Énergie verte : Comment le Maroc a misé sur le solaire

Maroc, énergie renouvelable – Énergie verte : Comment le Maroc a misé sur le solaire

Le Maroc s’est fait un nom en tant que leader en matière de climat. Les énergies renouvelables représentent près des deux cinquièmes de sa capacité électrique, certaines subventions aux combustibles fossiles sont progressivement supprimées et le pays revendique certains des plus grands projets d’énergie propre au monde. Le pays reçoit de nombreux éloges pour ses actions de décarbonisation.

Si sa réputation est méritée, il n’en reste pas moins que le pays est confronté à de réels défis : sa position géographique dans un point chaud du globe le rend vulnérable aux effets du changement climatique. Et même s’il cherche à mettre fin à sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles, sa demande énergétique augmente rapidement.
Malgré ces défis, le Maroc dispose d’un énorme potentiel naturel de production d’énergie solaire, éolienne et hydroélectrique, et prend des mesures importantes pour le réaliser. L’action nationale du Maroc en matière de changement climatique remonte au milieu des années 2000, lorsque le pays prend la décision de devenir un leader régional en matière d’énergie propre et de faire avancer des projets massifs d’énergies renouvelables. Les dirigeants du pays misent sur ces transformations majeures pour être économiquement compétitifs à l’avenir, ainsi que pour réduire la dépendance à l’égard des importations de combustibles fossiles et assurer la sécurité de l’approvisionnement énergétique, explique Mohamed Alaoui, directeur général d’Africa Climate Solutions, un cabinet de conseil basé à Casablanca.

Brillant de mille feux
En 2009, le Maroc met en place un plan énergétique ambitieux visant à ce que 42 % de la capacité électrique totale installée soit constituée d’énergies renouvelables d’ici 2020. Ce plan entraîne une forte expansion de l’énergie éolienne et solaire au cours de la décennie suivante, la capacité photovoltaïque (PV) étant multipliée par 16 (bien que partant d’une base faible) et l’énergie éolienne par 6 d’ici 2020. Le Maroc construit également le complexe Noor-Ouarzazate, la plus grande centrale solaire concentrée du monde, un énorme réseau de miroirs incurvés répartis sur 3 000 hectares (11,6 miles carrés) qui concentrent les rayons du soleil vers des tubes de fluide, le liquide chaud étant ensuite utilisé pour produire de l’énergie.

En juin 2021, le Maroc met à jour son engagement climatique auprès des Nations unies en promettant de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 17 à 18 % d’ici à 2030 par rapport à un scénario de statu quo, avec un objectif élargi à une réduction de 42 à 46 % à condition de recevoir une aide internationale. Le pays déploie également des efforts considérables pour réduire le soutien de l’État aux combustibles fossiles, profitant de la faiblesse des prix du pétrole en 2014-2015 pour supprimer progressivement les subventions à l’essence et au fioul.

Le pays est félicité pour avoir utilisé l’argent économisé sur les subventions aux combustibles fossiles afin d’augmenter les fonds destinés à l’éducation et de mettre en place un régime d’assurance maladie. Cependant, le soutien financier aux produits pétroliers avoisine toujours les 3,4 milliards de dollars (2,5 milliards de livres), soit environ deux tiers du déficit budgétaire annuel du Maroc.

Si les émissions du Maroc sont faibles par rapport à celles de nombreux pays plus développés, la combustion de combustibles fossiles pour la production d’énergie et de ciment reste une source importante d’émissions dans le pays. Le Maroc importe toujours la majeure partie de son énergie pour répondre à sa consommation croissante d’énergie, qui augmente à un taux annuel moyen de 6,5 % entre 2002 et 2015. Une grande partie de cette énergie importée est produite à partir de combustibles fossiles. Le Maroc dépend particulièrement de l’énergie du charbon, qu’il développe parallèlement aux énergies renouvelables, et environ 40 % de l’électricité du pays provient du charbon. Toutefois, lors de la conférence sur le climat COP26 qui s’est tenue à Glasgow ce mois-ci, le Maroc fait partie des 20 pays qui se sont engagés à ne pas construire de nouvelles centrales électriques au charbon.

