Crise Maroc-Espagne: Rien n’a changé

Tags: Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali – Crise Maroc-Espagne: Rien n’a changé

Six mois après le retrait de l’ambassadeur, la crise avec le Maroc n’est pas encore résolue
Le Maroc n’a toujours pas d’ambassadeur à Madrid. Six mois après la décision de Mohammed VI de rappeler Karima Benyaich pour des consultations au plus fort de la crise liée à l’accueil en Espagne du leader du Front Polisario Brahim Ghali, et coïncidant avec l’afflux massif de milliers de migrants à Ceuta, Rabat n’a pas inversé la situation.
L’absence de l’ambassadeur, ami personnel du monarque alaouite, est symptomatique de l’état actuel des relations bilatérales et a empêché la tenue de la réunion de haut niveau prévue le 17 décembre, qui a été reportée et pour laquelle aucune date n’a été fixée.

L’accueil du leader du Polisario pour des raisons humanitaires afin qu’il reçoive un traitement pour le COVID-19 dans le dos du Maroc a déclenché la pire crise depuis Perejil en 2002, bien qu’après des semaines de critiques, Rabat ait fini par admettre qu’en réalité son malaise était motivé par le refus du gouvernement de reconnaître le Sahara occidental comme marocain, comme l’ont fait les États-Unis en décembre dernier alors que Donald Trump était toujours à la Maison Blanche.
Le départ du gouvernement de la ministre des affaires étrangères Arancha González Laya, que le Maroc considère comme la principale responsable de ce qui s’est passé et qui est actuellement défenderesse dans la procédure en cours devant un tribunal de Saragosse pour la manière dont s’est déroulé l’accueil du Ghali, semble avoir été de peu d’utilité.

Depuis son arrivée au palais de Santa Cruz, le nouveau ministre, José Manuel Albares, a tenté de jeter des ponts pour surmonter la crise avec le pays voisin, qu’il a qualifié de « grand ami » lors de son investiture le 12 juillet et avec lequel il a exprimé sa volonté de renforcer les relations.

À LA DISCRÉTION ABSOLUE D’ALBARES
À l’instar de son prédécesseur, M. Albares et son ministère se sont retranchés ces derniers mois derrière la nécessité de faire preuve de discrétion en matière de diplomatie afin de ne pas révéler les contacts et les mesures prises pour surmonter cette crise avec un voisin qui joue un rôle clé dans la réduction de l’immigration clandestine, mais aussi dans la lutte contre le terrorisme, entre autres.

Le ministre s’est finalement entretenu par téléphone avec son homologue marocain, Nasser Bourita, à la fin du mois de septembre, et bien que tous deux aient convenu de se rencontrer en personne, cela n’a pas encore eu lieu, malgré le fait que les deux hommes se soient rencontrés vendredi à Paris pour une conférence sur la Libye. La logique diplomatique veut que les deux ministres se rencontrent avant que le sommet bilatéral retardé puisse avoir lieu.

Entre-temps, M. Albares a laissé entendre que la situation semble être sur la bonne voie – « nous sommes sur la bonne voie », a-t-il déclaré le 25 octobre – et a souligné que « tous les signaux provenant du Maroc sont bons ».

MOHAMED VI PARIE SUR UNE « NOUVELLE ÉTAPE ».
Le ministre justifie cette déclaration en se référant au discours prononcé par Mohammed VI le 20 août. Le monarque a reconnu que les relations avaient traversé « une crise sans précédent » et a assuré qu’il avait lui-même suivi « personnellement et directement l’évolution du dialogue et le développement des discussions », ce que le ministre des Affaires étrangères considère comme particulièrement remarquable.

Par ailleurs, le roi du Maroc a précisé qu’il aspire à travailler avec le gouvernement espagnol  » en toute sincérité et confiance  » afin d' » inaugurer une nouvelle étape, sans précédent, dans les relations entre les deux pays, sur la base de la confiance, de la transparence, du respect mutuel et du respect des engagements « .

Le gouvernement espagnol est monté au créneau et le Premier ministre lui-même, Pedro Sánchez, a salué « ces paroles parce que sur la base de la confiance, du respect et de la collaboration présente et future, nous pouvons construire une relation sur des bases beaucoup plus solides que celles que nous avons eues jusqu’à présent ».

