WP: Pourquoi le PJD se tourne-t-il vers son ancien leader?

Tags : Maroc, PJD, Benkirane, islamistes – WP: Pourquoi le PJD se tourne-t-il vers son ancien leader?

Le parti islamiste marocain vient de perdre le pouvoir. Alors pourquoi se tourne-t-il vers son ancien chef ?
Le roi avait limogé Abdelilah Benkirane, qui était passé maître dans l’art de rejeter sur le roi la responsabilité des échecs de son gouvernement.

Après avoir dirigé le gouvernement pendant dix ans, le seul parti islamiste légal du Maroc, le Parti de la justice et du développement, a subi une défaite embarrassante aux élections de septembre. Malgré un parlement élu, le Maroc reste un pays autoritaire où le roi conserve l’autorité suprême. Mais après le triomphe des partis alliés au palais lors des récentes élections, le roi aura désormais encore plus d’influence. Le PJD s’est retrouvé avec seulement 13 sièges au Parlement, alors qu’il en détenait 125 avant les élections. Cette défaite est un revers dramatique pour le parti qui avait d’abord gagné la confiance des électeurs en promettant des réformes démocratiques et économiques progressives après les manifestations du printemps arabe.

En réaction à cette défaite, les membres du parti ont voté à une écrasante majorité samedi pour reconduire l’ancien premier ministre Abdelilah Benkirane à la tête du parti, en remplacement de Saadeddine Othmani, un homme calme et discret que certains considéraient comme responsable de la baisse de popularité du parti. Alors que Benkirane a mené son parti à des victoires consécutives sans précédent en 2011 et 2016, le roi Mohammed VI l’a démis de ses fonctions début 2017 après l’échec de longues discussions de coalition avec les partis soutenus par le palais.

L’éviction de Benkirane a été largement considérée comme un signe que le palais s’était lassé de la rhétorique populiste du premier ministre charismatique.

La montée du PJD

Lorsque les manifestations qui ont balayé le monde arabe ont atteint le Maroc au début de 2011, le roi a réagi rapidement en convoquant des élections anticipées et en promettant des réformes constitutionnelles qui réduiraient ses pouvoirs au profit du gouvernement élu. Si les réformes étaient en grande partie superficielles, une disposition importante exigeait que le roi choisisse un premier ministre parmi le parti ayant remporté le plus de sièges. Lorsque le PJD a remporté les élections fin 2011, le roi a été obligé de nommer Benkirane premier ministre, malgré des décennies de tensions entre le palais et les islamistes.

Une fois au pouvoir, le PJD ne s’est pas comporté comme un parti islamiste. Il s’est conformé en grande partie à ce qu’un politologue attendrait d’un parti politique coopté ayant peu de pouvoir institutionnel pratique. Benkirane a consciencieusement fait passer les initiatives du régime par le parlement, y compris la suppression des subventions populaires pour le carburant et le relèvement de l’âge de la retraite. Il n’a pas non plus fait pression pour des politiques socialement conservatrices favorisées par les électeurs islamistes.

Bien que la nouvelle constitution ait ostensiblement transféré davantage de pouvoirs au gouvernement élu, Benkirane et ses parlementaires ont évité toute confrontation avec le palais au sujet de ses prérogatives. Le Premier ministre a refusé, par exemple, d’affirmer le droit du gouvernement à nommer les dirigeants des grandes entreprises publiques, s’en remettant plutôt au palais.

Le Maroc a  » militarisé  » la migration pour punir l’Espagne. C’est plus courant que vous ne le pensez.

Pourquoi Benkirane a été démis de ses fonctions

Alors, en quoi Benkirane était-il une menace pour le palais ? Dans une nouvelle recherche, la politologue Sofia Fenner et moi-même nous appuyons sur des entretiens approfondis et sur l’analyse de la rhétorique et du comportement de Benkirane pour expliquer pourquoi le palais a fait des efforts inhabituels pour le mettre sur la touche début 2017, et pourquoi son retour en politique pourrait créer des maux de tête au roi Mohammed VI.

Benkirane n’a jamais appelé au changement de régime ni franchi de ligne rouge explicite. Mais son charisme, son style informel et son penchant pour les extraits sonores salaces ont fait du roi un sujet de commérage quotidien, l’impliquant dans les réformes bloquées et les promesses non tenues. Les rois du Maroc se sont longtemps présentés comme étant au-dessus de la mêlée de la politique quotidienne et des gens ordinaires, servant d’arbitre neutre sans se salir les mains. Benkirane a remis tout cela en question.

Dans une interview très médiatisée de 2016, par exemple, Benkirane a insisté sur le fait qu’il n’était « pas tenu de plaire au roi, seulement à Dieu qui m’a créé et à ma mère. » Le commentaire a fait tourner les têtes et a provoqué la colère du palais, en partie parce qu’il suggérait que le roi n’était pas différent de toute autre personne. Dans une autre interview, Benkirane a expliqué pourquoi il ne s’est pas agenouillé devant le roi, comme le veut la coutume, notant que « le roi est notre roi et nous le tenons en haute estime [mais] les Marocains ne s’agenouillent pour personne d’autre que Dieu ! ». Et lors d’une apparition à un rassemblement du PJD après que le roi l’ait démis de ses fonctions, Benkirane a rappelé au public que « le roi n’est pas un dieu. C’est un homme, et en tant qu’homme, il a parfois raison et parfois tort ».

Benkirane a également régulièrement fait savoir qu’il n’était « qu’un employé du roi. » Comme il l’a expliqué dans une interview en 2016, « Sa majesté le roi gouverne le Maroc. Le Premier ministre ne fait qu’assister le roi. » Et par conséquent, « celui qui porte la véritable responsabilité du pays, de sa direction et de sa continuité, devant Dieu et le peuple, a-t-il déclaré, est sa majesté le roi. »

Le pouvoir sans le pouvoir

Comme d’autres premiers ministres de parlements autoritaires, Benkirane est entré en fonction avec peu de pouvoirs institutionnels, procéduraux ou politiques. Mais grâce à son charisme et à sa rhétorique, Benkirane a néanmoins réussi à exercer un autre type de pouvoir. Ses paroles ont contribué à transformer le roi, qui était une figure normalement à l’écart des discussions publiques, en un sujet de conversation quotidien. Et en parlant sans détour des limites de son rôle, Benkirane a impliqué la monarchie dans des politiques impopulaires et a entravé les réformes démocratiques. Il n’a jamais blâmé le roi directement. Mais ses paroles invitaient les Marocains à le faire – et en effet, ces dernières années, beaucoup ont commencé à le faire.

L’approche rhétorique de Benkirane était suffisamment menaçante pour que le roi s’engage dans une confrontation publique dommageable pour l’écarter début 2017, intervenant directement dans la politique parlementaire pour le démettre. Son remplaçant, le décidément peu charismatique Saadeddine Othmani, a présidé à la défaite électorale du PJD en septembre.

Il n’est pas certain que Benkirane soit en mesure de réhabiliter la réputation de son parti après une décennie au pouvoir, présidant à une longue série de politiques impopulaires. La plupart des Marocains considèrent désormais le PJD comme peu différent des autres partis opportunistes qui dominent la scène politique marocaine. Mais le retour en politique de l’ancien Premier ministre charismatique pourrait bien secouer l’arène politique et faire place à de nouveaux défis publics.

Patrick Snyder

Patrick S. Snyder est candidat au doctorat en sciences politiques à l’université du Minnesota, où il se spécialise dans la politique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

The Washington Post, 16/11/2021

#Maroc #PJD #Islamistes #Benkirane