Sahara : La solution, un arbitrage de l’ONU et des pays tiers

Tags: Sahara Occidental, Maroc, Algérie, ONU, Front Polisario – Sahara : La solution, un arbitrage de l’ONU et des pays tiers

Expert maghrébin et politologue, ce professeur à l’Université de Paris estime que l’Algérie et le Maroc n’entreront pas en guerre car cela ne profite à aucun d’eux.
Khadija Mohsen-Finan (Tunis, 1957) est professeur de science politique à l’université de Paris 1. Experte du Maghreb et du conflit au Sahara occidental, elle vient de publier « Tunisie, L’apprentissage de la démocratie 2011-2021 » (Tunisie, l’apprentissage de la démocratie 2011-2021). Ce jeudi, il a participé à Barcelone à un débat sur les défis pour la stabilité de la Méditerranée à l’Institut Europeu de la Mediterrània (IEMed). Avant de répondre aux questions d’EL PERIÓDICO.

Le Maroc et l’Algérie vivent un moment de haute tension. Pensez-vous que cela pourrait aboutir à un conflit armé ou est-ce une possibilité qui n’intéresse aucun des deux États ?

Je pense qu’on pense beaucoup à une escalade militaire car les deux pays sont lourdement armés. Le rapport du Stockholm International Peace Studies Institute (SIPRI) montre que ce sont les pays africains qui achètent le plus d’armes après l’Egypte, des armes de plus en plus sophistiquées et d’origines différentes. Mais il n’est pas destiné à combattre le djihadisme, c’est une arme de guerre. Cependant, je crois que les deux états ne vont pas se faire la guerre, cela n’en profite pas non plus. Je pense que le conflit va continuer entre les deux au-delà de leurs frontières, au Mali ou en Libye, peut-être politiquement au sein de l’Union africaine, mais je ne pense pas qu’il se terminera par un vrai conflit. L’Algérie pourrait être tentée d’armer le Front Polisario, qui dispose aujourd’hui d’équipements très obsolètes et dépassés, mais il ne suffirait pas de donner des armes au Front Polisario, il faudrait aussi une formation. Aujourd’hui, elle n’a pas les moyens militaires de combattre les forces armées marocaines.

La reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental il y a près d’un an a marqué un tournant dans les relations entre les deux pays voisins, même si la nouvelle administration de Joe Biden a laissé la question de côté.

En fait, Biden n’a pas mis la question de côté car Anthony Blinken a dit qu’il fallait, malgré tout, revenir au droit international. Mais à aucun moment, ni Biden ni Blinken, n’ont nié ce que disait Donald Trump. Cela signifie, selon moi, qu’au fond, Washington n’est pas gêné par le fait que le Maroc continue d’administrer de facto le Sahara occidental et de gérer ses ressources. En fait, les États-Unis sont le grand allié du Maroc.

Au fond de la rivalité entre l’Algérie et le Maroc se trouve la lutte pour le leadership en Afrique.

En effet, il existe une rivalité entre les deux pays qui a débuté après l’indépendance de l’Algérie au niveau maghrébin et ils se disputent aujourd’hui le leadership de l’Afrique, même si ces dernières années l’Algérie a perdu de l’influence sur le continent. Dans le passé, il avait une diplomatie très puissante qu’il a perdue et qu’il essaie de regagner. Et il a vu à quel point au sein de l’Union africaine, cela a moins de poids. Le Maroc, au contraire, marque des points, tant par sa diplomatie religieuse que par ses investissements économiques.

L’Espagne doit-elle jouer un rôle d’arbitre dans le conflit entre l’Algérie et le Maroc ?

L’Espagne pourrait, à mon avis, mais elle ne le veut pas vraiment. Il n’a aucun intérêt à contrarier l’un ou l’autre de ces deux pays car il doit négocier avec l’Algérie sur la question énergétique et c’est un partenaire économique pour le Maroc, qui est un gros acheteur et va être un gros acheteur de gaz algérien. Madrid est entre deux eaux car ce sont des pays voisins, ce sont des pays alliés et l’Espagne n’est pas totalement étrangère au conflit du Sahara occidental.

