Le Maroc face à l’impasse énergétique

Tags: Maroc, Algérie, Gazoduc, gaz, Espagne, Medgaz – Le Maroc face à l’impasse énergétique

Le royaume chérifien est face à une véritable impasse. Pour rassurer ses citoyens et prévenir la colère des consommateurs, le Maroc a indiqué que l’impact immédiat de la fin de l’approvisionnement en gaz de l’Algérie via le gazoduc GME est « insignifiant », mais ces annonces sont en contradiction avec la réalité du terrain.

Avancé comme des alternatives pour combler le manque à gagner et trouver d’autres ressources au gaz algérien, le makhzen ne pourra pas compter dans l’immédiat sur son programme d’énergies renouvelables pour générer l’électricité, étant donné que ce programme ne sera effectif qu’à long terme, et l’Espagne n’a pas accepté d’approvisionner le Maroc en gaz via le gazoduc liant les deux pays, a révélé Reuters.

Selon l’agence de presse britannique, le Maroc n’a toujours pas précisé comment il compte combler les approvisionnements en gaz algérien, alors qu’il adopte des plans à long terme pour stimuler les énergies renouvelables et l’importation de Gaz naturel liquéfié (GNL).

Face aux agissements du Maroc et ses atteintes aux règles de bon voisinage, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné à la Sonatrach de rompre ses relations commerciales avec l’Office marocain de l’électricité et de l’eau potable (Onee), mettant fin au contrat du Gazoduc Maghreb Europe (GME) qui alimentait l’Espagne en passant par le Maroc.

Le gazoduc GME, long de 1 300 km et dont la création remonte à 1996, pour transporter le gaz d’Algérie à l’Espagne via le Maroc, permet à ce dernier de bénéficier de 7 % du gaz traversant sur son territoire en tant que redevance, soit une moyenne d’environ 700 millions de mètres cubes par an.

Environ un dixième de la production d’électricité du Maroc de 38 700 gigawatts/heures (GWH) dépendait du gaz algérien, utilisé pour deux centrales électriques dans son Nord, a souligné l’agence Reuters.

Après qu’il a été un pays exportateur d’électricité, la privation de gaz algérien laissera le gouvernement marocain dans une impasse du fait d’une énorme demande à combler, et les industriels marocains sont les premiers à s’inquiéter de cette situation.

Le charbon, le fioul et les énergies renouvelables, ne pourront pas faire face à la forte demande en électricité et alimenter, à eux seuls, les centrales électriques marocaines, ce qui fait craindre des spectres de pénuries et de coupures d’électricité en plein hiver.

La Compagnie d’électricité marocaine et l’Agence nationale marocaine des hydrocarbures exercent une politique de fuite en avant pour l’instant, a relevé Reuters, qui précise aussi que ces deux compagnies étatiques marocaines n’ont pas précisé « les mesures nécessaires » qu’elles ont promises pour assurer un approvisionnement stable en électricité.

Les deux compagnies sont même incapables de donner des détails sur « les alternatives durables à moyen et long termes » qu’ils prétendent détenir, a noté Reuters, citant des sources familières de ce dossier auprès de ces deux compagnies.

Un haut responsable marocain a déclaré à l’agence britannique que Rabat discutait toujours avec l’Espagne de la possibilité qu’elle puisse approvisionner le Maroc en gaz via le gazoduc existant, mais l’Espagne, qui dépend de l’Algérie pour une grande partie de son approvisionnement énergétique, n’accepterait pas cela pour l’instant.

Le Maroc a également accordé des permis d’importation à certaines sociétés gazières privées, mais n’a pas précisé s’il était en pourparlers avec l’une d’entre elles pour fournir du carburant aux centrales électriques, a mentionné encore Reuters.

Selon la même source, le Maroc en est au stade de l’appel d’offres pour un terminal GNL flottant d’une capacité finale pouvant atteindre 5 milliards de mètres cubes par an. Cependant, a fait observer Reuters, même après l’attribution des principaux contrats, ces projets prennent généralement deux ou trois ans.

Le Maroc a lancé des plans pour augmenter la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique à 52% d’ici 2025 et 64% d’ici 2030, contre 36% en 2020.

