Algérie-Maroc : La guerre commerciale

Algérie, Maroc, Afrique, Mauritanie – Algérie-Maroc : La guerre commerciale

L’Algérie a annoncé, jeudi, sa décision d’augmenter la «cadence de ses exportations vers l’Afrique» dans un contexte marqué par de fortes tensions liées à l’attaque perpétrée le 1er novembre dernier contre trois camionneurs algériens effectuant le trajet Ouargla-Nouakchott.

Abla Chérif – Alger (Le Soir) – Cette annonce a été faite par le ministre du Commerce le jour de l’envoi d’un «convoi commercial composé de 28 semi-remorques chargés de marchandises algériennes en direction de la Mauritanie et du Sénégal». L’agence gouvernementale APS, qui reprend ces propos, a livré d’autres détails au sujet de cette opération. On apprend ainsi que sur «les 28 camions qui constituent le convoi de ce jeudi, trois d’entre eux poursuivent leur chemin vers le Sénégal où ils acheminaient d’ailleurs des marchandises dans le cadre de la participation de l’Algérie à la 29e édition de la Foire internationale de Dakar.
Les 25 camions à destination de la Mauritanie transportent, quant à eux, 820 tonnes de marchandises, dont 480 tonnes de produits agroalimentaires, 200 tonnes de ciment, 100 tonnes de produits d’emballage et 40 tonnes d’articles en plastique».

Selon la même source, d’autres convois prendront prochainement le départ à partir des zones frontalières de Tindouf, Bordj-Badji-Mokhtar, Debdeb et Tamanrasset. L’Algérie veut ainsi faire passer un message «fort», destiné essentiellement à dire qu’elle ne «renoncera pas à l’Afrique ni à ses exportations vers les pays limitrophes (…). En dépit des difficultés et des défis, elle augmentera, au contraire, la cadence de ces exportations vers l’Afrique». «C’est une riposte aux parties qui croient semer en nous la terreur et la peur», a également indiqué le ministre du Commerce.
Dans le contexte actuel, ces propos éclairent davantage sur la perception qu’a Alger des événements qui ont coûté la vie aux trois camionneurs algériens dans les territoires sahraouis.

Le 3 novembre dernier, la présidence de la République avait publié un communiqué dans lequel elle accusait directement le Maroc d’être à l’origine du «bombardement mené avec un armement sophistiqué». L’Algérie avait également fait savoir qu’elle poursuivrait son enquête pour mettre à nu les tenants et les aboutissants de cette grave affaire. Jusqu’à l’heure, aucune communication officielle sur le sujet n’a été enregistrée. Les ministres et officiels qui se sont exprimés ont condamné l’attaque sans pour autant fournir de détails sur les raisons ou motivations du Maroc dans cette grave affaire.

L’annonce de la décision de l’Algérie d’augmenter la cadence de ses exportations vers l’Afrique et le fait de l’avoir présentée comme étant une riposte à l’événement du 1er novembre permettent, cependant, de mesurer l’ampleur de la guerre du commerce qui se mène dans la région. Une région où le Maroc croit pouvoir agir à sa guise, a son avantage surtout, en contrôlant les axes routiers menant aux portes de l’Afrique.

Cette politique basée sur une offensive aveugle s’est particulièrement manifestée à Guerguerate, dans les territoires occupés du Sahara Occidental, et a fait d’ailleurs basculer le cessez-le feu au Sahara Occidental.

Abla Chérif

Le Soir d’Algérie, 20/11/2021

#Maroc #Algérie #Commerce #Mauritanie #Afrique-ouest