Pourquoi l’Espagne propose sa médiation entre Alger et Rabat?

Algérie, Maroc, Espagne, Mauritanie – Pourquoi l’Espagne propose sa médiation entre Alger et Rabat?

Normalement, vous n’hésitez pas à aider vos voisins à désamorcer les tensions pour qu’elles ne vous affectent pas. Cependant, si vous étiez la cause directe ou indirecte d’une telle tension, voudriez-vous vraiment le faire ? Par rapport à la tension entre l’Algérie et le Maroc, l’Espagne peut-elle être un médiateur honnête ? Il faut aussi se demander si l’Algérie acceptera, en principe, toute médiation dans son différend avec le Maroc, ou si elle a posé une condition pour avoir un médiateur spécifique.

Le langage des responsables algériens ne laisse aucun doute sur le fait qu’ils rejettent totalement l’idée de médiation, mais cela peut être un tour de passe-passe diplomatique pour masquer la préférence d’un médiateur par rapport à un autre. Ils ont bloqué les efforts arabes et du Golfe pour contenir la crise et n’ont prêté aucune attention aux efforts de la Mauritanie à cet égard.

Alors, qui est le médiateur préféré ? Serait-ce l’Espagne ? L’affaire se complique de jour en jour, compte tenu du nombre de rejets de propositions pour tendre la main aux voisins de l’Algérie. Monter sur un grand cheval est relativement facile ; descendre est plus difficile.

Si l’Espagne a d’abord fait preuve d’indifférence face aux développements en cours outre-Méditerranée, elle a désormais manifesté son souhait de rapprocher les parties ce week-end lors d’une réunion régionale à Barcelone. Qu’est-ce qui a poussé les Espagnols à frapper à une porte dont ils savent trop bien qu’elle aurait besoin d’un miracle pour s’ouvrir ? Était-ce de bonnes intentions ?

L’Espagne et la Mauritanie ont peut-être proposé une médiation entre l’Algérie et le Maroc, mais leurs calculs régionaux sont très différents. S’il est possible d’expliquer les déclarations officielles et les suggestions de Nouakchott concernant la volonté d’apaiser la tension entre Alger et Rabat – les Mauritaniens tiennent à ne pas payer le prix d’une escalade supplémentaire en raison de facteurs géographiques et démographiques bien connus – il est difficile pour trouver une justification convaincante aux déclarations similaires de Madrid.

Des questions subsistent sur ce qui a poussé le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares à dire il y a deux semaines à Diario de Sevilla , par exemple, que le Maroc et l’Algérie sont « des pays partenaires essentiels de l’Espagne et de l’Union européenne » et qu’il construisait une relation avec eux dans le Méditerranéen. Il a ensuite déclaré, sur un ton quelque peu festif, comme s’il annonçait un événement extraordinaire, que Barcelone accueillera la réunion de l’Union de la Méditerranée, où ils discuteront de ces questions.

En apparence, cela reflète l’inquiétude de Madrid concernant la position critique des relations maroco-algériennes au cours des derniers mois, et la crainte de l’Espagne de supporter ne serait-ce que certaines des conséquences d’une nouvelle escalade dans les prochains jours. Dans quelle mesure cet argument est-il logique et plausible ? N’est-il pas dans l’intérêt de l’Espagne que l’hostilité et la brouille entre les deux voisins maghrébins perdurent ? Si Alger et Rabat résolvent leurs différends, que gagnera l’Espagne ? Ne serait-ce pas le perdant si les deux principales puissances d’Afrique du Nord se réunissaient ?

La logique suppose que le motif principal des déclarations officielles espagnoles est la volonté de repositionner Madrid dans la région, et de prendre les rênes et le leadership dans la région, quitte à donner l’impression que l’Espagne est le petit gendarme régional. La médiation a besoin de plus que des communiqués de presse pour réussir ; cela demande de sérieux efforts et des actions loin des projecteurs. Pour cette raison, il semble que l’empressement de l’Espagne à publier des déclarations officielles reflète, dans une large mesure, une sorte de protestation indirecte de Madrid contre son exclusion du rôle de médiateur entre l’Algérie et le Maroc en raison du manque d’enthousiasme des deux pour que l’Espagne joue un tel rôle.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères est revenu d’Algérie en septembre avec la promesse que le gaz continuerait d’être fourni à l’Espagne, sans que personne ne sache comment cela pourrait être fait, ni si Madrid avait réfléchi à l’impact que cela aurait sur ses relations avec Rabat. A l’époque, les Algériens avaient dit que l’Espagne n’avait rien à voir avec ses différends avec le Maroc, et que la décision de l’Algérie de fermer le gazoduc vers l’Espagne après son passage par le Maroc n’affecterait pas les Espagnols. De plus, même si Rabat acceptait des pourparlers avec l’Algérie, il ne serait pas très enthousiaste à l’idée d’avoir la médiation espagnole.

Est-ce à dire que nous n’assisterons pas à une poignée de main historique ce week-end entre les ministres des Affaires étrangères marocain et algérien à Barcelone ? S’il a lieu, il n’est pas certain que ce soit le résultat d’une médiation espagnole plutôt que des efforts de qui que ce soit.

Cependant, la simple indication d’un léger dégel entre les deux voisins peut être considérée en Espagne comme une victoire de la diplomatie ibérique. Celui-ci a subi des revers au Maghreb, cela ne fait aucun doute. L’Espagne a perdu de son influence et de son poids diplomatique, notamment parce qu’elle a autorisé le chef du Front Polisario à entrer dans le pays pour un traitement médical. Pendant ce temps, un cauchemar récurrent pour Madrid est de savoir comment le Maroc et l’Algérie traiteront avec l’Espagne à l’avenir s’ils parviennent à reprendre des relations normales. Cela hante les Espagnols plus que leurs craintes que la tension actuelle ne se poursuive indéfiniment.

Cet article a été publié pour la première fois en arabe dans Al-Quds Al-Arabi le 23 novembre 2021

Nizar Boulihya

Middle East Monitor, 24/11/2021

#Maroc #Algérie #Espagne #Mauritanie #EAU #Arabie_Saoudite #Médiation #UpM

Be the first to comment

Leave a Reply