Engager le Maroc: un pari que l’Espagne ne veut pas perdre

Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Ceuta, Melilla – Engager le Maroc: un pari que l’Espagne ne veut pas perdre

Dans une partie d’échecs, chaque joueur connaît le type de jeu auquel il joue et déplace les pièces à tour de rôle. En plus de l’avantage relatif de faire une ouverture cohérente avec vos objectifs, vous devez anticiper les mouvements de votre adversaire et planifier en conséquence.

Le Maroc a déplacé des pièces les 17 et 18 mai 2021, lorsqu’il a accueilli 8 000 immigrants dans la ville de Ceuta, territoire espagnol en Afrique et frontière extérieure de l’Union européenne. Il l’a fait sans prévenir, négligeant ses fonctions de gardien des frontières et permettant l’entrée d’une masse de migrants représentant 9,5 % de la population de Ceuta.

Cet épisode est d’un caractère inédit : il s’est produit dans le contexte d’un changement géopolitique au Maghreb, dans une dégradation sans précédent des relations Rabat-Madrid, et il a été d’une ampleur inégalée. La particularité de l’événement exige une évaluation des relations entre les deux pays et de la stratégie de l’Espagne vis-à-vis du Maroc. Madrid sait-il qu’il joue aux échecs avec Rabat ? Est-il capable de lire à l’avance les mouvements du Maroc ? A-t-il une stratégie efficace ?

Fond

Cet acte a lieu au cours d’une période de changements dramatiques dans l’espace maghrébin. À savoir, les hostilités sur le Sahara occidental ont de nouveau éclaté en 2019. En outre, les relations du Maroc avec Alger se sont considérablement détériorées, tandis que ses relations avec l’Europe sont devenues plus tendues à la suite des décisions de la CJUE en 2021 et des conflits avec la France et Berlin. Washington a accru son soutien au Maroc, reconnaissant sa souveraineté sur le Sahara occidental et fournissant des fournitures d’armes et une coopération militaire. En parallèle, Rabat s’oriente vers l’Afrique, renforce ses liens avec le Sahel et étend ses contacts diplomatiques avec le Nigeria, le Sénégal et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Ces changements renforcent l’importance des déplacements du Maroc et soulignent la pertinence de ses interactions avec son seul voisin européen : l’Espagne.

Les relations entre l’Espagne et le Maroc ont toujours été conflictuelles et prospères à parts égales. Aux aspects positifs des relations commerciales, de la complémentarité économique et de la coopération dans la lutte contre le terrorisme s’ajoutent des aspects problématiques : revendications territoriales sur les possessions espagnoles en Afrique, questions de délimitation maritime et d’immigration. Le rejet par le Maroc du principe de l’ Uti possidetis juris , cherchant à modifier les frontières héritées du colonialisme, a amené des conflits dans ses relations avec ses voisins. Avec l’Espagne, cela est évident dans des événements tels que la guerre d’Ifni (Maroc-Espagne), la Marche verte, la crise de Perejil et les événements de Ceuta en mai de cette année.

Dans les médias, les relations entre les royaumes d’Espagne et du Maroc sont façonnées par des conflits, comme la crise de Perejil en 2002 et 2010-2011 sans ambassadeur du Maroc à Madrid. Ces affrontements, impliquant généralement des territoires espagnols en Afrique ou des questions d’une grande sensibilité publique telles que la migration ou le Sahara occidental, sont de courte durée et normalement rapidement résolus. En conséquence, les relations entre Madrid et Rabat sont de nature cyclique et font partie de la politique intérieure espagnole. Cela conditionne que les moments forts de leurs relations ne durent jamais longtemps et que les réponses de l’Espagne en discutant publiquement du Sahara, de Ceuta et de Melilla soient évitantes plutôt qu’assertives. Dans ce cadre, les événements de Ceuta 2021 peuvent être compris comme un nouveau revers dans le développement de relations complexes.

