Maroc: Pression sur le roi pour chasser les Azaitar -Média

Tags : Maroc, Mohammed VI, Azaitar – Maroc: Pression sur le roi pour chasser les Azaitar

Trouble au Paradis : Les médias marocains font pression sur le roi pour qu’il mette fin à son amitié avec les frères Azaitar de l’UFC pour cause de crimes.
Abu et Ottman Azaitar risquent de perdre le soutien du roi du Maroc Mohammed VI après que les médias locaux ont révélé l’étendue de leur passé criminel.
Le 1er mai 2021, Hespress, le journal numérique le plus important du Maroc, a publié un article anonyme en français qui énumère le long casier judiciaire et les condamnations d’Abu Azaitar, le combattant controversé de l’UFC, surtout connu pour son amitié avec le roi du Maroc Mohammed VI.

L’article de 3 500 mots a été traduit en arabe et republié sur le site deux jours plus tard, faisant état de la série de condamnations du combattant, notamment « vol, extorsion, fraude, violence physique, association de malfaiteurs, fraude informatique, trafic de drogue, agression, falsification et résistance à l’autorité ».

Au cours des mois suivants, d’autres médias locaux ont fait de même, publiant des articles exposant le passé criminel des Azaitar tout en remettant en question la relation de longue date du roi Mohammed avec le combattant et ses frères et sœurs, Ottman Azaitar, un autre combattant de l’UFC, et Omar. D’autres médias se sont intéressés au style de vie ostentatoire des frères Azaitar dans un contexte de pandémie mondiale, ainsi qu’à leurs intérêts commerciaux avec l’Espagne dans le cadre d’un conflit sur la migration non réglementée. En juin 2021, Barlamane, un média contrôlé par le directeur de la communication du ministère marocain de l’Intérieur, Mohamed Khabacchi, a publié un article en arabe intitulé « Abu Azaitar continue de maîtriser l’art de provoquer le peuple marocain », ce qui a conduit certains à penser que les critiques actuelles contre les Azaitar sont probablement une campagne gouvernementale coordonnée visant à faire pression sur le roi pour qu’il coupe les liens avec le combattant de l’UFC.

Nés à Cologne, en Allemagne, de parents ayant immigré du Maroc, les frères Azaitar ont fréquenté la King Fahd Academy, une école islamique controversée financée par l’Arabie saoudite et soupçonnée d' »attirer les islamistes en Allemagne ». En 2003, l’école a fait l’objet d’une enquête pour ses liens présumés avec le réseau terroriste Al-Qaïda et d’autres groupes fondamentalistes. La même année, Abu et Omar Azaitar – alors connus sous le nom de « jumeaux brutaux » dans les médias locaux – ont comparu devant un tribunal pour mineurs pour répondre aux accusations de lésions corporelles et de vol en bande.

Âgé de 17 ans à l’époque, Abu a été accusé d’avoir brutalement attaqué un homme d’affaires, d’avoir menacé sa vie en l’aspergeant d’essence et d’avoir volé sa Ferrari. Il a été condamné en juin 2004 à deux ans et trois mois de prison.

Abu Azaitar a été libéré en 2006, mais ses démêlés avec la justice ne se sont pas arrêtés là. Il a ensuite été accusé d’avoir violemment agressé sa petite amie sur un marché de Noël et de l’avoir frappée à plusieurs reprises jusqu’à ce que son tympan éclate.

En 2007, Abu Azaitar s’est tourné vers les arts martiaux mixtes et a commencé à s’entraîner pour faire ses débuts sur la scène locale allemande. Entre-temps, il s’est lié d’amitié avec des rappeurs et des célébrités locales, et aurait été associé à des clans criminels. Cependant, c’est son amitié improbable avec le roi Mohammed VI qui a consolidé le statut de célébrité du combattant de l’UFC.

L’amitié a commencé en 2018, peu après que le roi ait discrètement divorcé de la princesse Laila Salma. Selon les médias marocains, le roi Mohammed VI souhaitait rencontrer Abu et Ottman en raison de leurs réalisations en MMA (Abu a été le premier ressortissant marocain à signer avec l’UFC, tandis qu’Ottman venait de remporter le titre de champion des poids légers du Brave FC et de porter son record d’invincibilité à 10-0). Les frères sont devenus des visiteurs fréquents du roi, qui les a emmenés en vacances et leur a permis plus tard de rénover l’un des palais inutilisés de Tanger pour en faire un club de sport.

