Sahel: la force conjointe a besoin d’un soutien mondial

Tags: Sahel, Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger – Sahel: la force conjointe a besoin d’un soutien mondial

Au milieu de la grave instabilité au Sahel, la force conjointe a besoin d’un financement plus prévisible et d’un soutien mondial pour lutter contre l’extrémisme violent, déclare le chef des opérations de paix au Conseil de sécurité
Dans un contexte de sécurité toujours instable ponctuée d’attaques terroristes alarmantes, les troupes déployées pour lutter contre l’extrémisme violent dans la région du Sahel ont besoin d’un financement plus prévisible et d’un soutien international plus large, a déclaré aujourd’hui le haut responsable des opérations de paix des Nations Unies au Conseil de sécurité.

Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, a présenté le dernier rapport du Secrétaire général sur les activités de la Force conjointe du Groupe des Cinq pour le Sahel (G5 Sahel) et de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali ( MINUSMA), notant que la région reste gravement instable, les civils payant le prix le plus élevé. De nombreuses vies sont perdues chaque jour en raison d’attaques terroristes, des millions de personnes sont déplacées et les soins de santé primaires restent inaccessibles, alors même que la pandémie continue de faire rage.

Dans un contexte aussi difficile, le travail de la Force conjointe du G5 Sahel reste crucial, a-t-il déclaré, soulignant qu’elle a accéléré son rythme opérationnel depuis sa création en 2017, et a même récemment démontré sa capacité à monter avec agilité une opération ad hoc. en réponse à une attaque imminente contre des civils au Burkina Faso. Le rapport du Secrétaire général, ainsi que sa lettre présentant une évaluation des opérations par le Secrétariat, affirment que la Force conjointe est un élément clé d’une réponse de sécurité collective aux multiples défis auxquels la région est confrontée, notamment le terrorisme, la faiblesse de la sécurité aux frontières, trafic de personnes, de marchandises illicites, d’armes et de drogues. Cependant, a-t-il averti, il existe un risque que la Force conjointe perde les gains qui ont été réalisés.

Soulignant les progrès réalisés dans la protection des civils et dans la prévention et l’atténuation des violations des droits de l’homme commises par les forces armées et de sécurité lors d’opérations antiterroristes, il a souligné la nécessité d’un bureau d’appui dédié financé par des contributions fixées – plutôt que le modèle actuel qui repose sur un financement imprévisible des donateurs – renforcer ces travaux et assurer une plus grande cohérence entre les efforts militaires et politiques et de développement.

Fatimata Ouilma Sinare, de la section Burkina Faso du Réseau pour la paix et la sécurité pour les femmes dans l’espace de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a également informé le Conseil, qui a décrit comment la crise actuelle a affecté les femmes de manière disproportionnée. Au Niger, 76 pour cent des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans tandis qu’au Mali, le taux de mutilations génitales féminines est de 82 pour cent chez les femmes âgées de 15 à 49 ans. Il existe de nombreux rapports d’abus sexuels et de viols dans le bassin du lac Tchad. Région. De plus, les femmes continuent d’être terriblement sous-représentées dans les postes de décision. Alors que les organisations de femmes de la société civile tentent de répondre à ces préoccupations au niveau communautaire, elles ont besoin d’un soutien technique et financier, a-t-elle déclaré.

Ammo Aziza Baroud, du Tchad, s’exprimant au nom de la Force conjointe du G5 Sahel, a décrit les défis sécuritaires persistants dans la région, notant une augmentation du terrorisme et des conflits intercommunautaires. Elle a regretté que la communauté internationale n’ait pas tenu ses promesses de soutenir la région dans la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030, ce qui a entraîné la désillusion et la résignation de la population.

Au cours du débat qui a suivi, les membres du Conseil se sont déclarés préoccupés par la situation sécuritaire et humanitaire alarmante et ont salué le travail de la Force conjointe visant à protéger les civils et à freiner les activités extrémistes. Plusieurs membres se sont fait l’écho de l’appel du Secrétaire général adjoint en faveur d’un financement plus cohérent et prévisible pour aider à répondre aux exigences de l’aggravation de la situation sur le terrain, tandis que d’autres ont fait part de leurs préoccupations concernant les allégations de violations des droits de l’homme lors d’opérations antiterroristes et ont mis en doute la pertinence de la Nations Unies en tant que mécanisme d’appui à la Force conjointe.