Or, a estimé Reuters, le Maroc est en retard sur ses objectifs en matière d’énergies renouvelables, et, signe de cette impasse, les autorités marocaines concernées peinent à donner la moindre mesure rassurante.

————————-

Inverser le flux du GME reviendra plus cher au Maroc

L’option d’inverser le flux du gaz exporté vers l’Espagne via le GME (Gazoduc Maghreb Europe), coûterait plus cher au Maroc, selon des experts algériens.

Au regard de la «clause de destination» contenue dans les contrats gaziers à long terme, du moins pour ce qui est des contrats de Sonatrach avec ses clients, exige de ces derniers d’avoir l’accord préalable du fournisseur pour réexporter le gaz qu’il leur fournit.

Dans le cas où le fournisseur accepte, le client devra partager le bénéfice réalisé sur cette transaction (exportation du gaz importé) avec l’exportateur initial, en l’occurrence Sonatrach.

Donc, l’Espagne, dans ce cas précis, préfèrera vendre le gaz algérien sur le marché spot où les prix se sont multipliés par 6 depuis le début de l’année 2021. De plus, l’option par voie de gazoduc demande de l’investissement et du temps, selon les experts algériens.

«Techniquement, cette inversion est faisable. Mais cette opération a un coût et nécessite plusieurs modifications sur les installations. Il faudrait aussi du temps pour la réaliser. Le coût du gaz serait très cher pour le Maroc», souligne à l’APS l’expert énergétique Mahmah Bouziane.Une telle alternative ne peut se faire, selon lui, « qu’avec le GNL importé à des prix plus chers que le GN (gaz naturel), sans oublier les frais de transport. Il faudrait aussi installer des unités en Espagne pour pouvoir reconvertir le GNL en gaz naturel pour l’acheminer via le GME ».

Pour Mourad Preure, l’expert en énergie, «il est normal que dans une situation de crise grave qu’il a provoquée, le Maroc déploie une communication tous azimuts, pas toujours éthique, pour amoindrir le choc, rassurer sa population et soigner un tant soit peu son image sérieusement affectée», répondant ainsi aux médias marocains.

Le contrat GME, reliant l’Algérie à l’Espagne et au Portugal depuis 25 ans et l’Algérie au Maroc depuis 10 ans, n’a pas été renouvelé après son arrivée à échéance fin octobre dernier. Preure ne doute pas des capacités de l’Algérie à respecter ses engagements contractuels avec l’Espagne pour la livraison de gaz via le Medgaz (GN) ou par méthaniers (GNL). Le pays est un partenaire « fiable » même dans des périodes critiques de son Histoire, affirme-t-on de même source. A ce propos, Preure argumentera : «Même durant la décennie noire, et avec les risques terroristes, les clients de l’Algérie ont été rassurés et ont investi avec elle dans le secteur des hydrocarbures ».Et d’ajouter : « Il n’y a jamais eu de rupture d’approvisionnement de nos clients gaziers. Ils nous reconnaissent d’ailleurs cette performance ».

Toutefois, l’expert en énergie a posé la problématique de pays de transit sur le marché gazier ou autres. Il dira : «La vérité est que les pays de transit sont toujours une incertitude forte pour les producteurs de gaz qui déploient tous les moyens pour s’en affranchir. Nous vivons le cas présentement ».

Le 31 octobre dernier, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné la cessation des relations commerciales entre Sonatrach et l’Office marocain de l’électricité et de l’eau potable (Omee), mettant ainsi fin au contrat du Gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui alimentait l’Espagne via le Maroc.

Cette décision n’a pas manqué de susciter des inquiétudes du côté des Européens. C’est pourquoi l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles et chef de mission auprès de l’Union européenne (UE), Mohammed Haneche, s’est empressé de rassurer les Européens quant à l’alimentation du vieux continent en gaz.

Andrea Cozzolino, président de la Délégation du Parlement européen pour les relations avec les pays du Maghreb (Dmag), a affirmé, mercredi dernier, que «le non-renouvellement de l’accord d’approvisionnement en gaz qui a expiré le 31 octobre, est une source de grave préoccupation ». Mieux, l’UE se considère comme la victime collatérale de la décision unilatérale de l’Algérie de ne pas reconduire le contrat de GME.