Abu Azaitar a depuis posté plusieurs photos de lui aux côtés du roi du Maroc. L’une d’elles portait la légende : « Mon Roi bien-aimé, qu’Allah vous prenne, vous et votre famille, sous sa protection et vous garde toujours en bonne santé ! Quel plaisir et quel honneur d’être aux côtés de notre roi, que nous aimons tant. »

Alors que l’amitié des frères Azaitar avec le roi s’intensifiait, ils ont commencé à assumer des rôles plus officiels au sein du gouvernement marocain. En 2018, Abu Azaitar aurait été nommé président de l’association organisatrice de la Marche verte – un groupe responsable de la célébration annuelle commémorant la date du 6 novembre 1975, lorsque 350 000 Marocains ont marché dans le Sahara pour protester contre l’occupation centenaire du Sahara occidental par l’Espagne. La célébration prend généralement la forme d’un match de gala de football mettant en vedette des stars internationales du football telles que Luis Figo, Rivaldo et Rafael Marquez, et a été critiquée comme une tentative de « laver par le sport » l’occupation marocaine du Sahara occidental et de détourner l’attention des violations des droits de l’homme.

En retour de leur loyauté, le roi Mohammed est resté favorable aux entreprises des frères. Lorsqu’Omar Azaitar a ouvert un fast-food à Tanger en juillet 2019, le roi a envoyé son fils, le prince Hassan, pour y manger et aider à promouvoir le restaurant.

L’amitié des frères Azaitar avec le roi Mohammed VI a également contribué à faire avancer leurs carrières respectives. Par exemple, après avoir entendu qu’Abu Azaitar avait des difficultés à entrer aux États-Unis en raison de son passé criminel, le roi se serait énervé et aurait décidé d’intervenir pour aider le combattant à obtenir son visa, ce qu’il a finalement réussi à faire.

Étant donné l’influence exceptionnelle des frères Azaitar au Maroc, ce n’était qu’une question de temps avant que leur relation avec le roi ne soit scrutée par les médias locaux.

Atlasinfo, un journal local appartenant à un ancien responsable de l’agence officielle Maghreb Arab Press (MAP), l’agence de presse publique marocaine fondée en 1959, a publié un article intitulé « Quand l’Ottman Azaitar sème la terreur à Rabat ». L’article, qui a été publié peu après l’exposé de Hespress, révèle comment les frères ont utilisé leur amitié avec le roi pour étendre leur champ d’influence et bafouer les règles et règlements au Maroc. Par exemple, Ottman serait entré dans un Starbucks très fréquenté de Rabat avec un masque facial (qu’il est obligatoire de porter dans les espaces publics au Maroc), aurait évité la file d’attente et exigé d’être servi immédiatement tout en tapant violemment du poing sur le comptoir. Ce n’est que lorsqu’un policier s’est approché de lui et lui a demandé ses papiers d’identité qu’Ottman a fini par se calmer. Cependant, avant de quitter le Starbucks, il aurait été entendu dire : « si je n’aimais pas mon roi et mon pays, j’aurais coupé les mains du gérant de ce café ».

D’autres articles plus récents ont analysé la collection de montres de luxe d’Abu Azaitar, qui comprend deux montres Richard Mille d’une valeur de plus de 400 000 euros et quatre montres Patek Philippe allant de 150 000 à 475 000 euros. L’article détaillé, publié sur Hespress, comporte des phrases telles que « Abu Azaitar, qui donne le sentiment d’être heureux et fier de tant de signes extérieurs de richesse, semble oublier que c’est l’individu et sa personnalité qui font la montre, et non l’inverse. »

Il convient de noter que les libertés de la presse se sont érodées sous le règne du roi Mohammed VI. La dernière décennie, en particulier, a vu une forte augmentation de la censure gouvernementale et de la persécution des journalistes. Toutefois, la presse marocaine jouit toujours d’une plus grande liberté de la presse que celle des pays arabes voisins.

Bien que l’on ne sache pas encore si les Azaitars ont réussi à maintenir leurs relations avec le roi Mohammed VI, il semble évident que les élites marocaines, les fonctionnaires du palais et les médias d’État s’efforcent de creuser un fossé entre les combattants controversés et le monarque marocain. Cet exemple moderne d’intrigue politique de palais aura probablement un impact significatif sur la portée de l’influence des frères et le statut de célébrité qu’ils ont développé au fil des ans.

Karim Zidan

Bloody Elbow, 18/11/2021

#Maroc #MohammedVI #Azaitar