Le représentant de la France a appelé à une action résolue de la communauté internationale, étant donné le lourd fardeau que les civils continuent de payer malgré les récentes réalisations de la Force conjointe dans le renforcement des efforts régionaux de lutte contre le terrorisme. Il a appelé les membres du Conseil à apporter leur soutien à l’appel du Secrétaire général visant à rendre opérationnel un bureau d’appui, soulignant que les membres ayant des réserves sur la proposition n’avaient pas encore proposé d’alternatives crédibles.

Dans le même ordre d’idées, le délégué du Niger, s’exprimant également au nom du Kenya, de la Tunisie et de Saint-Vincent-et-les Grenadines, a déclaré qu’un bureau d’appui des Nations Unies reste l’option la plus appropriée pour assurer un financement prévisible de la Force conjointe du G5 Sahel et renforcer sa planification opérationnelle. capacité. Il a souligné que le flux potentiel de combattants ainsi que d’armes après le retrait des combattants étrangers du théâtre libyen souligne la nécessité pour la Force conjointe du G5 Sahel, la MINUSMA et les forces internationales alliées de combler le fossé sécuritaire dans la région.

Le représentant de l’Estonie, quant à lui, s’est déclaré préoccupé par les informations faisant état de violations des droits de l’homme qui auraient été commises par les forces de sécurité lors d’activités antiterroristes, et a souligné que ces activités devaient être entreprises dans le strict respect du droit international humanitaire. Toutes les violations des droits humains doivent faire l’objet d’une enquête et les auteurs doivent être pleinement tenus responsables, quel que soit leur statut, a-t-il déclaré.

Le délégué du Royaume-Uni a également souligné la nécessité de renforcer la protection des droits de l’homme et le respect du droit international humanitaire, sans lequel il ne peut y avoir de paix et de sécurité durables au Sahel. Il s’est félicité de la décision des autorités maliennes de porter trois affaires devant le Tribunal militaire de Bamako ce mois-ci, la qualifiant de « avancée importante dans la lutte contre l’impunité ». Si la Force conjointe est une solution cruciale aux défis de la région, il a néanmoins souligné que l’ONU n’est pas le bon véhicule pour lui apporter un soutien durable, et que des mécanismes de soutien bilatéraux et multilatéraux qui n’impliquent pas l’Organisation devraient être explorés.

Entre-temps, le représentant de la Fédération de Russie s’est déclaré préoccupé par l’aggravation de la situation humanitaire au Sahel, entraînant une augmentation du nombre de personnes déplacées et de réfugiés. Si des mesures ne sont pas prises pour améliorer la situation, les conditions de la radicalisation s’amplifieront, a-t-elle averti. Pour sa part, la Fédération de Russie a fourni une assistance militaire et technique, y compris la formation de personnel militaire et de police, à plusieurs pays, et a l’intention de continuer à entreprendre ce travail.

Des représentants de l’Inde, de la Norvège, de l’Irlande, de la Chine, du Viet Nam, des États-Unis et du Mexique ont également pris la parole aujourd’hui.

La réunion a commencé à 10h25 et s’est terminée à 11h55

Briefings

JEAN-PIERRE LACROIX, Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, faisant un exposé au Conseil sur le rapport du Secrétaire général sur la Force conjointe du Groupe des Cinq pour le Sahel (G5 Sahel) (document S/2021/940), a déclaré que la situation dans la région restait extrêmement instable, les civils payant le prix le plus élevé. De nombreuses vies sont perdues chaque jour en raison d’attaques terroristes, des millions de personnes sont déplacées et les soins de santé primaires restent inaccessibles, alors même que la pandémie continue de faire rage. Dans ce contexte, il a déclaré que la formation de la Force conjointe du G5 Sahel est une réalisation importante. Depuis son premier déploiement en 2017, malgré de nombreux revers, il a accéléré et maintenu son rythme opérationnel, et se réunira la semaine prochaine pour approuver son plan opérationnel 2022-2023. Ces dernières semaines, il a également démontré sa capacité à monter avec agilité une opération ad hoc pour répondre à une attaque imminente contre des civils au Burkina Faso.

