Maroc-Algérie : L’UpM à la rescousse du Makhzen

Tags : Algérie, Maroc, Union Pour la Méditerranée – Maroc-Algérie : L’UpM à la rescousse du Makhzen

Malgré l’affirmation de l’Algérie plus d’une fois que l’option d’une médiation avec le Maroc n’est pas sur la table pour normaliser les relations bilatérales, certaines parties insistent pour re-présenter cette proposition à chaque fois, d’une manière qui remet en cause le fond de cette insistance et qui est derrière elle, et si le voisin occidental a quelque chose à voir avec cela. ?

Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Alvares, dans une interview au journal « Diario de Sevilla », a déclaré que son pays entendait reprendre l’initiative de travailler pour dissiper les nuages ​​qui assombrissent le ciel des relations algéro-marocaines, à l’Union pour la Sommet méditerranéen, organisé par Barcelone, Espagne, les lundi 28 et 29 novembre.

Selon le chef de la diplomatie espagnole, « le Maroc et l’Algérie sont des pays partenaires clés pour l’Espagne et l’Union européenne, et avec eux nous construisons la relation en Méditerranée. Les 28 et 29 novembre, Barcelone accueillera une conférence de l’Union pour la Méditerranée, où nous discuterons de ces questions. Nous, en Espagne, travaillerons toujours pour la détente. Dans un souci de bon voisinage et de coopération pour construire la Méditerranée, le dialogue est essentiel à cet égard », a-t-il soutenu.

L’Union pour la Méditerranée est un regroupement de pays riverains de la mer Méditerranée, créé par l’ancien président français Nicolas Sarkozy, mais l’Algérie n’était pas enthousiaste à l’idée de travailler au sein de cet espace, car elle pense que Sarkozy a créé cette union en 2008, afin de briser le siège imposé à l’État de l’entité sioniste par les pays arabes, alors que la position de l’Algérie sur cette question se passe de commentaires.

Plus d’un responsable espagnol, conduit par la vice-première ministre, Teresa Rivera, et le ministre des Affaires étrangères s’étaient rendus en Algérie, et avaient tenté d’assouplir la position algérienne concernant la normalisation des relations entre l’Algérie et Rabat, même si l’affaire se limitait à l’extension des travaux du gazoduc Maghreb-Europe uniquement, mais toutes ces tentatives ont échoué.

Cependant, faire la lumière sur l’Union pour la Méditerranée répond à de nombreuses questions posées sur l’insistance persistante des parties à soutenir la normalisation des relations algéro-marocaines. Cette instance, qui n’aimait pas l’Algérie dès le départ, comme pour le Maroc, était l’une des plus impatientes pour elle en raison de ses relations multiples avec l’Etat de l’entité sioniste. En témoigne le fait que deux Marocains ont assumé le poste de secrétariat général de ce syndicat.

Un autre Marocain a occupé le poste de secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, et il a été le Fatih Al-Sijlmassi pendant plus d’un mandat, ce qui indique l’étendue de l’influence dont jouit le régime makhzen dans cette initiative de Sarkozy, ce qui suggère que Le Maroc est celui qui essaie de relancer la médiation, sous n’importe quelle plateforme.

Ainsi, le régime du Makhzen a été fortement affecté par les sanctions algériennes qui lui ont été imposées après la rupture des relations bilatérales, qui ont eu pour conséquence d’empêcher l’aviation civile et militaire marocaine de survoler l’espace aérien algérien, et enfin, d’arrêter l’approvisionnement en Voisin occidental du gaz naturel liquéfié après la décision de ne pas renouveler le contrat du gazoduc Maghreb-Europe.

On s’attend à ce que le sort de la médiation dont a parlé le chef de la diplomatie espagnole se trouve sous le dôme de l’Union pour la Méditerranée, à l’instar d’autres tentatives de médiation ayant échoué, similaires à celles initiées par le Royaume d’Arabie saoudite et les États-Unis. les Émirats arabes unis et dans une moindre mesure la République islamique de Mauritanie.

C’était à la demande de Rabat, dont les responsables prétendent dans les médias qu’ils sont indifférents à la rupture des relations et à ses répercussions sur l’économie marocaine.

La médiation envisagée par le ministre espagnol intervient au moment où Rabat s’apprête à recevoir le ministre de la Défense de l’entité sioniste, Benny Gantz, pour signer des accords de coopération militaire et sécuritaire. À toutes fins utiles, le makhzen marocain est devenu un simple outil entre les mains de Tel-Aviv, qui œuvre pour amener le différend algéro-marocain à un point de non-retour.

Echourouk online, 16/11/2021

#Maroc #Algérie #UpM #Union_Méditerranée #Gazoduc #Gaz