Qui sont les adeptes de l’Etat islamique en Afrique centrale ?

Tags : Afrique Centrale, Etat Islamique, Daech – Qui sont les adeptes de l’Etat islamique en Afrique centrale ?

KINSHASA, 16 novembre (Reuters) – Les autorités ougandaises ont imputé les attentats-suicides meurtriers de mardi à des « groupes terroristes nationaux » liés aux Forces démocratiques alliées (ADF), une milice islamiste ayant ses racines en Ouganda et basée en République démocratique du Congo. Le groupe reclus est accusé d’avoir tué des centaines de villageois dans l’est du Congo lors de raids nocturnes au cours des deux dernières années. Les ADF ont prêté allégeance à l’État islamique à la mi-2019.

Bien qu’il n’y ait aucune preuve d’un commandement et d’un contrôle directs de l’IS sur les ADF, l’IS a revendiqué deux petits attentats à la bombe en Ouganda en octobre.

LES RACINES DE L’ADF

Les ADF ont commencé à s’opposer au gouvernement ougandais au début des années 1990 sous la direction de leur chef de l’époque, Jamil Mukulu.

Ils ont perpétré une série de massacres dans le territoire congolais de Beni en 2013. L’armée congolaise a lancé une opération contre elle l’année suivante.

Mukulu a fui en Tanzanie. Il a été arrêté en 2015 et extradé vers l’Ouganda. Seka Musa Baluku, qui était auparavant le principal responsable juridique islamique du groupe, a pris le contrôle.

LIENS AVEC L’ÉTAT ISLAMIQUE

Sous Baluku, l’ADF a changé d’orientation, passant de la tentative d’installer un gouvernement islamique en Ouganda, à la promotion de lui-même en tant que mouvement djihadiste international.

En avril 2019, l’État islamique a revendiqué sa première attaque au Congo, et trois mois plus tard, Baluku est apparu dans une vidéo de propagande de l’EI lui prêtant allégeance. Les ADF – aux côtés des combattants du Mozambique – ont été désignés comme la « province d’Afrique centrale » (ISCAP) de l’IS, bien que les deux groupes soient distincts sur le plan opérationnel.

En octobre 2019, l’armée congolaise a lancé une deuxième opération contre les ADF, déclenchant des attaques de représailles contre les civils. Les ADF ont tué plus de 800 personnes l’année dernière, selon les Nations unies.

En juin, IS a revendiqué un double attentat à la bombe à Beni dans une église catholique et à une intersection très fréquentée. Personne n’a été tué, à l’exception d’un suspect qui, selon les experts, pourrait être le premier kamikaze du Congo.

Les experts de l’ONU affirment que des combattants venus de l’extérieur du Congo ont aidé les ADF à faire de modestes progrès dans le développement d’engins explosifs improvisés au cours de l’année dernière, mais ils n’ont pas trouvé de preuves concluantes que l’IS contrôle les opérations des ADF.

THE PUNISHER

Le mois dernier, l’État islamique a revendiqué pour la première fois la responsabilité d’une explosion en Ouganda – une attaque contre un poste de police dans le quartier de Kawempe à Kampala, qui n’a fait aucun mort. Il a revendiqué une deuxième explosion le 23 octobre, qui a tué une serveuse.

Le Rwanda a déclaré le 1er octobre que la police avait déjoué une troisième tentative d’attentat à la bombe à Kigali, qu’elle a liée aux ADF.

Les preuves matérielles suggèrent que ces trois complots et le triple attentat de mardi ont été coordonnés par Meddie Nkalubo, surnommé « Punisher », a déclaré Laren Poole de la Bridgeway Foundation, basée aux États-Unis, qui étudie le groupe.

Nkalubo, un Ougandais d’une trentaine d’années, a rejoint les ADF vers 2016-2017. Il supervise la communication et la propagande, ainsi que la fabrication d’engins explosifs improvisés, selon un rapport d’experts de l’ONU.

Reuters, 16 novembre 2021

#Etat_Islamique #Daech #RDC #Congo #Afrique_centrale