Néanmoins, la Force conjointe est maintenant à la croisée des chemins, et il y a un risque qu’elle perde les gains qui ont été réalisés, a-t-il déclaré. Une lettre du Secrétaire général du 8 octobre décrivant une évaluation réalisée par le Secrétariat et le rapport sur les développements récents soulignent tous deux le fait que la Force conjointe reste un élément essentiel d’une réponse de sécurité collective aux multiples défis auxquels la région est confrontée, notamment terrorisme, faible sécurité aux frontières, trafic de personnes, de marchandises illicites, d’armes et de drogues, a-t-il déclaré, ajoutant : « Il est de la responsabilité collective de la communauté internationale de soutenir les efforts des États membres du G5 Sahel.

Il a ensuite félicité l’Union européenne pour son soutien financier, qui a rendu possible la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Depuis son dernier exposé au Conseil sur la Force conjointe, il a déclaré que la Mission avait pris toutes les mesures nécessaires pour garantir que les sous-traitants puissent fournir des consommables de survie aux sept bataillons déployés sous le commandement de la force conjointe. Cependant, il a souligné que le modèle de soutien a ses limites, car il repose sur des financements imprévisibles des donateurs, qui ne peuvent pas entièrement répondre aux besoins de la Force conjointe. Un bureau d’appui spécialisé, financé par des contributions fixées, est nécessaire pour améliorer l’efficacité et la portée de ses travaux. Cependant, il a souligné que la création d’un bureau, si le Conseil en décide ainsi, nécessitera une collaboration renforcée pour améliorer la gouvernance institutionnelle et le dialogue, avec la pleine coopération de toutes les entités concernées du G5 Sahel, y compris le Comité de défense et de sécurité et le Secrétariat exécutif. En outre, les États du G5 Sahel devraient également clarifier la surveillance civile, le commandement et le contrôle des opérations de la force conjointe et renforcer les mécanismes de protection des droits humains.

Passant aux progrès accomplis, il a déclaré que la mise en place d’un cadre de respect des droits de l’homme et l’application stricte de la politique de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme concernant le soutien des Nations Unies aux forces de sécurité non onusiennes ont aidé à prévenir et à atténuer les violations des droits de l’homme commises par les forces armées et de sécurité tout en mener des opérations antiterroristes. De plus, le renforcement des patrouilles a contribué à renforcer la protection des civils. Cependant, un bureau d’appui permettrait d’intensifier le soutien logistique et opérationnel, de mieux protéger les civils et d’assurer une plus grande cohérence entre les efforts militaires, politiques et de développement.

Il a poursuivi en soulignant que les efforts de sécurité à eux seuls ne pouvaient pas résoudre la crise au Sahel ; une approche holistique est nécessaire. Une telle approche doit englober la politique et s’attaquer aux causes profondes telles que la pauvreté et l’exclusion, a-t-il ajouté. Il a donc réitéré l’appel du Secrétaire général à créer un forum politique dédié, composé du G5 Sahel et d’autres organisations internationales et régionales, telles que l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les Nations Unies et l’Union européenne. , et les membres du Conseil. Ce forum pourrait promouvoir l’appropriation régionale et garantir que les opérations de la force sont alignées sur les processus politiques, y compris la mise en œuvre de l’Accord sur la paix et la réconciliation au Mali, a-t-il déclaré.

AMMO AZIZA BAROUD ( Tchad ), s’exprimant au nom de la Force conjointe du G5 Sahel, a noté que la sécurité dans la région du Sahel est toujours une grave préoccupation, avec l’augmentation du terrorisme et d’autres défis multidimensionnels, malgré les efforts pour les freiner. Les conflits intercommunautaires sont également en augmentation, liés à la crise sécuritaire et aux ressources limitées dues au changement climatique. La communauté internationale n’a pas tenu ses promesses de soutenir la région dans la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030, a-t-elle déploré, entraînant la désillusion et la résignation de la population. Soulignant que le G5 Sahel est la seule solution aux défis de la région, elle a déclaré qu’il s’agit d’une initiative de ses États membres qui bénéficiera également à la paix et à la sécurité internationales.

