Donations au Maroc: Un secret d’Etat en Espagne

Tags : Espagne, Maroc, donations, subventions non remboursables, Migration -Donations au Maroc: Un secret d’Etat en Espagne

L’Intérieur déclare secret d’État toutes les subventions non remboursables au Maroc
Marlaska, après la crise de Ceuta, allègue à Transparency que l’argent qui est livré sans contrepartie ne peut pas être audité

L’entrée illégale d’environ 800 mineurs marocains à Ceuta en mai dernier lors de la plus grande crise migratoire avec le pays voisin a déclenché un flot de questions au gouvernement sur leurs relations avec Rabat sur le Portail de la transparence, la plateforme qui en théorie, depuis 2013 Il doit répondre à tous les doutes que les citoyens ont sur les actions de l’Administration centrale. Cependant, et malgré le fait que la grande majorité des questions posées par des acteurs ou des institutions privées portent sur de simples subventions et aides à caractère public – et ne se réfèrent donc pas à des matières réservées qui ont été classées par l’Official Secrets Act de 1968 – le ministère de l’Intérieur a décidé de ne rendre public aucun détail sur cet argent qui a été remis à Rabat dans un fonds perdu ces derniers mois.

Le refus devant le Portail de la transparence de fournir la moindre information sur l’argent qui est sorti des caisses espagnoles à destination du Maroc au titre de « coopération policière » et la volonté de ne pas fournir une seule information sur les mains dans lesquelles ils se sont retrouvés Ces fonds sont signés par Elena Garzón Otamendi, directrice générale des relations internationales et de l’immigration du département dirigé par Fernando Grande-Marlaska.

Les demandes d’information sur la destination des subventions publiques (non soumises à la prise en compte des fonds réservés) qui se produisent dans Transparence depuis le printemps dernier rencontrent le même fronton : révéler l’argent et la destination de cet argent porterait atteinte à la « sécurité nationale « , en plus de nuire « aux relations internationales développées par le Royaume d’Espagne ».

Sans détails
Bien que les exigences du portail sur lequel l’Administration centrale doit répondre à quoi elle dépense l’argent soient très précises (il y a même des citoyens qui demandent des éléments spécifiques d’« aide à la coopération policière internationale »), Interior se cache, sans approfondir détails , dans lesquels il s’agit de questions sur lesquelles le gouvernement peut opposer son veto à l’opinion publique en réponse à la loi sur la transparence car il s’agit de questions qui affectent les exceptions prévues aux articles 14.1.a, c et d du règlement de 2013 (questions affectant la « sécurité nationale » , « relations étrangères » et « sécurité publique »).

Garzón, le bras droit du ministre sur les questions d’immigration, insiste dans ses résolutions que l’administration a le droit, même s’il ne s’agit pas de fonds réservés déclarés à tel, de cacher au public quel argent et où ces subventions aller dans le pays voisin. « Il est nécessaire d’exempter l’application des principes généraux de publicité et de concours aux aides accordées au développement de la politique du gouvernement dans le cadre de la politique étrangère espagnole et au développement de la politique de sécurité », souligne le haut responsable de Grande-Marlaska dans ses écrits.

L’intérieur va jusqu’à assurer dans le Portail Transparence que révéler où vont les fonds qui parviennent aux autorités marocaines équivaudrait à donner des indices sur les mafias de l’immigration clandestine. « Il s’agit d’informations dont la diffusion compromettrait l’efficacité de la politique de sécurité des deux pays, notamment dans un domaine comme la lutte contre les réseaux criminels de trafic et de traite des êtres humains et l’immigration irrégulière, dont le modus operandi fluctue constamment, avec dans le but d’échapper à l’action des Forces et Organismes de Sécurité, ouvrant de nouvelles routes de trafic irrégulier d’êtres humains », viennent souligner les documents officiels de l’Intérieur.

Révéler le montant de l’aide et des bénéficiaires – l’Exécutif comprend – équivaudrait à « compromettre l’efficacité de la coopération développée dans un domaine qui a un impact direct sur la sécurité intérieure et internationale, en raison de la nature transnationale des réseaux criminels de trafic et du trafic de personnes, et en raison de leur lien avec d’autres activités criminelles ».

Mais la Direction générale des relations internationales et de l’immigration va plus loin en défendant qu’elle ne va pas fournir d’informations publiques sur l’argent qui est soi-disant donné aux gens au Maroc ou sur le concept de quoi. Découvrir où et à qui vont les fonds publics de l’autre côté du détroit – les États de l’intérieur quelques jours seulement après la crise des mineurs à Ceuta – briserait la « confiance mutuelle » entre les deux pays.

Dès lors, pour le département dirigé par le fossé Grande-Marlaska, découvrir des détails sur l’argent qui va de la péninsule vers le pays voisin reviendrait autant à découvrir des « actions pertinentes pour la sécurité », qui toucheraient même la « Stratégie de sécurité nationale ».

Las Provincias, 13/11/2021

#Maroc #Espagne #Donations #Subventions_non_remboursables #Migration