Pegasus: Paris a mis la pression sur Israël au lieu du Maroc

Maroc, France, Israël, Espionnage – Pegasus: Paris a mis la pression sur Israël au lieu du Maroc

En dépit des révélations du consortium d’investigation créé par Forbidden Stories sur l’affaire Pegasus, la France n’a pour l’instant pas souhaité incriminer le Maroc, officiellement par manque de preuves. Elle a en revanche mis la pression sur Israël.

Le 20 juillet 2021, 18 heures. L’organisation Forbidden Stories et ses 16 partenaires internationaux, dont la Cellule investigation de Radio France, Le Monde, The Guardian ou le Washington Post, révèlent que l’un des portables du président français Emmanuel Macron figure dans une liste de 50 000 numéros de téléphone ciblés par un redoutable logiciel espion : « Pegasus ». Les services de renseignement français, qui connaissaient ce logiciel pour avoir failli l’acheter à la société israélienne NSO, « tombent de l’armoire », nous confie-t-on au sommet de l’État. Déjà, parce que le contre-espionnage n’avait pas repéré l’activité de Pegasus en France. Surtout, parce que le pays qui aurait visé un millier de citoyens français – dont une bonne partie de la classe politique – serait, selon nos révélations, le royaume du Maroc, allié fidèle de la France.

Immédiatement, Rabat dément : le Maroc n’a jamais acquis ou utilisé ce logiciel espion, tout ceci ne serait que calomnies. À l’Élysée, on élabore les éléments de langage. « Si les faits sont avérés, ils sont d’une extrême gravité. Toute la lumière sera faite sur ces révélations », martèlent les membres de l’exécutif. Mais, en coulisses, on nous avertit qu’il faudra se montrer très patients : « Si l’enquête aboutit, ce ne sera certainement pas avant plusieurs années. »

Fin juillet, Emmanuel Macron convoque un conseil de défense extraordinaire. Paris concentre son offensive diplomatique sur Israël, dont le gouvernement concède les autorisations pour exporter les cyberarmes comme Pegasus. Le ton monte entre les deux pays. Selon les informations de la Cellule investigation de Radio France, le ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin a même suspendu un projet de voyage officiel à Tel Aviv cet automne. En octobre, le conseiller israélien à la sécurité se rend à l’Élysée pour tenter de désamorcer le conflit. La France présente une exigence : que ses ressortissants ne puissent plus se retrouver espionnés par des logiciels fabriqués en Israël. Les États-Unis disposent par exemple d’une telle exemption. Tel Aviv s’exécute et promet qu’à l’avenir, les numéros dont l’indicatif est « +33 », ne pourront plus être visés. « L’accord conclu prévoit que dans tout contrat futur entre une société de cyberespionnage israélienne et un autre gouvernement, il y aura une clause spéciale qui dira que le logiciel ne pourra pas être utilisé contre des cibles françaises », explique le journaliste spécialiste du renseignement israélien Barak Ravid.

Cette tension diplomatique avec Israël tranche avec l’apparente inertie diplomatique dont fait alors preuve la France à l’égard du Maroc, pays pourtant soupçonné par les 17 médias du Projet Pegasus d’être impliqué dans cet espionnage à grande échelle. « Il est extrêmement troublant qu’il n’y ait à ce jour aucune réaction politique digne de ce nom à propos de ce scandale », lâche Rosa Moussaoui, journaliste à l’Humanité, dont le numéro de téléphone figure dans la liste des victimes présumées du Maroc. « Devant la gravité de ces faits, je ne comprends pas ce silence, cette complaisance des autorités », ajoute la reporter chevronnée.

Selon nos informations, Emmanuel Macron n’a, durant l’été, pas décroché son téléphone pour demander des éclaircissements au roi Mohammed VI. Comment l’expliquer ? Il semble que la France considère qu’à ce stade, aucune preuve incontestable ne peut être fournie. Mais peut-être aussi parce qu' »il s’agit de pays alliés, amis, qui de temps en temps se font de mauvaises manières. Et donc on étouffe l’affaire, selon l’historien Pierre Vermeren, spécialiste du Maghreb. On a déjà fait l’expérience d’une crise diplomatique très sévère sous François Hollande entre la France et le Maroc. Cela avait entraîné une rupture complète des relations entre les services de renseignement avant les grands attentats de 2015. » Selon Pierre Vermeren, dans un contexte de terrorisme international, « les pays travaillant main dans la main ne peuvent se permettre de couper leurs relations ».

Une enquête ouverte, mais des victimes qui se sentent « abandonnées »
L’enquête ouverte à Paris a été confiée à la direction centrale de la police judiciaire, qui bénéficie d’un appui technique de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi). L’examen par les enquêteurs de nombreux téléphones a déjà permis de conforter le travail du consortium formé par Forbidden Stories avec l’ONG Amnesty international. Des traces du logiciel Pegasus ont été trouvées dans les téléphones de cinq ministres en exercice, comme l’a révélé Mediapart.

Selon des témoignages que nous avons recueillis avec nos confrères du Monde, les services français ont la certitude que le Maroc utilise Pegasus depuis plusieurs années, et pas uniquement contre des cibles dites « légitimes ». Mais pour autant, on ne souhaite pas l’accuser publiquement d’espionnage. D’autant moins qu' »on n’arrive pas encore à imputer une responsabilité derrière les attaques », nous répond-on dans les services de renseignement.

