Algérie : Les effets pervers de la pandémie

Algérie, pandémie, coronavirus, covid 19 – Algérie : Les effets pervers de la pandémie

Un stress perpétuel

La situation mentale des populations n’a jamais autant fait l’objet d’attention autant des spécialistes, des médias et des politiques que depuis l’intrusion de la Covid-19, brutale au point de bouleverser totalement le paysage de la vie quotidienne sur toute la face de la planète. Jusque-là, la maladie était confinée pour l’essentiel dans les limites de la vie privée. Parfois, des débats publics et politiques focalisent sur une pathologie particulière (diabète, cancer, etc.), mais rien qui jette une ombre sur la santé mentale d’une population. La pandémie de la Covid-19 a ceci de particulier d’influer par ses conséquences jusque sur les nerfs de tout un chacun. Les restrictions diverses en matière de contacts sociaux et de liberté de déplacement, les difficultés professionnelles, les consignes sanitaires à respecter continuellement, avec son lot d’inquiétude et de suspicion, finissent par peser lourds sur l’équilibre mental. Un stress perpétuel nourri aussi par une actualité peu rassurante autour d’un agent pathogène qui garde toujours intacte l’aura de sa mystérieuse et terrifiante létalité, même après qu’un vaccin ait été mis au point. Ce remède, au lieu de soulager par sa disponibilité, a introduit un surcroît d’angoisse au sein d’une population travaillée par un courant complotiste mondial et des esprits maladivement sceptiques quant à l’efficacité et l’innocuité du sérum à inoculer, quel que soit son fabricant au demeurant. Des symptômes psychologiques ont été relevés chez la population dans tous les pays du monde, notamment parmi les jeunes.

Comment s’en sortent les Algériens ? Il n’y a aucun doute quant à un impact direct sur l’état psychologique de certains suite à des cas d’infection et de décès dans le cercle des proches. On peut, toutefois, avancer sans risques, que leur mode de vie, assez basique, a préservé des Algériens de vivre une situation gravissime comparable à celle de pays européens, pourtant voisins, et donc d’atténuer sensiblement l’impact psychologique. Il y a lieu, toutefois, de mettre l’accent sur la nécessité d’élaborer un véritable plan orsec pour faire face à toute situation de catastrophe sanitaire. Les insuffisances constatées durant la crise de la Covid-19 doivent servir de leçon et de matériau pour la construction d’une riposte plus efficace à toute nouvelle pandémie. Elles doivent aussi guider l’effort du pays pour consolider ses moyens d’intervention et d’endiguement, qui doivent toujours compter des outils destinés à préserver la santé mentale et psychologique du citoyen dans ces moments délicats.
O. M.

——————————————————————————

Mohamed-El Amine Bencharif, chef du service psychiatrie au CHU Frantz-Fanon de Blida: «La pandémie génère des risques de troubles psychiatriques»

Entretien réalisé par Samira Belabed

Dans cet entretien, le Pr Mohamed-El Amine Bencharif, chef du service de psychiatrie légale à l’hôpital Frantz-Fanon de Blida, met l’accent sur la nécessité de prendre en charge les troubles psychiques qui sont l’une des conséquences de la pandémie de la Covid-19.

Cela fait deux ans que nous faisons face à une épidémie qui a bouleversé tout le quotidien de la population. Que faut-il en retenir ?
Cette situation exceptionnelle s’est imposée durablement avec des conséquences visibles au niveau sanitaire, économique et social. Tout l’enjeu pour les décideurs est de tenter de préserver un équilibre entre la nécessité sanitaire et l’impact sur notre vie en société. L’épidémie de la Covid-19 est à l’origine d’une grave crise de santé publique où les aspects psychologiques prennent une part importante. La peur d’être infecté, d’infecter les autres, la peur de mourir, de perdre des êtres chers et celle de pas pouvoir accéder aux soins constituent des facteurs de stress importants qui risquent de dépasser les stratégies d’adaptation du sujet, rompant ainsi son équilibre psychologique avec un impact direct sur sa santé mentale.

Justement, quelle est l’ampleur de cet impact ?
Les incertitudes durables autour de la nature de la pandémie, de ses modes de transmission, de son degré de férocité, de l’efficacité des protocoles d’intervention thérapeutiques et les restrictions de diverses natures mises en œuvre limitent l’accès aux activités quotidiennes. La prise en charge des personnes ayant des problèmes de santé mentale ne peut être ignorée dans ce contexte, et de nombreux points sont à prendre en considération, notamment le comportement violent à la maison, accentué par des contraintes supplémentaires que subissent des familles, comme la perte d’emploi.

Comment avez-vous vécu cette situation au niveau de votre service ?
Nous sommes passés de 1.024 consultations entre mars et mai 2019 à 310 pour la même période de 2020. Nous avons constaté une baisse significative d’admissions aux urgences psychiatriques et des consultations en psychiatrie, et un mouvement de sortie plus précoce des patients hospitalisés. Nous avons toutefois relevé le manque de suivi des patients avec un risque d’impact sur leur santé, car ce sont des patients fragiles avec des pathologies annexes plus importantes telles que le risque cardiovasculaire et respiratoire. Des difficultés des malades isolés à respecter les règles du confinement et les mesures de protection associées ont fait d’eux une population particulièrement à risque.

