Maroc-Israël : Lune de miel chez l’axe du diable

Tags: Maroc, Israël, normalisation, Palestine, Benny Gantz – Maroc-Israël : Lune de miel chez l’axe du diable

Le Maroc confirme une fois de plus qu’il va au-delà de la simple normalisation de ses relations avec l’État hébreu. La volonté d’exemption de visas d’entrée en Israël pour les ressortissants marocains que s’apprête à proposer un député de la Knesset, n’est qu’un simple détail dans la lune de miel entre Tel-Aviv et Rabat.

Beny Gantz, le ministre israélien de la Défense effectuera les 24 et 25 novembre prochains une visite de travail au Maroc. Au cours de son séjour dans ce pays, il signera des accords de coopération dans les domaines sécuritaire et militaire et rencontrera, au cours de sa visite, des officiels marocains ainsi que des officiers de l’état-major des forces armées royales, a indiqué la télévision hébraïque « Kan ». Cela confirme que cette visite n’est qu’une simple formalisation de la dynamique de coopération qui a toujours existé entre les deux parties. L’affaire du logiciel espion « Pegasus » a été éventée bien avant l’annonce de la normalisation des relations diplomatiques entre Rabat et Tel Aviv et l’achat par le Maroc de drones israéliens, via les Émirats est un fait largement commenté par les chancelleries et les médias internationaux depuis plus d’une année.

Arrivé à un cul de sac dans sa tentative de faire adopter, par la communauté internationale, de son plan d’autonomie des territoires du Sahara occidental, il verse dans la politique de déstabilisation et d’agression de ses voisins. Le dernier lâche assassinat de trois ressortissants algériens par une frappe de drone, est la parfaite illustration de son bellicisme qui risque de s’exacerber au fur et à mesure des échecs de sa diplomatie.

Son rapprochement avec Israël par le truchement de l’administration de l’ancien président américain Donald Trump, ne lui attirera que des ennuis aussi bien sur le plan international que sur le plan interne. Les populations, qui ont difficilement vécu la pandémie et ses effets sur le plan économique, rejettent la normalisation des relations avec l’État hébreux.

Des manifestations de protestation ont régulièrement signalées au Maroc. Le roi du Maroc qui est le président du comité El-Qods, créé en 1975 par l’Organisation de la conférence islamique (OCI), qui se devait de défendre la ville sainte des tentatives de sa judaïsation et le premier soutien au droit inaliénable du peuple palestinien à créer son État, a trahi la cause aussi bien les Palestiniens et les résolutions des Nations unies. Il s’est fait l’allié du diable et le complice des crimes contre l’humanité commis par l’armée israélienne.

À ce propos, des avocats marocains s’apprêtent à intenter une action en justice, auprès de la Cour d’appel de Rabat, contre Meir Benchabat, l’ancien conseiller à la sécurité nationale israélien pour crime contre l’humanité et crime de guerre, à la suite de la mort de plusieurs enfants, dont quatre de nationalité marocaine dans des raids de l’aviation israélienne sur Ghaza. C’est dire que le peuple marocain refuse toujours la normalisation des relations diplomatiques de son pays avec Israël considérée comme une soumission à l’ordre établi par les seigneurs de la guerre et l’ordre américain.
Slimane B.

DES MAROCAINS CONTRE LA LIGNE AÉRIENNE RABAT-TEL-AVIV
« Les fonds publics gaspillés au profit des sionistes »

L’Organisation marocaine de soutien à la cause palestinienne a condamné la persistance du Maroc dans son processus de normalisation des relations avec l’entité sioniste malgré le rejet populaire, dénonçant l’ouverture d’une ligne aérienne entre Rabat et Tel-Aviv et la baisse des prix des billets en faveur des colons sionistes. « En dénonçant cette normalisation que nous rejetons, nous interpellons les dirigeants sur les raisons de la baisse des prix des billets et au profit de qui sont gaspillés les fonds publics », a réagi le coordonnateur de l’organisation marocaine Abdessamad Fethi sur sa page Facebook.

Poursuivant, il dira que « ce n’est certainement pas dans l’intérêt du peuple marocain qui boycotte les voyages vers l’entité sioniste, mais au profit des colons sionistes », a-t-il indiqué, soulignant qu’il fallait plutôt réduire les prix des billets d’avion entre les pays arabes et musulmans notamment l’Égypte et la Turquie dont les tarifs sont à 5.000 Dirhams voire plus ». Le coordonnateur de l’organisation relève que le prix d’un billet pour les pays voisins du Maroc est des fois supérieur à celui pour Tel-Aviv, ce qui est, selon lui « paradoxal ».

Il estime qu’il est plus judicieux pour la compagnie Royal Air Maroc (Ram) de soutenir les vols intérieurs, dont les tarifs sont à plus de 2.000 Dirhams entre Casablanca et Tanger, soit les deux tiers du prix du billet vers Tel-Aviv. La RAM avait annoncé le lancement d’une ligne directe entre Casablanca et Tel-Aviv à partir du 12 décembre 2021.
R. I.

Le Courrier d’Algérie, 17/11/2021

#Maroc #Israël #Normalisation #Palestine #Benny_Gantz