Si toutes les victimes de la société civile présentent un lien avec le Maroc, ce n’est pas sur ce point précis que la police aurait pourtant souhaité les entendre. « J’ai été auditionnée pendant deux heures, on m’a posé des questions très techniques sur les usages de mon téléphone, sur les dysfonctionnements que j’ai pu constater, raconte la journaliste Rosa Moussaoui. On m’a en revanche posé beaucoup moins de questions sur le possible auteur ou commanditaire de cette action de piratage. C’est mon avocat et moi qui avons apporté les informations sur les soupçons que nous pouvions avoir au sujet du Maroc. » Un récit d’audition qui coïncide avec celui de Claude Mangin, une habitante d’Ivry-sur-Seine mariée à un militant sahraoui condamné à 30 ans de prison au Maroc. En juillet 2021, nous avions révélé qu’elle avait fait l’objet d’un espionnage constant. « C’est moi qui ai amené sur le tapis la question du Maroc et le fait que cet espionnage avait provoqué plusieurs événements graves, empêchant mon travail de militante », se désole l’ancienne professeure d’histoire. Elle raconte avoir fait l’objet d’un article dans un journal marocain réputé proche du royaume, où sa vie à Ivry-sur-Seine était « étalée ».

Claude Mangin a acquis la conviction que des informations ont bien été volées dans son iPhone. « Je ne vois pas comment il peut en être autrement. Qui peut connaître des choses aussi précises sur ce qui se passe chez moi ? », se demande-t-elle. Comme d’autres victimes de la société civile, elle dit ne pas se sentir soutenue ni protégée par l’État français. « Moi qui n’ai pas de casier judiciaire, qui suis chevalier dans l’Ordre national du Mérite, qui travaille dans des domaines sociaux… Là, je suis complètement abandonnée. »

Aucune suite, ni à l’Assemblée, ni au Sénat
Le silence de la classe politique française surprend aussi le directeur de Forbidden Stories. « C’est assez étonnant, alors que le sujet provoque un vrai débat dans le monde entier, qu’en France il n’y ait aucune commission d’enquête parlementaire qui soit créée, lance Laurent Richard. Pendant ce temps-là, il y a beaucoup de victimes. Notre enquête a montré qu’on pouvait quitter un pays et se retrouver ensuite traqué, même en France, même à Paris, par de terribles régimes. »

Un silence identique règne en effet au parlement. Si la délégation parlementaire au renseignement – seule instance politique ayant le pouvoir de demander des comptes à nos services de renseignement – a bien été saisie, elle n’a procédé, jusqu’à présent, qu’à quelques auditions. Mais ni l’Assemblée, ni le Sénat n’ont demandé une enquête sur Pegasus. Là encore, comment l’expliquer ? Dès le début de l’affaire, le président de la puissante commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées au Sénat, Christian Cambon – qui est par ailleurs l’un des membres de la délégation parlementaire au renseignement – avait qualifié le travail du consortium formé autour de Forbidden Stories de « campagne de dénigrement » visant « à déstabiliser le Maroc ».

Or Christian Cambon préside aussi le groupe d’amitié France-Maroc du Sénat. Aujourd’hui, l’élu Les Républicains campe sur ses positions. « Comme je préside le groupe France-Maroc au Sénat, il est assez normal que ma première réaction soit : a-t-on les preuves ?, se justifie-t-il. J’ai trouvé positif que l’ambassadeur du Maroc en France ait initié des procédures auprès du tribunal de Paris pour que des enquêtes soient lancées. » Les « enquêtes » auxquelles il fait référence sont en fait des plaintes en diffamation, distinctes de l’enquête ouverte sur le fond par le parquet de Paris. « Je suis un ami du Maroc, poursuit Christian Cambon. Donc je n’en rajoute pas ! »

De son côté, le Maroc nie toujours être un client de la société NSO. « Je vous affirme de manière solennelle, que le Maroc n’a jamais utilisé le logiciel Pegasus », nous a encore dit l’avocat du Royaume, Olivier Baratelli.

D’autres victimes ciblées par d’autres États
Les services de renseignement français ont par ailleurs découvert, depuis le mois de juillet, que Pegasus avait fait d’autres victimes que celles qui figuraient sur la liste à laquelle Forbidden Stories, Amnesty international et leurs partenaires ont eu accès. Les services de l’État ont procédé à une campagne de vérification des téléphones « de personnes proches du pouvoir, qui travaillent notamment sur la préparation de dossiers sensibles, autour du conseil de défense, explique une source ayant connaissance des résultats de cette campagne. Deux iPhone présentaient des marques d’actions malveillantes de Pegasus. »

Le renseignement intérieur a également détecté depuis juillet sur notre sol une dizaine de victimes de Pegasus, qui pourraient être des ressortissants étrangers présentant « un intérêt légitime » pour certains États. Les services peinent encore à comprendre le fonctionnement de ce logiciel « furtif, très difficile à détecter ». Et la France ne peut pas vraiment compter sur ses voisins pour l’éclairer. Une majorité de pays européens ont en effet acquis Pegasus pour des activités de renseignement ou pour des actions judiciaires.

Franceinfo, 20/11/2021

#France #Maroc #Pegasus #Espionnage #Israël