Pour réduire les émissions, une transformation « rapide et radicale » des industries, de l’urbanisme et des infrastructures doit être mise en place immédiatement, affirme Fatima Driouech, professeur associé de météorologie à l’Université polytechnique Mohammed VI et vice-présidente du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

« Nous devons commencer à réduire les émissions de gaz à effet de serre dès aujourd’hui si nous voulons limiter le réchauffement à 1,5C et donc les impacts du changement climatique », déclare Mme Driouech. Elle note que de nombreux impacts du changement climatique dans des pays comme le Maroc peuvent encore être évités si nous agissons à temps. « Nous pourrions espérer l’éradication de la pauvreté et la réduction des inégalités si le réchauffement climatique était limité à 1,5C plutôt qu’à 2C ou plus. »

Pensez petit
Outre le fait de moins compter sur le charbon pour réduire les émissions de carbone, certains soutiennent que les décideurs marocains devraient se concentrer davantage sur les projets à petite échelle et pas seulement sur les méga-projets, permettant ainsi aux entrepreneurs de répondre aux besoins spécifiques des différentes régions. « Si nous nous comparons à la Tunisie ou à l’Égypte, nous sommes très avancés dans les macro-projets, mais lorsque nous parlons d’énergie pour les particuliers et pour les industries, la réglementation fait défaut », explique Alaoui d’Africa Climate Solutions. « Nous avons une loi sur le climat mais nous n’avons pas de décrets qui permettraient aux personnes et aux industries de mettre en œuvre [facilement] les énergies renouvelables. »

D’autres affirment que les grandes initiatives marocaines en matière d’énergie propre, telles que le projet solaire concentré Noor, bénéficient principalement à des pays extérieurs au Maroc, et non à la population locale. Le Maroc se positionne comme un centre d’énergie propre ayant le potentiel d’exporter de l’énergie renouvelable vers l’Europe, et dispose déjà de deux câbles électriques le reliant à l’Espagne et de plans pour une connexion sous-marine avec le Royaume-Uni. Mais les mégaprojets tels que la centrale de Noor nécessitent l’extraction de grandes quantités d’eau dans une région où l’eau est rare, explique Mohammed Tazrouti, chargé de campagne pour Greenpeace au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. « Lorsque vous exportez de l’énergie, vous exportez de l’eau », dit Tazrouti. « Vous excluez d’autres communautés de ces ressources ».

Greenpeace exhorte également le Maroc à réformer et à améliorer sa loi sur les énergies renouvelables afin de « rendre moins gênante et moins bureaucratique la possession et la vente d’énergies renouvelables par les particuliers ». Elle le pousse également à mettre en œuvre une loi permettant le raccordement au réseau des systèmes d’énergie renouvelable à petite échelle.

Les problèmes d’eau
Le Maroc lui-même commence déjà à ressentir les effets du changement climatique. Les températures annuelles moyennes du pays devraient augmenter de 1,1 °C à 3,5 °C d’ici 2060, en fonction de l’action climatique mondiale. Le royaume d’Afrique du Nord est situé dans un point chaud du changement climatique – l’Institut Max Planck de chimie prévoit que les températures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord augmenteront deux fois plus vite que la moyenne mondiale.

M. Tazrouti, de Greenpeace, estime que le Nord doit investir davantage dans les pays du Sud, dont le Maroc. « Un grand soutien est nécessaire dans les pays du Sud et les pays sous-développés et pauvres qui souffrent et sont en première ligne pour être affectés par le changement climatique », dit-il. Le Maroc a été le huitième plus grand bénéficiaire du financement climatique des pays riches en 2018 et 2019, recevant quelque 600 millions de dollars (348 851 430 000 FCFA).