En 1991, le Conseil de sécurité de l’ONU a établi qu’un référendum sur l’autodétermination devrait être préparé au Sahara occidental. Trente ans plus tard, il n’a toujours pas eu lieu…

Je pense qu’il n’aura jamais lieu. Il n’était plus possible de l’organiser en 1992 et, aujourd’hui, comment voulez-vous demander à quelqu’un qui vit sur le territoire du Sahara occidental depuis plus de 40 ans s’il est sahraoui ou non. Qui est sahraoui aujourd’hui ? Le Maroc a tellement brouillé les cartes que cela ne veut rien dire. Quelqu’un qui a été déplacé en 1990 et qui vit au Sahara occidental depuis, pense qu’il a quelque chose à dire lors du référendum. Il est donc impossible aujourd’hui d’organiser ce référendum d’un point de vue technique et d’un point de vue politique. De plus, il n’y a pas lieu de demander plus de négociations entre le Maroc et le Front Polisario. S’ils devaient aboutir, ils l’auraient déjà fait.

Alors, quelle est la solution?

La solution est un arbitrage qui viendra de l’ONU et des pays tiers capables de discuter avec le Front Polisario et l’Algérie et avec le Maroc. Il est difficile pour l’Espagne et la France de participer car ils étaient les pays colonisateurs. Mais je pense que, dans tous les cas, il faut être réaliste. C’est une région qui est déjà très déstabilisée. Malgré l’aggravation des tensions, le conflit peine à sortir de son sommeil et l’un des principaux responsables est l’ONU qui a joué le jeu marocain en organisant le référendum. Mais c’est aussi la responsabilité des États-Unis, qui n’ont pas non plus été en mesure d’imposer un mécanisme d’observation des droits de l’homme à la MINURSO. Je crois que beaucoup de cadeaux ont été faits au Maroc, qui n’a pas été respectueux du droit international, et aujourd’hui il ne comprend pas qu’on lui demande de négocier un territoire qu’il occupe en réalité depuis 45 ans. La solution était difficile à trouver en 1975, mais aujourd’hui elle l’est encore plus car il y a une population qui est victime de cette situation. Il est très difficile de savoir exactement ce que veulent les Sahraouis, à part Brahim Ghali. Il y a plusieurs générations de sahraouis et c’est terrible, ils sont dans une prison à ciel ouvert. Ils n’ont aucune liberté. Pour résoudre ce conflit il faut parler avec la promesse de la vérité, voir comment cette population du Sahara peut vivre normalement. Si nous avançons dans une logique de gagnants et de perdants, nous n’arriverons à rien.

Cela fait plus de 10 ans depuis le printemps arabe. En reste-t-il quelque chose dans les pays où il a été vécu ?

Oui, tout reste. Reste la révolution, la contestation, une formidable envie de changement qui ne s’est pas matérialisée. L’esprit de la révolution demeure. Et cela complique les choses pour les dirigeants qui n’ont pas changé. Nous avons des régimes politiques qui sont figés, comme le Maroc, l’Algérie, la Syrie, l’Egypte, … mais il y a des sociétés qui se sont mondialisées et des citoyens qui protestent, revendiquent de manière moderne à travers des blogs, des journaux en ligne, de manière anonyme, dans la rue, en demandant pour la dignité. Tout cela reste. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation d’échec, mais si l’on regarde l’histoire, aucune révolution n’a donné satisfaction en l’espace de 10 ans, aucune. Il y a des avancées et des reculs, comme la mer, mais les choses ne seront plus jamais comme avant, même pas en Egypte. L’esprit de la révolution est là. Et nous l’avons vérifié, car en 2019 il est arrivé au Soudan, au Liban et en Algérie.