Ces conflits contrastent avec l’interaction économique profondément imbriquée de l’Espagne avec le Maroc. Des secteurs tels que l’automobile, le textile et l’agriculture font partie de la même chaîne de valeur. Le Maroc est le deuxième partenaire hors UE de l’Espagne tandis que l’Espagne a dépasséLa France comme principal fournisseur du Maroc. Cela répond au concept de « coussin d’intérêts » avancé par l’Espagne dans les années 1990. L’idée centrale de cette stratégie est qu’une interdépendance économique accrue réduira les tensions politiques. Selon cette théorie, l’économie marocaine étant plus dépendante de l’Espagne que l’Espagne ne l’est du Maroc, Rabat serait contraint dans ses mouvements politiques. Cependant, compte tenu de la fréquence des conflits entre les deux royaumes, cette approche libérale est d’une efficacité douteuse.

La combinaison de malentendus fréquents et d’interactions économiques croissantes n’est pas le seul paradoxe à relever dans les relations des deux royaumes. Sur le plan politique, la synchronisation entre les maisons royales des pays (principalement entre Juan Carlos I et Hassan II dans le passé mais aussi entre Mohamed VI et Felipe VI à l’ heure actuelle ) contraste avec les six années sans réunions annuelles de haut niveau. requis par le traité d’amitié entre les deux pays. Par ailleurs, le Premier ministre Sanchez a rompu avec la tradition espagnole de payer le premier voyage étranger au Maroc, en place depuis les années 1980.

Bref, les problèmes entre Madrid et Rabat sont cycliques et affectent grandement la politique intérieure espagnole. Ni la force de l’interaction commerciale ni la proximité entre leurs rois ne suffisent à lisser les relations entre les deux pays.

Les axes de la relation entre l’Espagne et le Maroc

La complexité des relations entre l’Espagne et le Maroc s’articule autour de six axes : les migrations, le terrorisme, l’énergie, le Sahara, Ceuta et Melilla, et l’Union européenne. Chaque axe génère une série d’opportunités et de vulnérabilités pour l’Espagne, et c’est la confluence de ces axes qui détermine les hauts et les bas entre les deux pays.

Le premier de ces axes est la migration. En raison de son omniprésence soutenue dans les médias, c’est celui qui concerne le plus la politique intérieure espagnole. Les immigrants subsahariens et marocains arrivent en Espagne par deux voies différentes : par voie maritime (vers la péninsule et les îles Canaries) et par voie terrestre (à travers les villes espagnoles d’Afrique de Ceuta et Melilla). Depuis 1992, Madrid a intensifié sa coopération avec Rabat dans ce domaine.

Actuellement, le système d’externalisation des frontières est présent dans le rapatriement des immigrés, les patrouilles conjointes de police maritime, les commissariats conjoints, les raids contre les assauts massifs sur les barrières frontalières, et la construction et le contrôle de la barrière de Nador au Maroc. Ces projets sont financés par des fonds européens, que le Maroc souhaite voir se multiplier . Cette collaboration est asymétrique : le Maroc a le contrôle exclusif de la frontière, et l’Espagne dépend de son bon vouloir. Rabat, conscient de cela, n’hésite pas à instrumentaliser la question.

Le deuxième axe est la coopération antiterroriste et sécuritaire. La collaboration dans ce domaine est née des attentats terroristes de Madrid le 11 mars 2004. La coopération s’étend désormais à la coopération policière, judiciaire et de renseignement. De plus, dans le but de contrôler la radicalisation, Rabat nomme une partie des imams en Espagne. Là encore, l’asymétrie est en faveur du Maroc. Les imams marocains pourraient se positionner en faveur des intérêts de leur pays d’origine. De plus, la coopération antiterroriste est essentielle pour la sécurité nationale de l’Espagne, et sa perte potentielle mettrait l’Espagne en danger.

