Le monde arabe est prêt à s’engager avec la Syrie

Tags : Ligue Arabe, Syrie, Emirats Arabes Unis, EAU – Le monde arabe est prêt à s’engager avec la Syrie

DAMAS, Syrie (AP) – Le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a rencontré mardi à Damas le président syrien, autrefois largement boudé, envoyant le signal le plus clair à ce jour que le monde arabe est prêt à renouer le dialogue avec l’homme fort Bachar Assad.

La visite du cheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan est la première d’un ministre des affaires étrangères émirati depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011. Elle intervient alors que certains pays arabes améliorent leurs relations avec la Syrie. Les États-Unis, proche partenaire des Émirats, ont rapidement critiqué cette visite, affirmant qu’ils ne soutiendraient aucune normalisation avec le gouvernement d’Assad.

Ce rapprochement pourrait toutefois servir les deux parties.

La Syrie a grandement besoin de renforcer ses relations avec les pays riches en pétrole, car son économie est étranglée par des sanctions occidentales paralysantes et elle doit faire face à la reconstruction d’après-guerre. Les Émirats arabes unis accueillent également des milliers de Syriens qui travaillent dans ce pays du Golfe et envoient de l’argent à leurs proches restés au pays.

La plupart des pays du Golfe, en désaccord avec leur rival régional, l’Iran, cherchent à resserrer les liens avec Damas, dans l’espoir de l’éloigner de Téhéran. L’Iran est un allié traditionnel de la Syrie et a envoyé des conseillers et des ressources pour soutenir Assad pendant la guerre de dix ans.

La Syrie a été exclue de la Ligue arabe, qui compte 22 membres, et boycottée par ses voisins après le déclenchement de la guerre civile en 2011. Plus de 400 000 personnes ont été tuées dans ce conflit qui a déplacé la moitié de la population syrienne. De grandes parties de la Syrie ont été détruites et la reconstruction coûterait des dizaines de milliards de dollars.

Les pays arabes et occidentaux ont généralement imputé à Assad la répression meurtrière des manifestations de 2011 qui ont évolué en guerre civile, et ont soutenu l’opposition aux premiers jours du conflit.

Plusieurs années après le début des combats, le soutien de l’Iran à Assad, ainsi que celui de la Russie, ont aidé le dirigeant syrien à repousser les insurgés, qui sont désormais confinés dans une petite zone du nord-ouest de la Syrie.

Réduire l’influence de l’Iran en Syrie pourrait être un défi difficile à relever pour les pays du Golfe, a déclaré Chris Doyle, directeur du Conseil pour la compréhension arabo-britannique. « Il sera presque impossible de faire évoluer la position de l’Iran en Syrie à court terme », a-t-il déclaré. « L’Iran est trop bien implanté ».

« Au mieux, le régime syrien pourrait commencer à monter l’Iran et les EAU l’un contre l’autre afin d’obtenir une certaine marge de manœuvre indépendante », a-t-il ajouté. M. Doyle a ajouté que les autres États arabes, qui craignent d’être utilisés par Damas, surveilleront l’évolution de cette relation.

Le cheikh Abdullah était à la tête d’une importante délégation à Damas, selon la télévision d’État syrienne.

L’agence de presse étatique WAM a déclaré que le ministre des affaires étrangères « a souligné la volonté des Émirats arabes unis de garantir la sécurité, la stabilité et l’unité de la Syrie et son soutien à tous les efforts déployés pour mettre fin à la crise syrienne ».

Le bureau d’Assad a déclaré que les deux parties ont discuté des moyens de développer la coopération et les opportunités d’investissement. Il a cité Assad qui a salué « les positions objectives et sages adoptées par les Émirats arabes unis ». Les Émirats arabes unis ont toujours soutenu le peuple syrien, a déclaré M. Assad.

À Washington, le département d’État n’a pas tardé à s’opposer à cette visite.

« Nous sommes préoccupés par les rapports sur la réunion et le signal qu’elle envoie », a déclaré aux journalistes le porte-parole du département d’État, Ned Price. « Cette administration n’exprimera aucun soutien aux efforts visant à normaliser ou à réhabiliter Bachar el-Assad, qui est un dictateur brutal. Nous exhortons les États de la région à examiner attentivement les atrocités que ce régime (et) Bachar Assad lui-même ont perpétrées sur le peuple syrien au cours de la dernière décennie, ainsi que les efforts continus du régime pour refuser à une grande partie du pays l’accès à l’aide humanitaire et à la sécurité. »

M. Price a indiqué que le secrétaire d’État Antony Blinken avait fait part de la désapprobation de Washington à l’égard de ce voyage la semaine dernière lors d’une rencontre avec le cheikh Abdullah en Europe.

« Nous ne normaliserons pas ou n’améliorerons pas nos relations diplomatiques avec le régime Assad, et nous ne soutenons pas non plus les autres pays qui normalisent ou améliorent leurs relations compte tenu des atrocités que ce régime a infligées à son propre peuple », a-t-il déclaré. Il a toutefois ajouté que « nous n’avons pas été pris par surprise » par cette visite, ce qui laisse entendre que les supplications de M. Blinken sont restées lettre morte.

Le mois dernier, le prince héritier des Émirats arabes unis, Mohammed bin Zayed, a reçu un appel téléphonique d’Assad au cours duquel ils ont discuté du renforcement des relations et de la coopération.

Les EAU, qui ont initialement soutenu ceux qui tentent de renverser Assad, ont rouvert leur ambassade à Damas en décembre 2018, mais les relations sont restées froides.

En septembre, Assad a appelé le roi Abdallah II de Jordanie pour la première fois depuis le début du conflit en Syrie. Les deux pays ont également rouvert un important poste frontière.

Associated Press

#Syrie #Ligue_Arabe #Emirats_arabes_unis #EAU #UAE