Libye: L’Algérie décline l’invitation de Tebboune

Tags: Algérie, France, Libye, Abdelmadjid tebboune, Emmanuel Macron – Libye: L’Algérie décline l’invitation de Tebboune

L’Algérie prendra part à la conférence internationale sur la Libye, qui se tiendra vendredi dans la capitale française, pour tenter d’apporter un soutien aux élections du 24 décembre. C’est ce qu’a fait savoir ce mercredi à Alger, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra.

Lors d’un point de presse tenu au Palais des Nations à l’occasion de la clôture des travaux de la Conférence des chefs de missions diplomatiques et consulaires algériennes, le chef de la diplomatie algérienne a fait savoir que l’Algérie participera à la conférence internationale de Paris sur la Libye avec une délégation ministérielle. M. Lamamra a également expliqué que les relations tendues entre Alger et Paris, suite au grave dérapage du président français Emmanuel Macron, ne permettent pas pour le moment la participation du président de la République.

Lamamra a laissé entendre qu’il sera à la tête de la délégation qui représente l’Algérie dans cette conférence, insistant sur le rôle crucial que joue l’Etat Algérien dans la résolution de la crise libyenne, qui perdure depuis la chute de l’ancien leader libyen, Mouammar Kadhafi.

Il convient de souligner que les responsables de la plupart des pays impliqués dans le dossier libyen, dont la vice-présidente américaine Kamala Harris et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, seront présents. La Russie sera elle aussi représentée par son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Lors du point de presse, M. Lamamra est par ailleurs revenu sur le lâche assassinat des trois citoyens algériens par l’armée du Makhzen, qualifiant ce barbare attentat d’ « acte délibéré » visant à bloquer tous les points de passage dans le territoire sahraoui et d’interdire la libre circulation, notamment après la dernière dérive du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

Il a, dans ce contexte, insisté sur le droit de l’Algérie de prendre les mesures nécessaires comme riposte à cette agression, tout en soulignant que l’Etat Algérien assumera sa responsabilité pour la protection de ces citoyens et de leurs biens en dehors des frontières nationales.

S’agissant de la question du statut d’observateur accordé à Israël par Moussa Faki, Lamamra a tenu à préciser que cette décision n’était pas compatible avec les principes fondateurs de l’UA, et qu’il s’agit notamment d’une mécanique institutionnelle qui n’était pas respectée.

Il a aussi affirmé que tous les pays arabes faisant partie de l’UA, et « même ceux qui ont signé des accords de paix avec Israël comme l’Egypte », étaient contre cette décision « sauf le Maroc », qui a mis en place un lobby pour défendre les intérêts de son nouvel allié.

Concernant la Conférence des chefs de missions diplomatiques et consulaires algériennes, M. lamamra a fait savoir la diplomatie algérienne est appelée à redoubler d’efforts et à œuvrer à s’adapter aux objectifs stratégiques de la politique de refonte nationale que le président de la République s’est engagé à concrétiser dans le cadre de son processus d’édification de l’Algérie nouvelle.

Cette démarche se concrétise à travers « une coordination étroite et efficace avec l’ensemble des services et des structures de l’Etat » dans ses activités liées aux actions extérieures ainsi qu’à travers l’ouverture aux opérateurs économiques dans les secteurs public et privé, les intérêts de l’Algérie étant imbriqués et indivisibles.

Pour le chef de la diplomatie, cette initiative permettra de redynamiser la diplomatie algérienne et d’organiser son rôle pour l’adopter avec la nouvelle politique nationale et la nouvelle feuille de route

Le ministre, s’est dit convaincu que les nouvelles nominations dans le corps diplomatique « contribueront largement à la nouvelle dynamique insufflée à l’action diplomatique, compte tenu des facteurs professionnels consacrant la volonté du Président de la République » de renouveler et de rajeunir le secteur et promouvoir la représentation de la femme, tout en mobilisant l’expérience de nombre de cadres via une approche intégrée visant la consolidation de notre diplomatie en termes d’interactivité et d’influence sur tous les plans, de manière a servir les intérêts suprêmes de la Patrie.

Le Jeune Indépendant, 11/11/2021

#Algérie #France #Libye #Macron #Tebboune