Le Maroc compte 3 millions de chiens errants

Tags: Maroc, chiens errants, animaux – Le Maroc compte 3 millions de chiens errants

Des cynophiles fiers de la race unique de leur pays veulent améliorer leur vie et empêcher la propagation de la rage.

TANGIER, MAROC. C’est encore la nuit quand Salima Kadaoui commence sa journée. En ces heures qui précèdent l’aube, lorsque la chaleur accablante du Maroc est maintenue à distance par une fine couche de brume et que la plupart des habitants de la ville sont encore endormis, les chiens en liberté appelés Beldis sont maîtres des rues.

En ce matin d’août, Kadaoui conduit depuis quelques minutes seulement lorsqu’elle en aperçoit un : un chien brun de taille moyenne, au museau noir et aux pattes blanches. Beldi – qui signifie « de la campagne » en darija, le dialecte arabe parlé au Maroc – est un terme générique utilisé pour décrire les chiens métis originaires du pays.

Kadaoui gare sa camionnette sur le bord de la route et en sort avec un sac de nourriture pour chien et une laisse à glissière. Remuant prudemment la queue, le chien lui permet de s’accroupir et de lui caresser la tête. Il accepte ensuite un peu de nourriture. (Découvrez comment les chiens errants peuvent comprendre les gestes humains).

Cinq autres chiens émergent un peu plus loin et trottent avec empressement vers Kadaoui, profitant de l’attention et dévorant ses croquettes. Kadaoui passe la laisse autour du cou d’un des chiens et le prend dans ses bras – un exploit impressionnant étant donné que les deux chiens ont presque la même taille. Elle installe le chien à l’arrière de la camionnette, puis revient en chercher deux autres. Le premier chien mâle qu’elle a vu, aux pattes blanches, s’éloigne de l’action, mais continue à remuer la queue et à l’observer tranquillement.

« Nous ne pouvons pas en prendre plus de trois ce matin », explique Mme Kadaoui, fondatrice du sanctuaire pour animaux SFT, une association à but non lucratif qui sauve et soigne les Beldis de Tanger. Les trois chiennes – qui s’avèrent toutes enceintes, une découverte bien trop fréquente – seront stérilisées et vaccinées contre la rage. Le vétérinaire procédera également à l’avortement des fœtus des chiennes dans le cadre d’un effort de contrôle de la population. Ensuite, le personnel du SFT remettra les chiens dans la rue, selon une méthode appelée « trappe, stérilisation et relâchement » (TNR).

Au moins 30 000 Beldis errent dans les rues de Tanger seulement, et on estime qu’il y en a trois millions au Maroc. Beaucoup d’entre eux vivent dans des conditions désastreuses, récupérant les restes de nourriture dans les poubelles et souffrant de blessures et de maladies, notamment la gale et, plus rarement, la rage. On estime que 80 personnes meurent de cette maladie au Maroc chaque année, et la peur de la rage est la principale raison pour laquelle les Marocains n’aiment pas les Beldis, explique M. Kadaoui. Les données indiquant la fréquence à laquelle les Beldis mordent les gens sont rares et souvent peu fiables, mais il existe un cas confirmé d’un touriste autrichien qui a été mordu par un Beldi enragé dans la ville côtière d’Agadir et qui est mort par la suite.

En 2017, Kadaoui et ses collègues ont lancé le projet Hayat – qui signifie « vie » en arabe – avec l’objectif de faire de Tanger la première ville sans rage en Afrique, en grande partie en vaccinant et en stérilisant 30 000 chiens d’ici 2025. Jusqu’à présent, plus de 2 500 animaux ont été vaccinés et relâchés, et il est prévu d’augmenter ce chiffre grâce au soutien financier du ministère marocain de l’intérieur, qui soutient le programme TNR.

Certains habitants, comme le journaliste Mohamed Reda Taoujni, basé à Agadir, s’opposent catégoriquement aux programmes TNR pour les Beldis. Selon lui, étant donné que les organisations de sauvetage n’ont pas les ressources nécessaires pour s’occuper des animaux domestiques et les vacciner chaque année pendant toute leur vie, l’approche humaine consiste à les euthanasier.

« Il y a des centaines de chiens dans la nature », dit-il. « Ils sont vaccinés et nous avons encore des problèmes. Ce n’est pas la solution. Ce n’est pas bon pour nos villes ».