Notant que des progrès considérables ont été réalisés pour opérationnaliser la Force conjointe, elle a déclaré qu’un soutien est nécessaire pour faire face aux défis majeurs à venir. Pour garantir une gouvernance efficace du G5 Sahel, des efforts ont été déployés pour accélérer le processus de réforme institutionnelle, a-t-elle déclaré. Des progrès ont également été réalisés pour renforcer les droits humains dans la région, bien que des défis subsistent, et le G5 Sahel continuera de travailler avec ses partenaires pour atteindre les normes internationales. Quant aux options du Secrétaire général pour la région, un bureau d’appui des Nations Unies serait le plus approprié, car il fournirait un financement prévisible, fiable et durable pour restaurer le développement et la sécurité de la région.

FATIMATA OUILMA SINARE, présidente de la section burkinabé du Réseau sur la paix et la sécurité pour les femmes dans l’espace CEDEAO, a déclaré que la crise actuelle a touché les femmes de manière disproportionnée. Soulignant la situation actuelle, elle a déclaré qu’au Niger, 76 pour cent des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, le taux de mutilations génitales féminines au Mali est de 82 pour cent des femmes âgées de 15 à 49 ans, et des rapports effrénés continuent d’abus sexuels et de viol. dans la région du bassin du lac Tchad. Dans le même temps, les femmes sont sous-représentées dans les postes de décision. Ils détiennent moins de 15 pour cent des sièges à l’Assemblée nationale du Burkina Faso, où l’insécurité a fermé les écoles, affectant plus de 300 000 élèves. Pour répondre à ces préoccupations et à d’autres graves, elle a déclaré que les organisations de femmes proposent des solutions, des initiatives de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme aux efforts visant à lutter contre les multiples formes de violence au niveau communautaire. Plusieurs groupes font des percées, a-t-elle déclaré, soulignant de nombreux projets gérés par le Réseau Ouest Africain des Jeunes Femmes Leaders et le Groupe de travail Femmes, Jeunes, Paix et Sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

Soulignant l’ampleur des défis urgents, elle a attiré l’attention sur la manipulation croissante des femmes et des filles pour rejoindre les groupes armés. Proposant plusieurs recommandations pour changer la trajectoire actuelle, elle a déclaré que le soutien technique et financier aux stratégies nationales et aux organisations de femmes de la société civile peut, entre autres, faire progresser l’établissement de plans d’action en faveur des femmes et des jeunes. De telles initiatives devraient inclure des projets qui ont des effets positifs à long terme tels qu’une autonomisation socioéconomique et politique accrue des femmes et des filles. En outre, les efforts doivent se concentrer sur l’encouragement du dialogue entre les groupes armés et les autorités étatiques et régionales pour réprimer la violence, et un soutien est nécessaire pour améliorer la qualité des services de santé et d’éducation et pour renforcer les activités de prévention des conflits, a-t-elle déclaré.

Déclarations

NICOLAS DE RIVIÈRE ( France) a déclaré que l’action résolue de la communauté internationale est plus que jamais nécessaire, étant donné le lourd fardeau que les civils continuent de payer malgré les récentes réalisations de la Force du Sahel. Le soutien des Nations Unies à la Force conjointe du G5 Sahel, qui a été une réponse régionale cruciale contre le terrorisme, est essentiel, a-t-il déclaré, rappelant que les récentes opérations ont entravé les activités des groupes terroristes et renforcé la confiance entre les forces armées et les populations locales. Soulignant le soutien mondial à la Force conjointe, il a déclaré que si les États de la région ont contribué 12 millions de dollars à l’opération Sama 3, le soutien politique et financier reste insuffisant. Pour planifier et mener pleinement les opérations, la Force interarmées a besoin d’un soutien prévisible et durable. L’appel du Secrétaire général à rendre opérationnel un bureau d’appui à la Force conjointe peut, entre autres, promouvoir les droits de l’homme, a-t-il déclaré, appelant les membres du Conseil à soutenir sa création. Notant que les membres ayant des réserves sur la proposition n’ont pas encore proposé d’alternatives crédibles, il a déclaré que le Conseil doit réagir de toute urgence à un moment où les groupes terroristes continuent de gagner du terrain dans un contexte d’aggravation de la situation. Soutenir la Force conjointe n’est qu’une partie de la lutte mondiale contre le terrorisme, a-t-il déclaré, exprimant les contributions continues de la France pour aider les pays de la région, dont 600 millions d’euros en 2020.