M. Albares s’est également exprimé dans le même sens au cours des derniers mois, appelant à « une relation stratégique avec le Maroc encore plus forte qu’auparavant », mais les bonnes paroles de part et d’autre ne se sont pas traduites par des actes, et Mohammed VI a de nouveau parlé d’élever le niveau de la relation dans son message de félicitations au roi et à la reine le 12 octobre.

Parmi les raisons avancées par l’exécutif pour expliquer que la crise n’a pas été surmontée, il y a le fait que le Maroc a organisé des élections le 8 septembre et qu’un nouveau gouvernement de coalition a été formé, dirigé par Aziz Ajanuch. Cependant, le nouveau gouvernement a été formé le 7 octobre et, comme il fallait s’y attendre puisqu’il s’agit d’une décision du roi, le ministre des affaires étrangères y reste.

« Le gouvernement continue et continuera à travailler dans les domaines de coopération sur lesquels repose notre relation avec le Maroc, en recherchant la meilleure relation et le bénéfice mutuel, en défendant toujours les intérêts de l’Espagne », résume la position du gouvernement dans une réponse parlementaire à une question de Vox.

SIGNAUX NÉGATIFS
Toutefois, des signaux provenant de l’autre côté du détroit de Gibraltar jettent un doute sur la volonté de Rabat de rétablir les relations. Ces derniers jours, une nouvelle controverse est apparue à propos de l’installation d’une ferme piscicole marocaine à proximité des îles Chafarinas, une question sur laquelle le gouvernement n’a pas pris position.

En outre, le Maroc a récemment signé un contrat avec la société israélienne Ratio Petroleum Energy pour explorer le pétrole et le gaz au large de la côte saharienne, près de Dakhla. Le président des îles Canaries, Ángel Víctor Torres, a déclaré cette semaine que les Affaires étrangères lui ont assuré que le projet n’entrait pas en collision avec les eaux canariennes.

Quoi qu’il en soit, la nouvelle de ce contrat intervient à un moment où le différend avec le pays voisin concernant la délimitation des eaux territoriales n’a pas encore été résolu. Début 2020, le Maroc a adopté deux lois délimitant la mer territoriale marocaine jusqu’à 12 miles et la zone économique exclusive (ZEE) de 200 miles à partir de ses côtes.

Cette délimitation entrait en conflit avec la délimitation des eaux territoriales espagnoles dans les îles Canaries. Mais le gouvernement espagnol a assuré que le processus n’était pas encore achevé et que Rabat était d’accord pour que tout différend soit réglé conformément à la convention des Nations unies sur le droit de la mer et par « accord mutuel ».

En outre, le Maroc semble revenir sur la question du Sahara. La décision américaine de reconnaître le Sahara occidental comme marocain, prise en décembre dernier avec Donald Trump à la Maison Blanche et sur laquelle Joe Biden n’est pas revenu, a donné un nouvel élan à Rabat pour revendiquer la souveraineté sur ce territoire, que l’ONU inclut parmi ceux qui restent à décoloniser.

Précisément à l’occasion de l’anniversaire de la Marche Verte de 1976, Mohammed VI a saisi l’occasion pour lancer un avertissement « à ceux qui maintiennent des positions vagues ou ambivalentes » que le Maroc « ne s’engagera avec eux dans aucune démarche économique ou commerciale qui exclut le Sahara marocain ».

Ce faisant, il a fait une référence voilée aux arrêts de septembre du Tribunal général de l’UE (TUE) qui a annulé l’accord de pêche UE-Maroc pour y inclure le Sahara occidental et les avantages tarifaires que le bloc accorde à l’importation de produits agricoles et de la pêche de l’ancienne colonie espagnole.

« L’identité marocaine du Sahara est une réalité immuable et indiscutable, par la force de l’histoire, la légitimité, la volonté de ses enfants et une reconnaissance internationale large et croissante », soulignait Bourita quelques jours plus tard, insistant sur le fait que la seule solution possible réside dans le plan d’autonomie que Rabat a proposé pour ses provinces dites du Sud.

Qué, 14/11/2021

#Espagne #Maroc #Sahara_Occidental #Front_Polisario #Brahim_Ghali #Ceuta #Migration