À Tanger, les canidés qui ne peuvent pas être relâchés, comme les animaux malades, vont dans le sanctuaire de deux acres de SFT, qui abrite actuellement plus de 470 chiens. Depuis 2017, SFT a également adopté environ 60 chiens à des familles en Europe et au Royaume-Uni. (Les adoptions aux États-Unis ont pris fin en juillet, lorsque les centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont suspendu l’importation de chiens provenant de pays considérés comme à haut risque pour la rage).

M. Kadaoui se concentre sur la situation dans son ensemble.

« Les adoptions sont merveilleuses, ne vous méprenez pas, dit-elle. « Mais nous avons 30 000 chiens errants. La solution n’est pas l’adoption. La solution, c’est que les humains apprennent à vivre en harmonie avec les chiens et à s’occuper d’eux. » (Lisez comment l’adoption de chiens des rues est devenue populaire en Inde).

À cette fin, elle espère que Tanger deviendra une communauté modèle en matière de coexistence avec les chiens, un endroit où les citoyens signalent qu’ils ont vu un chien malade ou sortent un bol d’eau par une journée chaude.

Le débat sur Beldis
Kadaoui emmène les trois femelles Beldis de sa course matinale à la clinique vétérinaire de Californie, où le vétérinaire Lahrech Mohamed Chakib les attend.

D’un comportement calme qui masque son manque de sommeil, il se qualifie en plaisantant de « fous » pour leur engagement de tous les instants envers ces animaux. Lorsqu’il transporte les trois chiens de la camionnette à sa clinique, il les berce, comme s’ils étaient ses propres enfants.

En plus d’être vacciné et stérilisé, chaque Beldi qui passe par la clinique reçoit une étiquette d’oreille jaune permanente avec un numéro d’identification. Les chiens en bonne santé et d’humeur égale sont renvoyés à l’endroit où ils ont été trouvés ; leurs étiquettes indiquent aux autorités et au public qu’ils ne représentent pas un danger pour la communauté.

Pourtant, cela ne suffit pas toujours à assurer la sécurité des animaux. Dans les villes du pays, les autorités ont tiré et empoisonné des Beldis pour tenter de réduire la population errante. Le ministère de l’Intérieur a annoncé en 2019 qu’il cesserait d’abattre les Beldis, et se concentrerait plutôt sur la stérilisation et la vaccination des animaux errants. Le ministère n’a pas répondu aux demandes de commentaires de National Geographic concernant Beldis et le programme TNR.

Mais les vidéos diffusées depuis sur les réseaux sociaux montrent que les chiens continuent d’être rassemblés et abattus par les autorités et le public. Certains chiens sont battus à mort.

Plus de 99 % de la population marocaine est musulmane, et Kadaoui affirme que beaucoup d’entre eux pensent que les chiens sont impurs. Mais Kadaoui, qui se décrit comme une Marocaine musulmane, rejette cette idée en la qualifiant de « foutaise absolue ».

« Le Coran ne dit rien de négatif sur les chiens », dit-elle. « Aucun être vivant que Dieu a créé n’est impur ».

La plupart des gens ne veulent pas que Beldis souffre, y compris Taoujni, le journaliste, qui possède lui-même deux chiens. Mais Taoujini, qui publie sur sa page Facebook des photos explicites de blessures causées, selon lui, par Beldis, affirme que ces chiens sont souvent dangereux. Il note que les habitants des villes marocaines ont commencé à porter de petites pierres à lancer au cas où ils devraient se protéger ou protéger leurs enfants ou leurs animaux domestiques.

Driss Semlali, qui dirige la maison d’hôtes Malabata à Tanger, estime qu’il faut adopter une approche plus équilibrée de la gestion des Beldis, par exemple en les déplaçant dans un sanctuaire en dehors de la ville. Il explique que les chiens des rues empêchent ses clients de se sentir en sécurité lors de leurs promenades et que leurs aboiements incessants empêchent les gens de dormir la nuit.

Selon Terrence Scott, responsable technique de la Global Alliance for Rabies Control, une organisation américaine à but non lucratif qui s’efforce de mettre fin aux décès humains et animaux dus à la rage dans le monde, le retrait des chiens, et a fortiori leur euthanasie, ne fera qu’aggraver la situation.

Selon Terrence Scott, si les chiens vaccinés sont retirés d’une zone, de nouveaux chiens, potentiellement enragés, prendront simplement possession du territoire. C’est la raison pour laquelle il est prouvé que le traitement TNR des animaux vaccinés réduit la propagation de la maladie, dit-il.