MOUSSA MAMAN SANI ( Niger), s’exprimant également au nom du Kenya, de la Tunisie et de Saint-Vincent-et-les Grenadines, a noté que les civils sont les plus touchés par la violence dans la région du Sahel et a condamné la dernière attaque lâche et barbare à leur encontre dans l’ouest du Niger. La réduction des effectifs de la force Barkhane et du contingent tchadien dans le secteur central, et le flux potentiel de combattants ainsi que d’armes après le retrait des combattants étrangers du théâtre libyen, a-t-il dit, soulignent la nécessité de la force conjointe du G5 Sahel, de la MINUSMA et forces internationales alliées pour combler le fossé sécuritaire. Ajoutant qu’un bureau d’appui des Nations Unies reste l’option la plus appropriée, il a déclaré que cela permettrait un financement prévisible de la Force conjointe du G5 Sahel, renforcerait sa capacité de planification opérationnelle et fournirait un cadre de protection des droits humains. En raison des effets combinés de l’insécurité et du changement climatique, la situation humanitaire au Sahel s’est également détériorée, a-t-il noté, avec un peu moins de 30 millions de personnes nécessitant une protection. Des efforts intensifiés pour répondre aux besoins de ces personnes vulnérables sont essentiels pour éviter un terrain fertile pour le recrutement de jeunes par les groupes terroristes armés, a-t-il déclaré.

ANNA M. EVSTIGNEEVA ( Fédération de Russie). En outre, la crise humanitaire s’est aggravée, entraînant une augmentation du nombre de personnes déplacées et de réfugiés. Si des mesures ne sont pas prises pour améliorer la situation, les conditions de la radicalisation s’amplifieront, a-t-elle averti. Passant aux activités de la Force conjointe, elle a appelé à davantage de coordination avec la MINUSMA ainsi qu’avec d’autres présences militaires dans la région. Elle a ajouté que le bon fonctionnement de la Force conjointe dépendait de deux facteurs importants : assurer un financement stable et prévisible et fournir un transport et un soutien logistique appropriés. Elle a reconnu la nécessité d’un soutien international plus soutenu, en raison des défis importants auxquels il est confronté, ajoutant que son pays est prêt à examiner les propositions énoncées dans la lettre du Secrétaire général. Cependant, ces propositions nécessitent une compréhension claire de leur faisabilité, de leur efficacité, des coûts requis et des sources de financement. En outre, la Fédération de Russie suit de près la situation dans la région et a fourni une assistance militaire et technique, y compris la formation de personnel militaire et de police, à plusieurs pays, et a l’intention de continuer à entreprendre ce travail.

MADHU SOUDAN RAVINDRAN ( Inde) a noté que la sécurité au Sahel continue d’être un sujet de grave préoccupation, avec l’augmentation du terrorisme et des attaques de groupes armés. Alors que les terroristes continuent d’étendre leur force et leur contrôle, s’attaquer à ce problème est une condition préalable essentielle à l’instauration de la paix dans la région. Soulignant qu’il ne s’agit pas seulement d’une obligation de la région, mais de la communauté internationale, il a déclaré que l’indécision du Conseil sur la question a permis aux terroristes d’étendre leur emprise, soulignant la nécessité de les combattre plus efficacement. Le soutien opérationnel à la Force conjointe est insuffisant, a-t-il déclaré, exhortant le Conseil à la soutenir en fournissant les financements nécessaires. Soulignant le soutien limité que la Force conjointe reçoit de la MINUSMA, il a déclaré qu’elle avait besoin d’un soutien durable et prévisible pour parer aux graves défis politiques et sécuritaires dans la région.

