhadas et à la Proclamation du 1er Novembre 1954 », a-t-il indiqué. « Nous allons poursuivre la prise en charge sociale », a assuré le chef de l’Etat.

Le président de la république a de nouveau réitéré sa volonté d’améliorer les revenus des algériens. 3Je m’engage à améliorer le pouvoir d’achat des algériens », a déclaré le chef de l’Etat. Par ailleurs, il a annoncé la création d’une « inspection générale » qui sera mise sous tutelle de la Présidence de la République afin de « contrôler l’activité des responsables », précisant cette inspection sera appelée à effectuer des visites inopinées. Sur l’existence de cette inspection au niveau du Premier ministère en 2017, le Président Tebboune a fait savoir que c’est à cause de cette inspection qu’il a été mis fin à ses fonctions de Premier ministre.

« A une question sur l’équipe nationale de football, le président de la République a relevé que des parties cherchaient à saper le moral du sélectionneur national Djamel Belmadi qui, a-t-il déploré, fait l’objet de « tentatives de déstabilisation ». Il a exprimé son soutien au sélectionneur national. « L’équipe nationale a notre soutien. Certaines parties tentent de porter atteinte à sa personne et à son moral », indique le Président Tebboune .

« Ce sont des parties internes, mais aussi externes qui tentent à travers des sites électroniques de créer les problèmes à l’Algérie par tous les moyens. Tout vient de là-bas », dit-il.

A noter qu’au début de l’entrevue, le Président a convié les journaliste a poser des questions qui permettent d’éclairer l’opinion publique. « Nous sommes dans un contexte particulier et sensible, le citoyen a le droit d’être informé », a souligné le chef de l’Etat.
Neila Benrahal.

Nous reviendrons plus en détail sur l’entretien dans notre prochaine édition.

El Moudjahid, 27/11/2021

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Edito : Couronnement

Près de 24 millions d’électeurs vont se présenter aux urnes, aujourd’hui, pour le renouvellement des assemblées populaires communales et de wilaya pour un mandat de cinq ans. Pour ces élections anticipées, un nombre considérable de candidats pour les APC et les APW est enregistré, ce qui dénote l’intérêt qu’accordent les partis politiques et les indépendants à cette consultation.

L’Etat a, pour sa part, fourni tous les moyens, humains, matériels et organisationnels. En effet, plus d’un million d’encadreurs seront mobilisés dans 61.696 bureaux et 13.326 centres, repartis à travers 1.541 communes et en présence de 182.981 observateurs délégués par la quarantaine de partis en lice. Il faut noter que la campagne s’est déroulée dans de bonnes conditions, hormis quelques dépassements mineurs.

Les chefs de parti et les candidats indépendants ont sillonné le territoire, soumettant leurs programmes à la population, dans des rencontres de proximité ou de meetings, dans un climat éloigné de tout discours contrevenant au strict respect de la charte d’éthique des pratiques électorales.

Ce scrutin, qualifié de crucial par le président de la République, permettra de choisir librement des édiles à même de prendre en charge les préoccupations et les aspirations des citoyens. Son importance réside également dans le fait qu’il s’inscrit dans le sillage des réformes institutionnelles globales entamées par Abdelmadjid Tebboune, depuis son investiture à la magistrature suprême. A savoir, la révision de la Constitution, l’élection d’une nouvelle Assemblée populaire nationale et l’installation de l’Observatoire national de la société civile, du Conseil supérieur de la jeunesse et de la Cour constitutionnelle. C’est un couronnement de la démarche du Président dans l’objectif de l’édification d’institutions crédibles et jouissant de la confiance du peuple.

Ce n’est pas une joute politique ordinaire qui met en jeu le pouvoir local, étant entendu que le contexte dépasse, et de loin, la simple conquête des APC et des APW. C’est pour cette raison que les formations politiques n’ont eu de cesse d’appeler les citoyens à se diriger vers les urnes.

Il s’agit de convaincre qu’il s’agit d’un devoir national et d’une responsabilité, que c’est une question de préservation de la paix et de la cohésion sociales, menacées par des actes et des manœuvres hostiles orchestrées par des puissances occultes ou identifiées. Il y a lieu de convenir que les électeurs attendent des futurs édiles qu’ils tirent les leçons du passé, qu’ils se mettent à l’écoute des problèmes des citoyens, de les persuader que les choses ont changé. Pour cela, il suffit simplement que l’élu soit capable de faire bouger les lignes dans une gouvernance locale totalement rénovée et conforme au standard de gestion moderne. L’Etat y souscrit, partant du fait que le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, avait annoncé, lors de la présentation au Parlement du Plan d’action de son gouvernement, l’installation, en octobre 2021, d’ateliers de réforme dédiés à la révision des codes communal et de wilaya, en vue de répondre aux exigences du développement local.

EL MOUDJAHID, 27/11/2021

#Algérie #Elections_locales #Code_communal #Tebboune #Prérrogatives #Réformes