————————-

Le Président Tebboune reste ferme dans sa décision«L’Algérie interdit à l’Espagne de revendre son gaz au Maroc»

Après la fermeture de gazoduc Maghreb – Europe (GME), le 31 octobre dernier, suite aux pratiques à caractère hostile du royaume marocain à l’égard de l’Algérie, portant atteinte à son unité nationale, Alger est ferme et déterminé dans l’application de ses décisions face à la poursuite des agissements de Rabat.

En effet, Alger aurait « interdit à l’Espagne de revendre son gaz à Rabat », a rapporté hier le quotidien espagnol à large diffusion El Mundo citant des sources provenant de gouvernement de Pedro Sánchez.

« Nous ne pouvons pas vendre de gaz algérien au Maroc, le gouvernement algérien l’a clairement fait savoir », a confié à El Mundo une source anonyme affiliée à l’une des principales compagnies d’électricité espagnoles.

En clair, ont expliqué les mêmes sources au quotidien ibérique, si Endesa, Naturgy ou Iberdrola, les trois compagnies qui contrôlent la production, la distribution et la commercialisation d’électricité et de gaz en Espagne, souhaitent vendre de gaz au Maroc, celui-ci « ne devrait pas provenir de l’Algérie ».

Depuis la fermeture de gazoduc GME, l’Espagne s’approvisionne en gaz algérien uniquement via le nouveau gazoduc Medgaz, qui relie directement l’Algérie à Almería, avec un volume de 8 milliards de mètres cubes, capacité toutefois inférieure aux 13,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel qu’acheminait chaque année le gazoduc GME.

Mais le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a donné son feu vert pour augmenter la capacité de Medgaz de 8 à 10,5 milliards de mètres cubes grâce au contrat signé entre Naturgy et Sonatrach pour une durée jusqu’à 2031.

La 4e unité de pression de gaz serait opérationnelle ce mois-ci

Le P-dg de Sonatrach, Toufik Hakkar, a effectué en septembre dernier en compagnie de hauts cadres de la compagnie, une visite d’inspection au projet de la quatrième unité de pression de gaz afin de hisser les capacités de production du gaz naturel vers la Péninsule ibérique via Medgaz à Béni Saf (Aïn Témouchent) de 8 à 10,5 milliards de mètres cubes. Le rythme des travaux « avance considérablement », et l’unité devra entrer en vigueur en novembre, a estimé un communiqué de la société nationale des hydrocarbures.

Le 27 octobre dernier, Teresa Ribera, la troisième vice-présidente et ministre espagnol de la Transition écologique, s’était rendue en Algérie quatre jours avant l’expiration de contrat de gazoduc GME, pour tenter de trouver une solution à la fermeture annoncée de celui-ci, a fait savoir El Mundo.

L’Algérie avait officiellement décidé le 31 octobre dernier de ne pas renouveler le contrat de gazoduc GME. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné à la Sonatrach de rompre ses relations commerciales avec l’Office marocain de l’électricité et de l’eau potable (Onee), au « regard des pratiques à caractère hostile du royaume marocain à l’égard de l’Algérie, des pratiques qui portent atteinte à l’unité nationale ».

L’arrêt de l’exploitation du GME, qui acheminait autour de 10 milliards de m3 par an de gaz produit à Hassi R’mel vers l’Espagne, n’aura pas d’incidence sur les volumes destinés à la Péninsule ibérique grâce à l’augmentation des capacités de production du Medgaz reliant Béni Saf à Almeria en Espagne, qui passeront de 8 à 10,5 milliards m3 par an avant la fin de l’année.

« Nous avons convenu avec les amis espagnols de les approvisionner en gaz naturel exclusivement via le gazoduc Medgaz », avait récemment déclaré le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, précisant qu’en cas d’imprévus, «l’approvisionnement se fera à bord de méthaniers».

La décision annoncée alors par le Président de la République a été transmise aux partenaires ibériques qui se sont montrés rassurés par les garanties fournies par l’Etat algérien.

Fin septembre, le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares Bueno, en visite de travail à Alger, avait indiqué avoir reçu « des garanties » de la part des autorités algériennes sur l’approvisionnement de l’Espagne en gaz.

E-Bourse.dz

#Algérie #Maroc #Gazoduc #Gaz #Espagne