Conflit algéro-marocain: il y a bien anguille sous roche

Tags: Algérie, Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, Israël – Conflit algéro-marocain: il y a bien anguille sous roche

L’Algérie remontée contre la France, et plus encore contre le Maroc ? Rien de nouveau ni au Nord ni à l’Ouest. Après tout, entre la France et l’Angleterre, le ciel n’est pas non plus serein, encore moins la mer ! Sauf que… Entre l’Algérie et la France, c’est de bonne guerre, pour ainsi dire.

Une stratégie d’occupant
Mais l’enjeu est absolument autre, entre l’Algérie et le Maroc. Ou plus exactement entre le Maroc et l’Algérie. D’aucuns nous rappellent la guerre des Sables. La donne a changé, comme l’enjeu, j’insiste.
Gare ! Gare à cet « incident » de toute évidence programmé (la mort de trois citoyens algériens), qui, sans doute, sera suivi d’un autre. Le Maroc semble s’y diriger posément, avec des calculs étrangers à la stratégie du Makhzen comme à sa tactique, d’ailleurs. La « Marche verte », c’était une tactique d’un autre âge, populisme en prime.
Quand je dis « nouvelle donne », je pense à celle échafaudée hors du Maghreb, hors du continent même. Et pas sur la rive nord de la Méditerranée, non : plutôt à l’Est, tout au bout, plus près du Jourdain que du Nil.

Disons-le, tout net : Israël doit être bel et bien à la manœuvre. Et l’on sait combien cet État est orfèvre en la matière ! Que le gouvernement israélien veuille enseigner au Maroc la politique du harcèlement que lui-même applique en Palestine, et qu’il aurait même promis une précieuse aide technologique, cela relève d’un secret de Polichinelle. Jamais, au grand jamais, Israël ne foule un sol si ce n’est pas pour pousser à la confrontation.

Toute allégeance géopolitique a son prix !
En somme, fondée sur l’occupation d’un autre pays, l’État d’Israël voudrait enseigner au Maroc son savoir-faire… Quant aux réactions de mes compatriotes, je lis ici et là que l’Algérie est dans la visée des va-t-en-guerre qui ont mis à feu et à sang la Libye, l’Irak, et ont tenté de le faire en Syrie. Auquel cas le pays doit se préparer. Certes. Mais je lis aussi d’autres va-t-en-guerre qui jouent aux « Che » sur les réseaux sociaux et disent leur certitude que notre pays a l’armée qu’il faut pour parer à toute velléité guerrière, et alors, gare au « petit roi » s’il s’aventurait à tenter le coup de force ! Non ! Ce n’est de l’intérêt d’aucun des deux peuples d’en arriver là.

Ce serait juste faire le jeu de leurs ennemis qui sont communs, qu’à l’Histoire ne plaise, si j’ose dire : Israël n’est pas le genre à intervenir si ce n’est dans son propre intérêt ! Et si de l’allégeance à Israël, pays où l’apartheid fait loi, le roi du Maroc espère tirer des bénéfices, comme récupérer le Sahara Occidental avec l’aide des stratèges de Tel-Aviv, c’est qu’il est loin de mesurer le prix de cette allégeance. Autant dire qu’il n’aura décidément hérité de son père que la couronne, et rien de sa finesse d’analyse, si l’on oublie la « Marche verte », ni la conscience qu’il avait du danger que couvent les alliances fortuites.
Salah Guemriche(*)

(*) Auteur du Dictionnaire des mots français d’origine arabe. Préface d’Assia Djebar de l’Académie française (Seuil 2007) ; Abd er-Rahman contre Charles Martel – la véritable histoire de la Bataille de Poitiers (Éd. Perrin 2010).
Dernier ouvrage : La Reconquête – Texte et photos sur les 6 premiers mois du Hirak (Orients-Editions, Paris 2019).

Le Soir d’Algérie, 11/11/2021

#Algérie #Maroc #Sahara_Occidental #Front_Polisario #Israël