France-Algérie. Vous êtes sérieux, M. Macron ?

Tags: France, Algérie, Tebboune, Macron – France-Algérie. Vous êtes sérieux, M. Macron ?

Pour une surprise c’en est vraiment une ! Le président français Emmanuel Macron qui s’était fendu d’une déclaration aussi odieuse qu’insidieuse sur l’Algérie dans laquelle il avait même nié l’existence de la nation avant la colonisation, vient d’effectuer un incroyable rétropédalage. Mine de rien, «Manu» reconnait via l’un de ses conseillers qu’il éprouve « le plus grand respect pour la nation algérienne et son histoire» (sic)! Il « regrette» aussi «les polémiques et les malentendus engendrés par les propos rapportés»(re sic). Quel retournement de situation ! Qui aurait cru que le locataire de l’Elysée qui avait maladroitement lancé une grenade contre notre pays en ayant même l’outrecuidance de commenter notre politique interne en pointant un «régime militaro-politique fatigué» puisse revenir, une semaine après, à de meilleurs sentiments ?

Il faut être un fieffé naïf pour croire que ces «excuses post «traumatiques» participent de la volonté de Macron de faire son mea culpa pour au moins deux raisons : la première est qu’il a tenu ces propos controversés depuis une dizaine de jours et n’a pas jugé utile de les retirer ou de s’excuser même après le rappel de l’ambassadeur d’Algérie à Paris et la fermeture de l’espace aérien aux avions de combat de l’armée française qui opèrent au Sahel. La deuxième est qu’il les a «regrettés« par la voix de son conseiller dans un point de presse à la veille de la tenue à Paris d’une conférence sur la Libye. C’est là un détail de taille. Macron sait qu’une conférence sur la situation politique en Libye n’aura forcément aucune crédibilité sans la présence du président algérien. Ceci d’autant plus que Abdelmadjid Tebboune a reçu le même jour du mea culpa de Macron (lundi) le vice-président du Conseil présidentiel libyen à Alger.

Le chef de l’Elysée n’ignore pas la capacité de l’Algérie à faire foirer sa grand- messe diplomatique censée lui donner un peu de crédit en pleine campagne électorale pour la présidentielle. De fait, la présence du président Tebboune à Paris est à ce point importante pour Macron d’où ses caresses (imprévues) dans le sens du poil. En revanche, si l’Algérie décide de boycotter cette fameuse conférence, elle sera, dans une large mesure, un non-événement ou presque.

Il faut savoir également que l’Algérie et la France ne sont pas sur la même longueur d’onde en Libye. Alors que la France qui y a créé le chaos soutient, finance et arme de manière inconditionnelle l’aventurier Khalifa Haftar, l’Algérie, quant à elle s’accroche à une solution politique inclusive loin de toute ingérence étrangère. La contradiction est donc intégrale. Paris est en effet si loin d’Alger, au propre comme au figuré. Et les «belles déclarations» de Macron sont au mieux des larmes de crocodile au pire une manœuvre destinée à réduire l’influence de l’Algérie dans le dossier libyen.

Il est clair que le président Macron n’est pas sérieux sur ce coup-là ; mais il est malin. Il cherche juste à légitimer une conférence visant à donner une orientation sulfureuse au règlement du conflit en Libye et qui ne cadre pas vraiment avec les fondamentaux de notre politique étrangère. En un mot, la France qui a provoqué la guerre en Libye ne peut être capable de faire la paix.

Imane B.

L’Est Républicain, 11/11/2021

#Algérie #France #Tebboune #Macron #Libye