Les pays qui polluent le plus ont un impact désastreux sur le continent africain, affirme Abdeladim El Hafi, qui était commissaire général du Maroc lors de la conférence des Nations unies sur le climat qui s’est tenue à Marrakech en 2016 (COP22), et qui est aujourd’hui haut-commissaire aux eaux et forêts. De nombreux pays africains sont eux-mêmes loin de produire autant de carbone, mais ils subissent déjà les conséquences du changement climatique.

« Des plans et une aide financière internationale sont nécessaires pour aider les pays vulnérables, les îles et les pays pauvres », déclare Alaoui, citant l’eau comme l’une des principales préoccupations environnementales du pays. « Au Maroc, nous avons besoin de politiques pour gérer, recycler et réutiliser l’eau. Nous avons besoin d’une assurance climatique pour les sécheresses et les incendies fréquents, et nous avons besoin d’une agriculture durable et intelligente. »

L’Institut des ressources mondiales avertit que les ressources en eau du Maroc sont soumises à un stress élevé, car la plupart d’entre elles sont utilisées pour l’agriculture domestique et pour ses industries. D’ici la fin du siècle, les précipitations pourraient diminuer de 20 à 30 %.

La pénurie d’eau au Maroc frappe durement, car la collecte de l’eau reste un problème majeur dans ce pays à forte intensité agricole, laissant place au mécontentement et au désespoir. Ces dernières années, dans des endroits comme la ville de Zagora, dans le sud du Maroc, les habitants ont protesté contre les pénuries d’eau.

D’une manière générale, il est nécessaire de mettre en place des réformes et des actions environnementales qui tiennent également compte de la riche biodiversité du pays, explique M. El Hafi. Les initiatives doivent également tenir compte des contextes et des besoins locaux, dit-il, ajoutant que les efforts déployés depuis des décennies ont ouvert la voie à un plan plus solide.

« Les politiques relatives à la [pénurie] d’eau au Maroc depuis les années 1960 ont été assez visionnaires », dit-il. Par exemple, la décision de construire une multitude de grands barrages a permis au Maroc de traverser des périodes de sécheresse sans pénurie alimentaire, dit-il.

L’écologiste Hajar Khamlichi, basée à Tanger, pense également qu’il est possible de s’adapter au changement climatique et de résoudre le problème de l’eau. Certains programmes marocains constituent des pas encourageants dans la bonne direction, dit-elle, notamment l’utilisation de stations d’épuration des eaux usées pour traiter l’eau destinée à l’irrigation, la construction de nouveaux barrages et le dessalement de l’eau de mer alimenté par des énergies renouvelables. « Il faut encore mettre en place des politiques et une vision », dit-elle.

Khamlichi, président et cofondateur du Réseau méditerranéen des jeunes pour le climat, qui rassemble différentes organisations de jeunes des pays méditerranéens, estime que les défis climatiques croissants au Maroc doivent être relevés de front. « Il y a beaucoup de travail à faire et les défis sont grands », dit-elle. « Au fil du temps, nous remarquons de plus en plus de problèmes, mais nous trouvons aussi des solutions. »

Rachid Ennassiri, un écologiste marocain, fonde en 2018 le Centre marocain de la jeunesse pour l’énergie durable. Cette organisation nationale compte parmi ses membres des personnes de la région de Ouarzazate, dans le sud, où se trouvent de nombreux mégaprojets, dont l’usine Noor. Au fil des ans, Ennassiri travaille sur plusieurs initiatives liées au changement climatique, notamment un projet visant à rendre les mosquées plus durables grâce à l’utilisation de panneaux solaires.

Selon M. Ennassiri, le Maroc ne peut pas simplement continuer à suivre son plan initial d’expansion des énergies renouvelables. « 2021 n’est pas 2009 », dit-il, en référence à la date du premier plan marocain visant à réduire les émissions de carbone et à limiter la dépendance aux combustibles fossiles. « Pour augmenter les énergies renouvelables, des réformes majeures doivent être faites ».

Aida Alami

BBC, 26/11/2021

#Maroc #Energie_verte #Energie_renouvelable #Solaire