Un ex-star de la TV au centre du conflit libano-saoudien

Tags : Liban, Arabie Saoudite, Yémen, George Kordahi, Houthis – Un ex-star de la TV au centre du conflit libano-saoudien

BEYROUTH (AP) – George Kordahi était populaire parmi les téléspectateurs du Moyen-Orient pour son charme élégant. Il bavardait avec de belles femmes, lançait des blagues et récitait des vers de poésie arabe, tout en exprimant ses opinions politiques sur les événements de la région.

Aujourd’hui, l’ancien animateur du jeu télévisé « Who Wants to Be a Millionaire » est ministre libanais de l’information, et ces opinions ont placé M. Kordahi au centre de la pire crise que son pays ait jamais connue avec l’Arabie saoudite.

M. Kordahi a déclaré qu’il ne démissionnerait pas et ne s’excuserait pas auprès des Saoudiens pour des commentaires qu’il a faits avant d’être ministre, même si le Liban a désespérément besoin du soutien financier de Riyad. Au lieu de cela, l’ancien artiste connu pour son style lisse compte sur le soutien de l’ennemi juré de l’Arabie saoudite, la puissante milice libanaise du Hezbollah, soutenue par l’Iran.

Kordahi n’est devenu un homme politique que tardivement, rejoignant le Cabinet libanais en septembre à l’âge de 71 ans. Mais il avait beaucoup à dire sur la politique pendant ses années de spectacle.

Lors d’une apparition dans un talk-show libanais intitulé Talk of the Town en 2017, il a remis une rose rouge à chacune des quatre femmes qui partageaient la scène avec lui. L’animatrice s’est extasiée en disant que les téléspectateurs pouvaient constater par eux-mêmes à quel point il était galant.

Assis entre les trois filles du président libanais, Kordahi a déclaré que c’était sa chance et son privilège d’être parmi ces « femmes glorieuses. »

Pourtant, parallèlement à ses compliments, il a exprimé des opinions très fermes sur la limitation de la liberté d’expression. S’exprimant sur les affaires intérieures, il a déclaré qu’un ministre de l’information devrait réglementer les médias sociaux, mettre un frein à ce qu’il a qualifié de campagnes de dénigrement et agir comme un censeur à la place des agences de sécurité.

La crise diplomatique actuelle remonte à des commentaires qu’il a faits le 5 août, un mois avant de devenir ministre de l’information. Dans ces propos, qui ont été enregistrés et diffusés ultérieurement, il a défendu les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran. Ces propos ont provoqué la colère de l’Arabie saoudite, qui dirige une coalition militaire combattant les Houthis dans une guerre brutale et sans issue au Yémen.

L’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe ont retiré leurs ambassadeurs du Liban pour protester contre ces commentaires. Cette querelle diplomatique met en péril des centaines de millions de dollars d’échanges commerciaux et d’aide en provenance des pays riches en pétrole, à un moment où le Liban en a cruellement besoin.

Les tensions ont révélé la profondeur du problème du Liban avec son ancien allié, l’Arabie saoudite. Le Hezbollah domine de plus en plus la politique nationale, déplaçant le Liban plus loin dans l’orbite de l’Iran, le grand rival de Riyad.

La situation difficile de Kordahi souligne également le prix des aspirations politiques dans l’atmosphère polarisée du Moyen-Orient, en particulier depuis les soulèvements divisés du printemps arabe de 2011.

En tant qu’animateur de l’émission « millionnaire » lancée en 2000, Kordahi a séduit le public du Maroc à Oman avec sa voix gutturale et son utilisation de la langue arabe d’une manière qui transcende les dialectes locaux.

Il agrémentait son spectacle de références à la poésie, à la littérature et au Coran – un moyen sûr de toucher le cœur de nombreux jeunes musulmans, surtout de la part de Kordahi, qui est chrétien.

À l’époque, le deuxième soulèvement palestinien dominait l’actualité. L’émission de Kordahi s’intéresse à la cause palestinienne, une question qui unit les Arabes. Dans un épisode, les participantes étaient les mères de trois Palestiniens tués dans les violences. Elles ont fini par gagner 100 000 dollars.