MONA JUUL ( Norvège) a déclaré que le voyage du Conseil au Sahel a été consacré à l’écoute de solutions. Comprenant le besoin de flexibilité, de durabilité et de prévisibilité pour la Force conjointe du G5 Sahel, elle a déclaré que l’initiative nécessite l’attention et le soutien du Conseil. La Norvège attend avec intérêt de discuter plus avant de la proposition du Secrétaire général de créer un bureau d’appui à la Force conjointe, mais tout soutien de l’ONU doit reposer sur une conduite conforme au Cadre de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme, les opérations militaires respectant les obligations découlant du droit international humanitaire et le droit des droits de l’homme. Profondément préoccupée par les attaques contre des civils qui auraient été commises par des membres de la Force conjointe, elle a salué les cas où les auteurs ont été démis de leurs fonctions ou poursuivis. Encore,

JAMES PAUL ROSCOE ( Royaume-Uni) a déclaré qu’une réponse militaire à l’insécurité de la région doit être intégrée dans des efforts plus larges visant à améliorer la gouvernance. Une transition démocratique opportune au Mali est essentielle. Le Royaume-Uni soutiendra les travaux de la Haute Autorité pour la Consolidation de la Paix du Niger, qui vise à améliorer la résilience des populations locales dans la zone tri-frontière et à promouvoir le dialogue entre les communautés et les représentants de l’État pour aider à résoudre les différends. Il ne peut y avoir de paix et de sécurité durables au Sahel sans protection des droits humains et sans le respect du droit international humanitaire. Il a exhorté tous les gouvernements à enquêter sur les allégations de violations des droits de l’homme au fur et à mesure qu’elles se présentent et à poursuivre les responsables. Le respect des normes internationales des droits de l’homme et des procédures judiciaires lors des opérations antiterroristes doit également être garanti. Il s’est félicité de la décision des autorités maliennes de porter trois affaires devant le Tribunal militaire de Bamako ce mois-ci. « C’est un pas en avant important dans la lutte contre l’impunité », a-t-il déclaré. La Force conjointe du G5 Sahel est cruciale pour une solution aux défis du Sahel. Notant la lettre d’octobre du Secrétaire général sur les modèles de soutien alternatifs pour la Force conjointe, il a déclaré que le Royaume-Uni avait espéré des mécanismes de soutien bilatéraux et multilatéraux qui n’impliquent pas les Nations Unies. Préoccupé par l’implication de l’Organisation dans des opérations nationales offensives de lutte contre le terrorisme, il a déclaré que ce n’était pas le bon véhicule pour fournir un soutien durable à la Force conjointe. La Force conjointe du G5 Sahel est cruciale pour une solution aux défis du Sahel. Notant la lettre d’octobre du Secrétaire général sur les modèles de soutien alternatifs pour la Force conjointe, il a déclaré que le Royaume-Uni avait espéré des mécanismes de soutien bilatéraux et multilatéraux qui n’impliquent pas les Nations Unies. Préoccupé par l’implication de l’Organisation dans des opérations nationales offensives de lutte contre le terrorisme, il a déclaré que ce n’était pas le bon véhicule pour fournir un soutien durable à la Force conjointe. La Force conjointe du G5 Sahel est cruciale pour une solution aux défis du Sahel. Notant la lettre d’octobre du Secrétaire général sur les modèles de soutien alternatifs pour la Force conjointe, il a déclaré que le Royaume-Uni avait espéré des mécanismes de soutien bilatéraux et multilatéraux qui n’impliquent pas les Nations Unies. Préoccupé par l’implication de l’Organisation dans des opérations nationales offensives de lutte contre le terrorisme, il a déclaré que ce n’était pas le bon véhicule pour fournir un soutien durable à la Force conjointe.