Que faut-il faire pour éviter ce genre de situation ?
Je préconise, notamment pour le personnel de la santé, une prise en charge précoce. Il y a des méthodes et techniques psychologiques utilisées dans le cadre du burn out. Il faut aussi être à l’écoute de ce personnel en première ligne depuis presque 2 ans.

Est-ce qu’on a les moyens d’être à l’écoute de tout ce personnel ?
Les moyens humains existent. L’Université algérienne a formé des psychologues, des psychiatres capables de prendre en charge toute personne souffrant de troubles. Il suffit d’une organisation qui s’appuie sur un réseau et un centre d’écoute ouvert 24 heure sur 24.

Face à tous ces risques, y a-t-il urgence à adopter une stratégie nationale ?
Nous avons besoin d’une stratégie nationale unifiée et généralisée, en définissant les conduites à tenir et le protocole à suivre. C’est un aspect qu’il faut prendre au sérieux.

S. B.

————————————————————————-

Mohamed Taïbi, sociologue: «La civilisation de la peur est née»

La pandémie a bouleversé le monde entier, provoquant un nouveau mode de vie basé sur la crainte, la peur et l’anxiété. En moins de deux années, la Covid-19 a chamboulé habitudes et traditions dans tous les pays qui restent vulnérables face au virus. «Rien ne sera plus comme avant», lance le sociologue Mohamed Taïbi, qui selon lui, le monde est en guerre contre un ennemi redoutable. «La Covid-19 menace l’humanité. Il n’y a qu’à voir le coût financier de la défense sanitaire», précise le sociologue. Et de qualifier cette pandémie de nouvelle civilisation de la peur exprimée par l’éloignement permanent entre les êtres humains. «Tous les liens que l’homme a établis dans sa tradition historique ont été bouleversés. Les gens deviennent de plus en plus craintifs au point de réfléchirsi l’on doit saluer avec la tête ou toucher la main à quelqu’un», fait remarquer Mohamed Taïbi. Selon lui, «les Algériens sont de très mauvais observateurs, y compris les intellectuels. Il faut regarder le fond du problème et non uniquement l’apparence». Pour lui, la Covid-19 est un grand tournant tragique dans l’histoire de l’humanité. «C’est un grand examen de la peur. L’humanité a été fauchée par la peur.» Sur le plan de l’économie mondiale, il précise qu’il y a un fort dérèglement de la machine productive qui va peser lourdement sur certains pays. «Aujourd’hui, on ne parle plus de l’économie d’un pays mais d’économie mondiale», rappelle-t-il. «La Covid-19 a provoqué un déficit drastique dans les besoins de l’humanité.»
M. Benkeddada

—————————————————————————–

Séquelles traumatiques du Coronavirus
Attention Danger

L’infection à la Covid-19 n’a pas seulement des conséquences physiques sur les personnes atteintes, elle peut aussi occasionner des traumatismes psychiques. Trois réactions psychologiques récurrentes: un stoïcisme pour les cas ignorant avoir été infectés, un stress aigu résolutif chez d’autres personnes et la catégorie des sujets affectés psychologiquement. C’est ce qu’explique le Dr Mahmoud Boudarène, psychiatre, auteur du livre «Covid-19 et traumatismes psychiques». Selon lui, la catégorie la plus problématique est celle qui développe des séquelles post-traumatiques à l’issue d’un épisode destress aigu. «Il y a ceux qui ont présenté des réactions de stress aigu avec des désordres psychologiques, de l’agitation, de l’angoisse, de l’anxiété mais par la suite, les choses rentrent dans l’ordre. Mais il y a aussi ces sujets avec un stress aigu et manifestant un état d’inhibition et de stupeur, et chez lesquels les choses ne rentrent pas dans l’ordre. Ces cas-là sont les plus compliqués», relève-t-il.

De son avis, ces personnes confrontées directement à la maladie peuvent présenter à distance de l’évènement une maladie liée à un véritable traumatisme psychique. «Cette maladie est grave et est difficile à soigner. Elle risque certainement d’hypothéquer l’avenir des personnes», précise-t-il. L’exemple type de ceux susceptibles de développer des séquelles post-traumatiques est représenté par le personnel médical et soignant. «Le personnel de soins a été mis dans des situations de double injonction, c’est-à-dire, d’une part, il doit soigner les patients, et d’autre part, il assiste impuissant à des évènements dramatiques comme les décès, en ayant peur pour lui et peur de contaminer sa famille et son entourage», signale le psychiatre. Conséquence: «Ces soignants peuvent présenter un état de stress post-traumatique ou alors le burn out», indique-t-il, précisant que ce dernier «est aussi sévère que le premier car il concerne les gens chargés d’aide aux personnes et qui assistent impuissants à la mort». Estimant qu’il n’y a pas eu le soutien indispensable et nécessaire à ces professionnels de la santé, il ne manque pas de relever tout autant les «agressions» qui les ont ciblés de la part des malades ou de leurs familles.

«Nous avons vu des médecins et même des infirmiers se faire agresser par des proches de personnes atteintes de la Covid-19afin de hâter leur prise en charge», rappelle-t-il. De son avis, le personnel de soins n’a pas été soutenu et aidé par les pouvoirs publics pour le protéger et le mettre à l’abri de ce genre de comportement. A ses yeux, on aurait dû mettre en place des cellules de soutien psychologique pour les professionnels de soins.
Fatma-Zohra Hakem

Horizons, 20/11/2021

#Algérie #Coronavirus #Covid19 #Pandémie