La Tunisie, pays où la mèche a été allumée et seul pays où un système démocratique a pris fin, traverse actuellement une grave crise politique après que le président Kaïs Saied a suspendu le Parlement et pris les pleins pouvoirs. Où Saied veut-il aller ?

Ce n’est pas clair. Saied a gagné en 2019 avec un programme un peu fou. Il a dit qu’il ne croyait pas à la représentation politique, aux partis, qu’il allait inverser la pyramide du pouvoir… quelque chose de semblable à la démocratie directe. Cependant, il a fini par monopoliser tout le pouvoir. Il a fait un désert autour de lui, sans contre-pouvoir, sans Parlement, et a présidentialisé le régime. La démocratie directe n’est pas cela. Son coup d’État a été très bien accueilli le 25 juillet car les gens sont fatigués et beaucoup l’apprécient pour s’être débarrassé des islamistes. Mais il y a des limites à ce pouvoir. La Tunisie traverse aujourd’hui une crise sociale, économique et financière. Saied doit trouver 3 000 millions d’euros très rapidement, avant le 31 décembre, pour payer la dette et les fonctionnaires. C’est au pied du mur et vous devez donner des réponses. Il est responsable de tout. C’est la bonne et la mauvaise nouvelle. Je ne vois pas comment cet homme peut durer.

Certains analystes parlent d’une polarisation extrême et d’un climat de guerre civile en Tunisie. Êtes-vous d’accord avec cette analyse?

La guerre civile en dit peut-être trop, mais le climat est très polarisé. Mais c’est que le pays apprend la démocratie, à la fois ceux qui gouvernent et les gouvernés. Il y a des gens qui pensent qu’un homme qui a une apparence et un comportement dictatoriaux va conduire le pays vers la démocratie. C’est très difficile.

Quels sont les principaux défis pour le Maghreb ?

Les défis sont énormes. La principale est la fuite des cerveaux : des citoyens éduqués et bons partent, et cela appauvrit le Maghreb. Un autre défi est d’ordre économique et social : les gens vivent mal et quand on vit mal on ne peut pas être exigeant sur le plan politique. Il met également en évidence le maintien d’un autoritarisme qui se nourrit de l’étranger. Le drame total, ce sont les jeunes générations. Tout cela conduit à la déception et à une crise morale majeure. On parle beaucoup de crise économique et politique, mais jamais de crise morale, ce sont des sociétés qui sont démoralisées, ce sont des pays réduits à un état vagabond, ils sont devenus moches, sales, … Ce n’est pas bien que l’Europe ait pays non plus. dans le sud déprimé à tous les niveaux.

L’émigration est l’un des grands problèmes des pays du Maghreb. Comment l’Europe doit-elle l’aborder ?

L’Europe doit savoir qu’il y a des gens complètement désespérés qui essaient de partir dans des bateaux mettant leur vie en danger et il y a des gens avec des études qui partent par la voie normale. Ceux qui restent le sont parce qu’ils ne peuvent pas partir. Comment gouverner une société qui ne pense qu’à émigrer ? C’est impossible. L’Europe doit accompagner le changement et ne doit pas promouvoir le statu quo ; Il faut exiger au niveau politique que les questions de droits de l’homme soient prises en compte. Et vous devez conditionner votre aide à un changement réel et efficace.

Par Natasha Kumar
Natasha Kumar est journaliste au bureau des nouvelles depuis 2018. Avant cela, elle a écrit sur la jeune adolescence et la dynamique familiale pour Styles et était la correspondante des affaires juridiques du bureau de Metro. Avant de rejoindre The Times Hub, Natasha Kumar a travaillé comme rédactrice au Village Voice et pigiste pour Newsday, The Wall Street Journal, GQ et Mirabella. Pour me contacter, contactez-moi via mon

The Times hub, 19/11/2021

#Sahara_Occidental #Maroc #Front_Polisario #ONU #Algérie