Silence radio diplomatique entre voisins

Tags : Maroc, Algérie, Sahara Occidental – Silence radio diplomatique entre voisins

La spirale des hostilités politiques entre le Maroc et l’Algérie s’accélère depuis des mois. Les relations entre les deux pays voisins sont désormais au plus bas depuis près de 50 ans et proches d’un affrontement militaire. Le déclencheur se trouve dans la région de conflit du Sahara occidental.

La raison de cette escalade est la mort de trois civils algériens, dont Alger tient l’armée marocaine pour responsable. Les chauffeurs de camions se rendaient de Nouakchott, la capitale mauritanienne, à Ouargla, une ville située dans le désert de l’est de l’Algérie, avec leur convoi de marchandises. Ce faisant, ils ont traversé le territoire contrôlé par le Front de libération sahraoui Polisario sur ce que l’Algérie prétend être une route sûre et habituelle. La région est une zone de guerre depuis que le Polisario a rompu le cessez-le-feu avec le Maroc, qui occupe les deux tiers du Sahara occidental, il y a presque un an. « Plusieurs éléments montrent que l’occupant marocain a perpétré ces lâches assassinats avec des armes de haute technologie », indique le communiqué du bureau présidentiel à Alger. Dans le même temps, des représailles ont été annoncées pour « cet acte de terrorisme d’État ». « Ces meurtres ne resteront pas impunis », conclut la déclaration officielle. La mort des trois hommes a suscité l’horreur parmi les Algériens. Le fait que l’incident se soit produit le 1er novembre, date de la commémoration nationale du début de la guerre d’indépendance de l’Algérie contre la France, lui a conféré un caractère hautement symbolique. Les morts ont été enterrés comme des martyrs dans leurs villes d’origine. Même si le mot « guerre » n’apparaît pas dans l’annonce présidentielle, il était soudainement sur toutes les lèvres.

Dans le même temps, des voix de modération se sont élevées. Le ministre algérien des affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a immédiatement demandé aux Nations unies de charger sa force de maintien de la paix, la Minurso, qui est stationnée au Sahara occidental, d’enquêter sur ces incidents. Jusqu’à présent, cependant, l’ONU est restée silencieuse. L’attente des résultats de l’enquête semble avoir fait retomber la pression pour l’instant. Néanmoins, une contre-attaque militaire ne peut être exclue. Les deux pays se sont massivement réarmés ces dernières années et ont également ajouté des drones à leur arsenal, que le Maroc utilise déjà pour la reconnaissance et le bombardement dans la zone de combat du Sahara occidental. De part et d’autre de la frontière entre l’Algérie et le Royaume, fermée depuis 1994, la présence des troupes a été renforcée depuis quelque temps.

Ce ne serait pas le premier conflit armé entre les voisins nord-africains. En 1963, un an après l’émergence de l’Algérie en tant qu’État indépendant à l’issue d’une lutte de libération sacrificielle, les troupes marocaines avaient occupé une partie de son territoire. La « guerre des sables » a fait de nombreuses victimes et l’armée marocaine a été repoussée. Treize ans plus tard, les deux armées se sont à nouveau engagées dans de violents combats. Cette fois, la scène se déroule au Sahara occidental. Après l’invasion marocaine en 1975, le Polisario avait repris la lutte armée avec l’aide de l’Algérie. Le contexte de l’époque était également celui de la guerre froide entre le Maroc pro-occidental et l’Algérie soutenue par l’URSS. Les affrontements à Amgala ont fait des centaines de morts et se sont soldés par une victoire des forces sahraouies.

Depuis lors, le conflit, toujours non résolu, empoisonne la région du Maghreb, dans laquelle les anciennes alliances semblent désormais jouer un rôle accru. Donald Trump avait reconnu l’appartenance du Sahara occidental au Maroc dans un tweet peu avant de quitter ses fonctions. En contrepartie, Rabat avait ouvert la porte aux relations avec Israël. Pour l’Algérie, qui ne quitte pas le camp des Palestiniens dans le conflit du Moyen-Orient, c’est absolument inacceptable. La méfiance liée au rapprochement militaire de son voisin occidental avec Israël s’est finalement confirmée. Dans l’affaire des écoutes du programme israélien Pegasus, le Maroc a également ciblé des personnes issues des plus hauts cercles politiques et militaires en Algérie. Le gouvernement de Rabat a jeté de l’huile sur le feu en soutenant ouvertement le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK). Bien que le mouvement ait souligné son caractère pacifique depuis sa fondation en 2010, il est persécuté en Algérie en tant qu' »organisation terroriste ».

Le 24 août, Alger rompt définitivement ses relations diplomatiques avec Rabat. Un mois plus tard, elle a fermé son espace aérien aux avions marocains et, il y a une semaine, le robinet du gazoduc passant par le Maroc, qui fournit à l’Espagne et au Portugal une partie importante de leur gaz naturel. La Russie, quant à elle, a probablement reçu un accueil plus que favorable, car cela renforce son importance en tant que fournisseur de l’Europe. Presque au même moment, Moscou a pesé de tout son poids dans la balance diplomatique du conflit du Sahara occidental et a voté contre la dernière résolution du Conseil de sécurité. Moscou a critiqué le fait que la résolution n’énonce pas assez clairement le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et ne donne pas assez de pouvoirs à la Minurso. Alger, pour sa part, a déclaré que « seuls des pourparlers directs entre les parties au conflit » pourraient conduire à une solution, laissant ouverte sa participation en tant qu’observateur. Néanmoins, il semble y avoir un certain mouvement sur la question, également dû à l’intervention algérienne.

Depuis le 1er novembre, le nouveau représentant spécial des Nations unies pour le Sahara occidental, l’Italien Staffan de Mistura, s’efforce de relancer le plan de paix de l’ONU, qui est en sommeil depuis 30 ans. C’était également le sujet de la visite du président italien Sergio Mattarella à Alger en début de semaine. Il y a deux jours, une déclaration conjointe des ministres italien et marocain des affaires étrangères, Luigi Di Maio et Nasser Bourita, qui, à la suite d’une conversation téléphonique entre les deux, a parlé pour la première fois du « Sahara occidental sahraoui », a attiré l’attention. Quelques jours plus tôt, le roi Mohamed VI avait déclaré que le « Sahara occidental marocain » n’était « pas négociable ».

Si la Minurso confirme la version algérienne dans le cas des trois Algériens tués et que l’Algérie s’abstient néanmoins d’une frappe militaire, cela pourrait renforcer sa position de poids lourd diplomatique et d’acteur de désescalade dans la région – également dans les crises en Libye et au Mali. Toutefois, cela n’améliorerait pas, pour l’instant, les relations avec le Maroc voisin. Selon Al-Jazeera, le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré mardi que son pays était déterminé à « mettre définitivement fin » au conflit du Sahara occidental – mais sans renoncer à ses « droits légitimes » sur le territoire contesté.

ND-journalismus von links, 12/11/2021

#Maroc #Algérie #Sahara_Occidental