Le troisième axe est l’énergie. La présence espagnole dans ce domaine est importante, avec une participation au développement de l’énergie solaire et éolienne au Maroc et à ses centrales à cycle combiné. De plus, l’Espagne exporte de l’électricité vers le Maroc à travers deux interconnexions avec la péninsule ibérique, qui représente 20 % de la demande marocaine. L’Espagne était autrefois dépendante du gazoduc Maghreb-Europe, qui passait par le Maroc. Sa fermeture en novembre 2021 a réduit cette dépendance mais a posé un problème pour garantir l’approvisionnement en gaz de l’Espagne. Dans ce domaine, l’Espagne a le dessus : elle a opposé son veto au Plan Solaire Méditerranéen au Maroc (pour éviter la concurrence avec la production renouvelable espagnole) et a rejeté une 3e interconnexion électrique demandée par le Maroc.

Le quatrième axe est celui du Sahara occidental. Cette ancienne colonie espagnole est d’une importance viscérale pour le Maroc. Au cœur de ses revendications territoriales, le conflit perdure depuis son début dans les années 1970, et Rabat manque de soutien international sur sa position. C’est d’ailleurs un sujet d’actualité, autour duquel le Maroc a récemment gagné le soutien américain, le rejet français et allemand, et sur lequel il a déclaré qu’il ne signerait pas d’accords commerciaux n’incluant pas le Sahara occidental.

L’Espagne est confrontée à un dilemme puisqu’elle doit choisir entre son opinion publique (sensible à la cause sahraouie) et ses relations commerciales avec le Maroc. De ce fait, il conserve une double position. Officiellement, l’Espagne soutient une solution par l’intermédiaire de l’ONU, envoie une aide humanitaire aux camps de réfugiés sahraouis de Tindouf, reconnaît le Front Polisario comme représentant du peuple sahraoui et rejette les revendications marocaines sur les eaux des Canaries au motif que Rabat n’a aucune souveraineté sur le Sahara occidental .

Néanmoins, elle applaudit le projet d’autonomie proposé en 2007 par le Maroc (qui n’envisage pas l’indépendance), a rejeté l’initiative américaine d’étendre le mandat de la MINURSO à la surveillance des droits humains en 2013, et défend les intérêts du Maroc (et les siens) devant les arrêts de la CJUE. sur les accords commerciaux impliquant le Sahara occidental. La complexité de cet axe, qui oblige l’Espagne à marcher dans les deux sens à la fois, est une menace pour toute relation constructive avec le Maroc.

Le cinquième axe concerne les revendications du Maroc sur les villes autonomes de Ceuta et Melilla et les îles espagnoles au large des côtes marocaines. L’effort de Rabat pour rétablir ses frontières « authentiques » ne s’arrête pas au Sahara, s’étendant encore plus dans ces territoires espagnols, sur lesquels il a une revendication permanente.

Ces territoires ont quatre problèmes.

-Economiquement, ils dépendent du commerce marocain et des subventions espagnoles,
-démographiquement, la croissance de la population d’origine marocaine entraîne des changements dans la structure sociale qui peuvent être source de conflits,
-la protection internationale est relative, puisque les territoires espagnols ne sont pas explicitement protégés par l’OTAN, et bien qu’ils fassent partie de l’UE et de l’espace Schengen, ils ne font pas partie de l’Union douanière,
-les îles ne figurent pas dans la Constitution espagnole ni dans l’organisation territoriale espagnole.

Profitant de ces faiblesses, le Maroc a utilisé différentes stratégies pour renforcer ses revendications : blocus économiques, vetos contre la poursuite de l’intégration dans l’UE, rhétorique du colonialisme et comparaisons avec Gibraltar, voire la crise de Perejil en 2002, dans laquelle un petit groupe de la marine marocaine occupait l’une des îles espagnoles. Cet axe a une présence latente dans les relations entre les deux pays : bien que Madrid évite sa mention publique, les revendications de Rabat peuvent aboutir à une confrontation directe des intérêts nationaux espagnols.

