Éthiopie: Personnel de l’ONU accusé d’acte terroriste

Tags : Ethiopie, ONU – Éthiopie: Personnel de l’ONU accusé d’acte terroriste

NAIROBI, Kenya (AP) – Au moins 16 employés locaux des Nations Unies ont été détenus dans la capitale éthiopienne, a déclaré l’ONU mardi, et un porte-parole du gouvernement a affirmé qu’ils étaient détenus pour leur « participation à un acte terroriste » dans le cadre de l’état d’urgence, alors que la guerre qui dure depuis un an dans le pays s’intensifie et que les Tigréens sont confrontés à une nouvelle vague d’arrestations.

Tous les membres du personnel détenus sont des Tigréens, a déclaré un travailleur humanitaire à l’Associated Press, sous couvert d’anonymat par crainte de représailles.

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que l’ONU n’avait reçu aucune raison pour ces détentions, mais les Tigréens, y compris les avocats, ont signalé de nombreuses détentions à Addis-Abeba depuis la déclaration de l’état d’urgence, affirmant que les gens sont arrêtés sur la seule base de leur appartenance ethnique.

« Ils sont détenus dans des installations contre leur gré », a déclaré aux journalistes le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, ajoutant que certains ont été détenus ces derniers jours lors d’une visite en Éthiopie du responsable humanitaire de l’ONU. Dujarric a ajouté que six autres membres du personnel ont été détenus puis relâchés, et qu’un certain nombre de personnes à charge des employés ont également été détenues. L’ONU a demandé au ministère éthiopien des Affaires étrangères de les libérer immédiatement.

Dans un message adressé à l’AP, le porte-parole du gouvernement, Legesse Tulu, a déclaré que les détentions avaient eu lieu « en raison de leurs actes répréhensibles et de leur participation à des actes terroristes », sans donner de détails. Il a ajouté que cela n’avait aucun lien « avec leur fonction et leur travail ».

Interrogé par le porte-parole du gouvernement, M. Dujarric, de l’ONU, a répondu : « Nous n’avons pas d’autres informations à ce stade. »

Le gouvernement éthiopien a déclaré qu’il détenait des personnes soupçonnées de soutenir les forces rivales du Tigré qui combattent le gouvernement depuis l’année dernière.

À Washington, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré aux journalistes que « si les informations sont vraies », les détentions de personnes sur la base de leur appartenance ethnique sont « totalement inacceptables ».

La Commission éthiopienne des droits de l’homme, créée par le gouvernement, a noté cette semaine avec inquiétude que la nouvelle vague d’arrestations « semblait être basée sur l’ethnicité » et incluait des adultes plus âgés et des mères avec des enfants. L’AP a confirmé que les personnes détenues comprenaient des prêtres, des moines et d’autres membres du clergé de l’Église orthodoxe éthiopienne.

Des envoyés de l’Union africaine et des États-Unis tentent d’encourager un cessez-le-feu immédiat entre le gouvernement éthiopien et les forces du Tigré qui ont longtemps dominé le gouvernement national avant l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed. Le gouvernement a déclaré plus tôt cette année que les forces du Tigré étaient un groupe terroriste.

L’envoyé de l’Union africaine a déclaré lundi qu’il voyait une petite « fenêtre d’opportunité » dans la mesure où les parties belligérantes conviennent qu’une solution politique est nécessaire. Mais l’ambassadeur éthiopien auprès des Nations unies a déclaré qu’il ne serait pas facile de parvenir à une solution, puisqu’il y a le gouvernement d’un côté et un « groupe criminel » de l’autre.

Des milliers de personnes ont été tuées au cours de la guerre qui dure depuis un an, des milliers ont été détenues et des millions ont été déplacées. Pendant ce temps, des centaines de milliers de personnes dans la région du Tigré sont confrontées à la famine en raison d’un blocus gouvernemental visant à empêcher la nourriture, les médicaments et d’autres aides d’atteindre les forces du Tigré.

Au cours de sa visite de quatre jours en Éthiopie, le responsable des affaires humanitaires des Nations unies, Martin Griffiths, a rencontré le Premier ministre et rendu visite aux « autorités de facto » du Tigré afin de plaider pour un meilleur accès aux millions de personnes dans le besoin.

Le mois dernier, le gouvernement éthiopien a expulsé sept membres du personnel de l’ONU du pays, les accusant sans preuve d’avoir faussement gonflé l’ampleur de la crise. Cette mesure a été condamnée par d’autres pays et agences internationales.

#Ethiopie #ONU