En 2011, les manifestations antigouvernementales du printemps arabe se sont répandues dans la région.

Kordahi a choisi de se ranger du côté de la Syrie de Bachar Assad et de son allié libanais, le Hezbollah, perdant au passage de nombreux fans et soutiens financiers.

Lors d’une conférence à Damas en 2011, Kordahi a déclaré que les manifestations contre Assad étaient « une conspiration étrangère » et a fait l’éloge du dirigeant de longue date comme étant un véritable réformateur. À l’époque, l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe soutenaient l’opposition armée contre Assad.

La chaîne saoudienne MBC a renvoyé Kordahi alors qu’il préparait une nouvelle émission, en publiant sur son site web que c’était par respect pour le peuple syrien. M. Kordahi a quitté la chaîne pour occuper des postes dans des médias libanais, dont un allié du Hezbollah.

Kordahi, qui possède également une ligne de parfums et de vêtements à son nom, a commencé à caresser l’idée d’une carrière en politique. En 2013, il a été nommé au parlement sur une liste alliée à Michel Aoun, l’actuel président libanais et à l’époque chef du plus grand parti chrétien. Les élections n’ont jamais eu lieu.

Cette année-là, le Hezbollah a envoyé des troupes en Syrie pour soutenir les forces assiégées d’Assad dans la province frontalière de Homs. Dans une interview à la télévision syrienne, Kordahi fait l’éloge du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, en déclarant : « Je suis fier de lui. »

Lorsqu’il est enfin entré dans la politique libanaise, Marada, un parti chrétien allié de la Syrie et du Hezbollah, l’a nommé au poste de ministre de l’information.

Dans son premier commentaire en tant que ministre, il a appelé les médias libanais à s’abstenir d’accueillir des analystes qui mettent en garde contre des scénarios apocalyptiques au Liban. Beaucoup ont perçu cet appel comme un appel à la censure.

Les tentatives pour joindre Kordahi sont restées vaines.

Lorsque la crise avec l’Arabie saoudite a éclaté, il a d’abord tweeté que ses commentaires ne visaient pas à offenser. Puis il a tenu une conférence de presse. « Le Liban ne doit pas rester soumis à l’extorsion de qui que ce soit, de quelque pays ou de quelque ambassadeur que ce soit », a-t-il déclaré.

Pour ses partisans, Kordahi est un symbole de dignité nationale, de liberté d’expression et de résistance à l’ingérence du Golfe dans les affaires libanaises.

Des affiches de Kordahi sont apparues dans les zones contrôlées par les Houthis au Yémen et dans la capitale irakienne, Bagdad, avec les mots suivants : « Oui George, la guerre au Yémen est absurde. »

Hassan Fadlallah, un législateur du Hezbollah, a déclaré que Kordahi n’avait rien fait de mal. « Certaines personnes sans dignité et sans honneur national exagèrent, en disant que cela va ruiner le pays ».

Pour ses détracteurs, ses commentaires et son refus de démissionner sont imprudents. « Le public paie le prix de personnes qui se sont nommées officielles et ne montrent aucune responsabilité », a tweeté la chanteuse libanaise Elissa.

Des personnalités publiques du Golfe ont qualifié Kordahi d’ingrat et ont même appelé à renvoyer sa fille, qui travaille à MBC.

Les responsables saoudiens ont déclaré que le problème est plus important que les commentaires de M. Kordahi – il est enraciné dans un système qui s’est allié à l’Iran. Les médiateurs ont suggéré que sa démission est un premier pas vers la réconciliation.

Salem Zahran, un analyste politique, a déclaré que M. Kordahi s’est retrouvé par inadvertance dans un conflit dont il n’était pas responsable. Il a suggéré que les Saoudiens s’emportent parce qu’ils sont frustrés par l’enlisement de la guerre au Yémen, en particulier par l’avancée des rebelles Houthis dans la province stratégique de Marib.

« Ce n’est pas de sa faute. C’est le destin qui l’a placé dans cette réalité », a déclaré Zahran. « Chaque Libanais naît politicien jusqu’à preuve du contraire ».

Associated Press, 10/11/2021

#Liban #Arabie_Saoudite #George_Kordahi #Yémen #Houthis #Hezbollah #Iran