SVEN JÜRGENSON ( Estonie), exprimant son inquiétude face à la situation sécuritaire instable et qui se détériore au Sahel, a fermement condamné toutes les attaques contre des civils, y compris celle récente dans la région de Tillabéri au Niger qui a fait 69 morts. Soulignant l’importance de rétablir une présence de sécurité, ainsi que des institutions policières et judiciaires, il a déclaré que la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Sahel ne peut réussir que grâce à un effort conjoint des forces nationales, régionales et internationales. Comment organiser un soutien international efficace à la Force conjointe du G5 Sahel reste une question centrale, a-t-il noté, soulignant que le Conseil devrait examiner le projet de bureau d’appui des Nations Unies pour la Force conjointe proposé par le Secrétaire général. Ajoutant que le respect du droit international humanitaire fait partie intégrante des efforts de lutte contre le terrorisme, il s’est déclaré préoccupé par les informations faisant état de violations des droits humains qui auraient été commises par les forces de sécurité lors d’activités antiterroristes. Il est essentiel d’enquêter sur toutes les violations des droits de l’homme, a-t-il déclaré, et de tenir les coupables pleinement responsables, quel que soit leur statut.

GERALDINE BYRNE NASON ( Irlande), rappelant la récente visite du Conseil, a déclaré que les membres avaient entendu de première main comment le conflit exacerbait la crise humanitaire au Sahel, aggravée par les défis du changement climatique et de l’insécurité alimentaire. Le Conseil a la responsabilité d’aider les citoyens dans leurs efforts pour créer un avenir meilleur pour eux-mêmes, leur pays et la région. Les opérations de sécurité doivent être complétées par une action humanitaire et de développement coordonnée, atteignant en premier les plus en retard. Une force conjointe du G5 Sahel stratégiquement ciblée et efficace sur le plan opérationnel a un rôle clé à jouer, de la protection des civils au respect des droits humains. Une plus grande inclusion des femmes peut considérablement améliorer l’efficacité des opérations et davantage doit être fait pour améliorer leur représentation, a-t-elle déclaré. Elle a encouragé la Force conjointe à redoubler d’efforts pour rassembler et partager des informations sur l’impact des opérations et, surtout, pour différencier les opérations nationales des siennes. L’Irlande reste déterminée à soutenir les pays du Sahel dans leurs efforts et, en plus des contributions de troupes à la MINUSMA, continuera à travailler au niveau bilatéral et avec des partenaires de toute la région pour poursuivre la paix et la sécurité.

DAI BING ( Chine) a déclaré que la récente visite du Conseil de sécurité au Sahel avait encore approfondi la compréhension de l’organe de la sombre situation sécuritaire dans la région. Notant que les pays du G5 ont uni leurs forces pour lutter contre le terrorisme et ont renforcé leur propre capacité à éliminer le fléau, il a exprimé le soutien de son pays à la MINUSMA dans l’amélioration de son opération logistique. La MINUSMA devrait former un programme logistique correspondant pour soutenir les opérations militaires de la Force conjointe. Il a encouragé l’Union européenne à accroître son soutien financier à la Force conjointe. En ce qui concerne la réorganisation ou la réduction des déploiements militaires, des communications et une coordination étroites avec les pays de la région sont cruciales pour éviter un vide sécuritaire. La Chine continuera de fournir un soutien financier et des équipements à la Force conjointe par le biais de canaux bilatéraux.

TRA PHUONG NGUYEN ( Viet Nam) a appelé toutes les parties prenantes de la région à faire preuve de la plus grande retenue et à promouvoir la réconciliation par le dialogue et les consultations, avec la participation pleine, égale et significative des femmes et des jeunes. Réitérant le rôle clé de la Force conjointe dans la lutte contre le terrorisme et le maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la région, elle a déclaré que ces efforts nécessitent une coopération accrue et des ressources adéquates de la part des Nations Unies, des organisations régionales et de la communauté internationale. Il est également essentiel d’assurer la sécurité des soldats de la paix, y compris ceux qui travaillent pour la MINUSMA, en particulier dans un contexte d’attaques extrémistes croissantes et de détérioration des conditions de sécurité. La question humanitaire a ajouté des couches aux défis déjà complexes de la région. En tant que tel, il est vital de lever toutes les restrictions aux déplacements des civils, fournir un accès sans entrave aux efforts d’aide et assurer le financement et les services essentiels pour les personnes vulnérables. Elle a également appelé à une approche holistique des défis sécuritaires, humanitaires et de développement au Sahel, en mettant davantage l’accent sur les services sociaux et le développement économique durable et l’inclusion des femmes et des jeunes à cet égard.