« De manière informelle, un chien vacciné peut être considéré comme un soldat dans la lutte contre la rage », dit-il. « Si un animal enragé mord un animal vacciné, il est probable que la transmission de la rage s’arrête là. Donc, en réalité, cela protège le reste de la communauté de la rage. »

Changer les perceptions
Bien qu’ils aient été confrontés à de nombreux défis, Kadaoui et Chakib affirment qu’ils ont fait des progrès significatifs dans la réduction de la transmission de la rage à Tanger, à la fois en vaccinant les animaux et en éduquant les citoyens. Ils se rendent régulièrement dans les écoles pour enseigner aux enfants des stratégies de coexistence avec les chiens des rues, comme ne pas approcher ou provoquer les animaux.

« L’un des principaux problèmes est que l’on apprend aux Marocains à craindre les chiens, et que les chiens pensent qu’ils sont en danger lorsqu’ils ressentent de la peur », explique-t-elle. Par exemple, un chien qui aboie et court vers quelqu’un peut sembler agressif, alors qu’en réalité il est simplement curieux, dit-elle.

De nombreux habitants de Tanger sont devenus de plus en plus protecteurs envers les Beldi. L’année dernière, une vidéo est devenue virale : un membre de la gendarmerie royale marocaine, qui fait partie des forces armées du Maroc, arrête la circulation dans la ville pour secourir un chiot errant. (Lisez comment les gens en Inde nourrissent les chiens errants pendant la pandémie).

« Quand j’ai commencé à faire ça, les gens pensaient que j’étais fou », raconte Kadaoui. « Maintenant, ils me disent bon travail, bien fait et merci. Si nous parvenons à rallier toute la communauté à notre cause, la bataille est gagnée. »

Au-delà de Tanger
Tanger n’est pas la seule ville qui améliore la vie des Beldis. Des organisations telles que le Beldi Refuge Morocco à Chefchouen et le Sunshine Animal Refuge (SARA) à Agadir s’efforcent également de piéger, stériliser et relâcher les chiens dans leurs villes respectives, ainsi que de leur trouver des foyers à l’étranger.

La fondatrice du SARA, Michele Augsburger, a envoyé des centaines de Beldis dans son pays d’origine, la Suisse, ainsi qu’en Allemagne et au Canada. Au Québec, il existe même un groupe Facebook consacré aux Beldis qui présente leurs aventures à l’étranger depuis leur sauvetage. Il est rempli de photos de Beldis en train de faire des randonnées en forêt et de se blottir contre des chats sur des canapés.

« Je reçois tellement de compliments de la part de gens qui les ont adoptés et qui sont si fiers de leurs Beldis », dit Mme Augsburger. « Ils sont incroyables. Ils ont le plus grand des cœurs. Ce sont des chiens vraiment fantastiques ».

Chakib et Kadaoui font écho à ce sentiment, ajoutant que d’un point de vue médical, les Beldis adoptés ont tendance à être plus robustes que les chiens de race et peuvent vivre jusqu’à 17 ans.

« Si vous voulez un chien qui va très probablement vivre de très nombreuses années sans problèmes de santé, alors prenez un Beldi », dit Kadaoui.

« Le travail le plus gratifiant »
C’est au moment le plus chaud de la journée que Kadaoui franchit sa porte d’entrée à Malabata, un quartier résidentiel de Tanger. Quinze Beldis sont en ébullition, aboyant, sautant sur les tables et tournant en rond, la queue remuant furieusement.

Certains sont des résidents temporaires qui se remettent de diverses maladies et interventions chirurgicales, tandis que d’autres sont des membres permanents de la maison. Une poignée d’entre eux sont des Beldis qui ont suivi le programme TNR et vivent dans la rue, mais qui passent de temps en temps nous rendre visite. La maison a l’énergie d’un terrain de jeu rempli d’enfants, et c’est bien normal, puisque Kadaoui les considère comme ses bébés. (Lisez comment les chiens sont encore plus semblables à nous que nous le pensions).

« Vous devez être en service tout le temps », dit-elle. « Quand les chiens dorment, vous dormez. Quand les chiens se réveillent, vous vous réveillez. Ce n’est pas facile.

« Mais l’amour et la joie qu’ils donnent n’ont pas de prix. C’est le travail le plus gratifiant au monde. »

National Geographic, 05/11/2021

#Maroc #Chiens_errants #Animaux