Enfin, le sixième et dernier axe est l’Union européenne. La relation de l’Espagne avec le Maroc est basée sur la politique européenne de voisinage et sur l’Union pour la Méditerranée. Par ailleurs, cette relation tourne actuellement autour de l’octroi de fonds au Maroc pour l’externalisation des frontières, les accords commerciaux sur l’agriculture et la pêche, et les arrêts de la CJUE sur ceux-ci, qui depuis 2015 ont compliqué les relations de Bruxelles avec Rabat. En effet, le Maroc a changé d’ attitude envers l’UE depuis 2008, réduisant ses concessions, augmentant ses exigences et adoptant un discours plus pragmatique. Dans le cadre des relations Madrid-Rabat, l’UE a agi comme un pacificateur, réduisant les conflits bilatéraux. Cependant, l’Espagne est limitée au sein de la structure multilatérale, puisqu’elle ne peut pas imposer ses préférences et son pouvoir se limite à bloquer les initiatives (comme il l’a fait avec la libéralisation agricole par exemple). De plus, les arrêts de la CJUE ont empoisonné les relations bilatérales entre l’Espagne et le Maroc.

Ce qui est aujourd’hui la coopération en matière de migration, de sécurité et d’énergie, en raison des conflits autour du Sahara ou de Ceuta et Melilla peut devenir un jour une dépendance indésirable. Trop de questions liées à la sécurité nationale espagnole sont soumises à la bonne volonté de Rabat. C’est pourquoi les désaccords entre les deux pays provoquent tant de remous en Espagne, même s’ils ne tournent pas toujours autour de chacun des 6 axes décrits ci-dessus.

Ceuta 2021 — Nouvelle crise ou point de non-retour ?

Cet article commence par les événements du 18 mai 2021, lorsque le Maroc a assoupli ses contrôles aux frontières et autorisé plus de 8 000 sans-papiers, pour la plupart de jeunes Marocains, à entrer dans la ville de Ceuta. Le chiffre est sans précédent, environ 10 fois plus élevé que ce qui était reçu jusque-là. Il convient de se demander si cet événement est un simple retournement des relations conjoncturelles entre le Maroc et l’Espagne, ou s’il implique quelque chose de différent.

Lorsque la crise de Ceuta en 2021 est relativisée, on observe une détérioration extraordinaire des relations entre le Maroc et l’Espagne, renforcée par les actions unilatérales de Rabat. En 2018, le Maroc a fermé la frontière commerciale avec Melilla. En 2019, il a durci la lutte contre la contrebande à Ceuta, entravant le passage des frontières et interdit à ses agents d’entrer à Ceuta ou Melilla. À ce jour, cela a soumis les deux villes à une asphyxie économique sans précédent. En 2020, le Maroc a opposé son veto à l’entrée du poisson marocain à Ceuta et a relancé le différend sur la délimitation des frontières maritimes dans les eaux canariennes. En 2021, il a installéune ferme piscicole dans les eaux espagnoles près des îles Chafarinas sans autorisation. Ces dernières années, les relations entre les deux pays se sont progressivement dégradées, camouflées derrière la pandémie de Covid-19 et autour de questions d’importance relative, qui n’affectent qu’indirectement les 6 axes ci-dessus évoqués.

En revanche, la crise de Ceuta est pertinente dans presque tous ses aspects.