RICHARD M. MILLS, JR. ( États-Unis) a exprimé son inquiétude face à la recrudescence récente de la violence et à certains cas de recul démocratique dans la région du Sahel et a présenté ses condoléances au Niger après l’horrible attaque terroriste du début du mois. Lors de la récente visite du Conseil au Mali et au Niger, il a rappelé qu’un message fort avait été transmis au Mali pour la tenue d’élections dans les délais convenus. Les États-Unis ont fourni 588 millions de dollars d’aide à la sécurité à la Force conjointe depuis 2017, a-t-il déclaré. Un soutien international accru est nécessaire pour combler les lacunes critiques, y compris l’aide à l’éducation, à la santé et au changement climatique, a-t-il déclaré, ajoutant que des options non-ONU doivent être explorées à cet égard. L’ONU n’est pas un véhicule approprié pour soutenir la Force conjointe, car il ne s’agit pas d’une force multilatérale mandatée comme opération de maintien de la paix en sol étranger. Par conséquent, des efforts collectifs doivent être faits pour aller au-delà d’une réponse uniquement militaire et pour s’attaquer aux problèmes de gouvernance. Il a apporté son soutien à la MINUSMA pour son travail et a déclaré que sa stratégie de sortie n’était pas alignée sur celle de l’opération antiterroriste de la Force conjointe, ajoutant : « et cela ne devrait pas non plus l’être ». Il a appelé la Force conjointe à renforcer la responsabilité en mettant pleinement en œuvre son cadre de conformité au droit international humanitaire. En outre, il a souligné la nécessité d’une transition démocratique au Mali et au Tchad, car cela ouvrirait la voie à un soutien bilatéral et régional, actuellement limité en raison des coups d’État. Il a apporté son soutien à la MINUSMA pour son travail et a déclaré que sa stratégie de sortie n’était pas alignée sur celle de l’opération antiterroriste de la Force conjointe, ajoutant : « et cela ne devrait pas non plus l’être ». Il a appelé la Force conjointe à renforcer la responsabilité en mettant pleinement en œuvre son cadre de conformité au droit international humanitaire. En outre, il a souligné la nécessité d’une transition démocratique au Mali et au Tchad, car cela ouvrirait la voie à un soutien bilatéral et régional, actuellement limité en raison des coups d’État. Il a apporté son soutien à la MINUSMA pour son travail et a déclaré que sa stratégie de sortie n’était pas alignée sur celle de l’opération antiterroriste de la Force conjointe, ajoutant : « et cela ne devrait pas non plus l’être ». Il a appelé la Force conjointe à renforcer la responsabilité en mettant pleinement en œuvre son cadre de conformité au droit international humanitaire. En outre, il a souligné la nécessité d’une transition démocratique au Mali et au Tchad, car cela ouvrirait la voie à un soutien bilatéral et régional, actuellement limité en raison des coups d’État.

JUAN GÓMEZ ROBLEDO VERDUZCO ( Mexique), président du Conseil de sécurité de novembre, a noté que le Conseil a constaté lors de sa récente visite au Sahel que l’insécurité est son principal problème, alimentée par l’activité croissante des groupes terroristes et les affrontements intercommunautaires pour les ressources. Ajoutant que le problème de sécurité nécessite une réponse bien au-delà d’une solution militaire, il a souligné la nécessité de s’attaquer aux causes profondes des conflits au Sahel ainsi que l’importance d’inclure les femmes dans tous les efforts en tant qu’agents de changement. Soulignant les options du Secrétaire général pour fournir un soutien prévisible et durable à la Force conjointe, il a souligné la nécessité de lever les réserves du Conseil sur la question, car toute menace terroriste affecte la paix et la sécurité internationales. Il a toutefois ajouté que tout soutien à la Force conjointe doit s’accompagner du plein respect de la Charte des Nations Unies,

UN Press, 12/11/2021

#Sahel #Mali #Niger #BurkinaFaso #Tchad #Mauritanie #Afrique #MINUSMA