L’Autriche ne croit pas à l’activisme politique des marocains

Tags: Maroc, Autriche, réfugiés, demandeurs d’asile – L’Autriche ne croit pas à l’activisme politique des marocains

Hamza Haddi faisait partie d’un mouvement de protestation et était en détention, mais sa demande d’asile a été rejetée. Maintenant, il y a une plainte auprès du Tribunal administratif fédéral

Quand Hamza Haddi est venu en Autriche, il était inquiet. Mais pas à cause de sa demande d’asile, mais à cause de la grave maladie Covid de son père au Maroc. Car pour le jeune homme de 27 ans, il était clair qu’il pouvait prouver sa persécution politique dans son pays d’origine. Il a emporté des photos, des reportages médiatiques et des documents de l’organisation de défense des droits humains AMDH – pour laquelle il travaille au Maroc – à travers les frontières sur une clé USB. De même ses blessures corporelles, qui témoignent des graves abus dans la prison marocaine. De plus, d’autres militants ont déjà obtenu l’asile dans d’autres pays européens.

Mais cela n’a pas suffi aux autorités autrichiennes. L’avis d’asile négatif que Haddi a reçu en octobre indique clairement qu’il n’a jamais été politiquement actif ni arrêté et qu’il a même avoué les crimes dont il était accusé au Maroc. Entre autres, il aurait été violent envers les policiers lors d’une manifestation pour plus de liberté. Il a été condamné à trois peines de prison au total. La procédure contre lui est toujours ouverte, dit-il.

Des militants dans leur viseur
Amnesty International a signalé dans son rapport annuel 2014/2015 que les procès des manifestants arrêtés étaient « inéquitables » et « ne respectaient pas les normes internationales d’équité des procès ». Dans le dernier rapport annuel, le groupe de défense des droits humains écrit que les autorités continuent de prendre des mesures rigoureuses contre les militants de l’opposition et arrêtent spécifiquement des militants et des journalistes.

C’est aussi la raison pour laquelle il a finalement décidé de quitter le pays lui-même, explique Haddi dans une interview avec STANDARD. Les autorités recherchaient spécifiquement les manifestants médiatiques bien connus du Mouvement du 20 février « afin d’en faire un exemple. Le mouvement qui est né lors du printemps arabe au Maroc et auquel Haddi appartenait également. présenté dans plusieurs médias, dont « Middle East Eye » et « Al Jazeera ». Je ne le reverrai plus jamais. »

Enregistrements manquants
Il a d’abord demandé l’asile en Grèce, mais en raison de la crise de Corona, les autorités grecques n’ont accepté aucune nouvelle demande en 2020. Il s’est enfui par la route des Balkans vers l’Autriche, où il a été récupéré en Carinthie en août et interrogé pour la première fois par l’Office fédéral de l’immigration et de l’asile (BFA). Haddi a présenté la clé USB, des photos et des documents qui prouvent son activisme politique au Maroc, et a également fait référence aux reportages des médias que l’on peut trouver sur Internet.

Il a été admis au procès et emmené en Haute-Autriche. « J’ai cherché une école pour un cours d’allemand, raconte-t-il. Et il a pleuré son père, décédé depuis du Covid.

Cela a été suivi d’un deuxième interrogatoire, dont le procès-verbal contient des déclarations selon lesquelles il avait battu des policiers au Maroc. C’est son tempérament. « Je n’ai jamais dit ça », dit-il. Il ne peut pas le prouver, car les interrogatoires de BFA ne sont pas enregistrés. Il n’y a pas d’enregistrement sonore des conversations. La parole du demandeur d’asile s’oppose à celle des autorités.

Dans l’accord de gouvernement entre l’ÖVP et les Verts, sous la rubrique « Asile », il y a l’annonce vaguement formulée que les enregistrements audiovisuels de l’intégralité de l’interrogatoire, en particulier dans le cas des groupes particulièrement vulnérables, seront contrôlés.

Procédure accélérée
Le Maroc étant un pays d’origine sûr en Autriche, une « procédure accélérée » est utilisée à Haddi, ce qui permet une expulsion plus rapide. Il doit être renvoyé au Maroc dès la mi-novembre. Il craint que la police ne l’attende déjà à l’aéroport.

Annemarie Schlack, directrice générale d’Amnesty International Autriche, est sceptique quant à la procédure accélérée. Il existe un risque que de telles procédures abrégées soient appliquées « de manière inflationniste », dit-elle dans un communiqué sur le STANDARD. En si peu de temps – environ un mois – les traumatismes des personnes touchées n’ont pas pu être traités et les cas individuels ne seraient pas suffisamment vérifiés : « Tout cela peut entraîner un taux d’erreur très élevé dans les décisions du processus accéléré – ce que nous faisons également dans la pratique See », explique Schlack. « Le taux d’erreur augmente régulièrement et représentait environ 50% des décisions du BFA l’année dernière. »

Représentant légal : « Preuves étanches »
Pendant ce temps, Haddi est représenté par Julia Valenta du Service des réfugiés de Diakonie, qui considère la décision négative d’asile comme grossièrement illégale. Au cours des dix dernières années de conseil juridique, elle a vu de nombreux avis qui ont été annulés par le Tribunal administratif fédéral parce qu’ils étaient faux et illégaux. « Mais je trouve l’affaire Haddi assez extraordinaire », a-t-elle déclaré dans un communiqué : « Dans la notification, la BFA fait des déclarations telles que Haddi n’a jamais été politiquement active et n’a jamais été en détention, bien que les deux soient prouvées par des preuves irréfutables. « 

Le bureau « Accord » de la Croix-Rouge, qui étudie la situation des demandeurs d’asile dans leur pays d’origine au cours des procédures d’asile, décrit les arrestations de Haddi dans un rapport – disponible pour STANDARD. Cependant, ce n’est qu’une partie de la réponse à la question, comme le dit la Croix-Rouge lorsqu’on lui a demandé. L’affaire sera réglée jusqu’en décembre.

Mais alors Haddi pourrait déjà être expulsé. Valentina pense avoir de bonnes chances de porter plainte auprès du Tribunal administratif fédéral. Elle est « optimiste quant au fait que le tribunal se référera à la BFA pour une nouvelle décision ». Car si, selon eux, les procédures accélérées peuvent avoir du sens, les cas individuels doivent encore être examinés. (Bianca Blei, 12 novembre 2021)

Der Standard, 12/11/2021

#Maroc #Autriche #demandeurs_asile #Migration #Réfugiés