Tebboune : « L’Algérie demeurera un Etat social »

Algérie, Tebboune, conférence de presse – Tebboune : « L’Algérie demeurera un Etat social »

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, ce vendredi, que le caractère social de l’Etat sera préservé.
Le chef de l’Etat, qui intervenait lors d’une entrevue avec des représentants de la presse nationale, a insisté sur la préservation du caractère social de l’Etat, notamment à travers la rationalisation des subventions en ciblant exclusivement les catégories démunies. Selon lui, la levée des subventions touchera les plus nantis. Toutefois, le Président a indiqué que ce n’est pas le moment d’en débattre, soulignant que la révision du système des subventions, qui s’inscrit dans le cadre des réformes structurelles, doit être précédée d’un débat national.

Le Président a relevé que la révision des salaires est une arme à double tranchant. Selon lui, la hausse des salaires doit être suivie par une productivité afin d’éviter une inflation incontrôlée, précisant que l’année 2022 sera celle des reformes structurelles. Le Président s’est engagé à améliorer le pouvoir d’achat. «Nous avons toujours pris des mesures sociales, mais qui ne sont pas appliquées sur le terrain», a-t-il rappelé, citant, entre autres, le retard dans le versement de la prime Covid au profit du personnel de la santé. Concernant la flambée des prix, Tebboune a souligné qu’elle n’est pas innocente et qu’elle est «injustifiée», promettant une lutte sans merci contre la spéculation.

Pour lui, il faut réduire à tout prix les difficultés des citoyens à travers la prise en charge de leurs préoccupations. Il a affirmé que l’autosuffisance alimentaire totale et entière n’existe pas à travers le monde, mais «nous pouvons produire plus et atteindre notre autosuffisance dans certains filières grâce au recours aux nouvelles technologies».

Abordant l’investissement, il a soutenu qu’on ne peut pas obliger les investisseurs étrangers à venir. Et de rappeler que les investisseurs étrangers évitent les Etats jaloux de leur souveraineté. «Nous sommes pour la réalisation de projets gagnant-gagnant. L’investissement reste préférable à l’importation», dit-il. Sur le plan social, le chef de l’Etat a indiqué que la valeur de l’allocation chômage sera proche du SNMG dans certains régions, notamment celles où les opportunités de création d’emplois, piliers du développement, sont inexistantes pour le moment. «Elle sera accordée au bénéficiaire jusqu’à ce qu’il trouve un emploi», dit-il.

Évoquant l’accord avec l’Union européenne, le Président a plaidé pour un partenariat mutuellement bénéfique. Dans le sillage des élections locales, le président Tebboune a fait savoir que sur les 1.541 communes que compte le pays, 900 sont pauvres et ne vivent que des subventions de l’Etat, d’où la nécessité de donner tous les prérogatives avec plus de moyens, notamment la révision du régime fiscal et du code communal, aux collectivités locales.

Amokrane H.

Horizons, 27/11/2021

Diplomatie : «Nous rassemblons toujours les parties en désaccord»

Au volet international, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que «notre diplomatie doit refléter la politique intérieure du pays», déplorant que des «Algériens eux-mêmes ne connaissent pas leurs pays».

D’ailleurs, souligne-t-il, «on ne parle de l’Algérie que lorsqu’il y a des arrestations pour la discréditer». Et d’ajouter : «Certains pays de la région dont les peuples souffrent d’oppression et de famine, on ne parle jamais deux.» Notre diplomatie a besoin, dit-il, de «discrétion pour qu’elle puisse atteindre son objectif préalablement défini. Elle travaille, désormais, sur un pied d’égalité avec les autres diplomaties et quiconque nous attaque, nous l’attaquerons». Pour lui, «les relations avec la France doivent revenir à la normale. Mais l’autre partie doit prendre conscience de la nécessité de traiter les autres pays d’égal à égal, sans entraves et encore moins d’imposer sa propre vision, car il s’agit de la souveraineté de notre pays».

Évoquant le prochain sommet de la Ligue arabe qui aura lieu à Alger, Tebboune rappelle que «toutes les instances et institutions internationales ont évolué et font l’objet d’une réforme, à l’exception de la Ligue arabe qui fonctionne selon la même réglementation depuis 1948». Il a indiqué dans ce sillage que «la Syrie devrait être présente au prochain sommet d’Alger que nous voulons inclusif. L’Algérie ne consacre pas la division entre les Arabes, elle rassemble toujours les différentes parties en désaccord».

«Nous sommes avec les pays méditerranéens, arabes et musulmans en bon termes, à l’exception de ceux qui tentent de nuire à notre pays», précise-t-il. Il revient dans ce cadre sur la visite du ministre israélien au Maroc qu’il a qualifié de «visite de la honte». «Pour la première fois depuis la création de l’entité sioniste, un ministre de son gouvernement menace un pays arabe depuis un autre pays arabe», déplore-t-il.

Assia Boucetta

Horizons, 27/11/2021

#Algérie #Tebboune #Etat_social #Prix #Investissement #UE #Elections_Locales #Salaires #Allocations_chômage