Le Maroc instrumentalise l’immigration, laissant de côté ses obligations de garde-frontière.
Le conflit du Sahara occidental reste en toile de fond : la crise était une forme de protestation de Rabat contre l’hospitalisation en Espagne du leader du Front Polisario Brahim Ghali, organisée de manière opaque par Madrid.
Malgré les tentatives de Rabat de maintenir la crise dans le cadre bilatéral, elle a dégénéré jusqu’à l’Union européenne, où l’Espagne a reçu le soutien de la Commission européenne, du Parlement européen (qui a prononcé une condamnation pour violation des droits de l’enfant contre le Maroc), et même de la France. .
La crise a été suivie par la réactivation des revendications territoriales sur Ceuta et Melilla : le Premier ministre marocain a comparé la situation au Sahara occidental.
Face aux vecteurs nombreux et inhabituels de cette crise, l’Espagne doit identifier quel objectif poursuit le Maroc, et quelles seront ses prochaines étapes. Rabat cherche évidemment à capitaliser sur l’élan donné par la reconnaissance américaine de sa souveraineté sur le Sahara et ses relations vigoureuses avec certains de ses voisins africains.

De plus, la détérioration des relations a coïncidé avec une détérioration de la politique intérieure espagnole, alors que le Maroc profite de l’indépendance, de l’instabilité gouvernementale, du COVID-19, etc. Le Maroc poursuit-il une stratégie contre l’Espagne ? C’est ce que présume le renseignement espagnol , sans trop savoir de quelle stratégie il s’agit. En fait, le CNI considère que la crise de Ceuta n’est pas un problème d’immigration, mais une invasion qui peut se répéter à nouveau. Rabat aurait pu entraîner le conflit dans une zone grise, auquel cas il s’agirait d’établir l’environnement, en attendant les opportunités.

La situation actuelle ne s’inscrit pas dans le schéma cyclique qui caractérise ses relations avec le Maroc. Ceuta et Melilla étouffent, les services secrets espagnols craignent de perdre la collaboration antiterroriste avec le Maroc, Rabat est en position de force et Madrid est incapable de reconnaître quelle sera la prochaine étape du Maroc, se limitant à essayer de remettre sur les rails une relation de plus en plus ancrée. . L’élan avec lequel Rabat fait pression pour la reconnaissance de sa souveraineté sur le Sahara, et son extrapolation de celle-ci à Ceuta et Melilla, suggère que les désaccords avec l’Espagne ne sont pas terminés.

Dans tout cela, la stratégie de l’Espagne vis-à-vis du Maroc est inefficace. Le libéralisme du coussin d’intérêts a échoué. Elle reposait sur des éléments d’intérêt national pour l’Espagne (migrations, terrorisme, etc.) mais pas pour le Maroc. Le seul domaine où Madrid a une position avantageuse est l’énergie : l’Espagne exporte de l’électricité vers le Maroc, continue de refuser d’établir une troisième interconnexion électrique et reçoit des demandes marocaines pour que l’Espagne réexporte le gaz algérien. De plus, l’Espagne a appris que le Maroc craint de perdre sa réputation auprès de l’Union européenne et essaie d’empêcher l’UE de s’impliquer dans ses relations bilatérales. Grâce à l’intervention de l’UE, le Maroc a fait un faux pas lors de la crise de Ceuta cette année.

Cependant, tout porte à croire que Madrid est convaincu que les hauts et les bas continueront de prévaloir dans ses relations avec Rabat et il accepte l’ invitation de Mohamed VI d’inaugurer une étape inédite dans les relations entre les deux pays. Il est donc prévisible que l’Espagne maintienne le Maroc comme l’un des deux pays pilotes de son FocusLe plan Afrique 2023, lui accordant ainsi qu’au Sénégal une attention sans précédent dans le développement de relations constructives, et exportera cette expérience vers d’autres pays africains. Dans une partie d’échecs, chaque joueur connaît le type de jeu auquel il joue et déplace les pièces à tour de rôle. L’Espagne sait qu’elle joue, mais elle n’a pas réalisé que le jeu a changé et que l’échiquier est différent. Il a sauté plusieurs tours et, depuis trop longtemps, ses pièces sont restées immobiles.

Jésus Yaniz Gonzalez

RIAC, 19/11/2021

#Espagne #Maroc #Algérie #Sahara_Occidental #Ceuta #Melilla #Migration #Iles_Canaries