Hôtels demandent légaliser relations pré-maritales

Tags: Maroc, hôteliers, sexe, relations sexuelles prémaritales – Hôtels demandent légaliser relations pré-maritales

Déjà que la pandémie a réduit de 80 % le nombre de touristes étrangers, l’interdiction par le Maroc des relations sexuelles extraconjugales étouffe le marché intérieur des lits d’hôtel. Les couples non mariés surpris dans la même chambre sont passibles d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à un an en vertu de l’article 490 du code pénal. Chaque semaine, la police vérifie les registres des hôtels pour faire respecter la loi. Les réceptionnistes, devenus détectives privés, exigent la vérification des certificats de mariage avant de remettre les clés. « Je reçois plus d’appels de couples non mariés souhaitant séjourner que n’importe qui d’autre », déclare Meryem Zniber, qui dirige un complexe hôtelier dans les montagnes du Rif. « Je pourrais remplir mon hôtel à 100% si seulement ils levaient la loi ».

Les espoirs de changement ont augmenté après que le parti islamiste à la tête du gouvernement se soit écrasé aux élections de septembre, perdant 90 % de ses sièges. Pendant une décennie, ses dirigeants ont étouffé toute politique jugée haram, ou contraire à la loi islamique. Aziz Akhannouch, le nouveau Premier ministre, semble plus libéral. Son gouvernement a récemment déclaré qu’il allait revoir l’ensemble du code pénal. Mais il a exclu de sa coalition le seul parti qui demande publiquement l’abrogation de l’article 490.

Le ministère de l’intérieur constitue un obstacle de taille. « Ils craignent de transformer les hôtels en maisons closes », déclare un ancien ministre. D’autres affirment que la principale préoccupation est d’ordre pécuniaire : les fonctionnaires ne veulent pas perdre les pots-de-vin qu’ils extorquent aux hôtels et aux couples non mariés qui y séjournent.

Les sites Web de voyage suggèrent des solutions de rechange. L’un d’eux propose d’enfiler une alliance. « L’offre d’un paiement supplémentaire peut avoir un certain poids », ajoute le site. Un autre suggère « la méthode des deux chambres : louer des chambres individuelles, puis traverser le couloir à la nuit tombée ». Mais d’autres en ont assez des dépenses et de l’hypocrisie. Des campagnes de hashtag – « L’amour n’est pas un crime » et « Stop490 » – prolifèrent sur Internet.

Les conservateurs exhortent les jeunes Marocains à respecter la tradition. Les jeunes rétorquent que le précurseur de l’article 490 a été introduit par la France en 1953, vers la fin de l’ère coloniale. Et ils citent d’autres pays musulmans qui se débarrassent des vieilles coutumes. Les Émirats arabes unis ont dépénalisé les relations sexuelles extraconjugales il y a un an. Les Saoudiens affirment que leurs hôtels ont cessé de demander aux couples de présenter un certificat de mariage. La dernière campagne hashtag du Maroc implore « Vote4Love ».

The Economist, 12/11/2021

#Maroc #Hôteliers #Sexe #Relations_sexuelles_prémaritales #Mariage