Enquête sur la cherté des billets Alger-Paris

Tags : Algérie, Air Algérie, vols, billets, tarifs, prix, Alger-Paris – Enquête sur la cherté des billets Alger-Paris

Le Premier ministre a annoncé l’ouverture d’une enquête sur la cherté des billets de voyage, notamment de la destination Paris-Alger. Aïmene Benabderrahmane a fait état, hier, d’une commission mise sur pied pour examiner la structure des prix.

Le Premier ministre répondait à une question de l’ambassadeur d’Algérie en France, Antar Daoud, lors de l’ouverture du débat durant la deuxième journée de la Conférence des chefs de missions diplomatiques et consulaires algériennes. Il a, à l’occasion, reconnu que les prix des billets étaient «excessivement chers» et inaccessibles aux membres de la communauté algérienne à l’étranger. Benabderrahmane s’est ainsi engagé à «prendre les mesures nécessaires concernant les prix de billets, notamment ceux de la destination Alger-Paris». «Il a été constaté des pratiques qui dissuaderaient la communauté algérienne à l’étranger de se rendre dans leur pays, et en fonction des résultats de l’enquête, des mesures nécessaires seront prises pour permettre à la diaspora de rester en contact permanent avec leur patrie», a-t-il déclaré. «Nous savons que la pandémie de coronavirus a eu des incidences négatives sur plusieurs secteurs économiques, dont la compagnie Air Algérie, mais les prix proposés par cette dernière sont très chers et empêchent donc les membres de la communauté étrangère en France de se rendre en Algérie», s’était interrogé l’ambassadeur. Expliquant que le prix du billet vacillait entre 700 et 800 euros, alors que le salaire ne dépasse pas les 2 000 euros, le diplomate algérien s’était exclamé sur le sort d’une famille de 4 membres qui voudraient acheter des billets pour environ 3 000 euros.

Parachever le projet du portail électronique dédié aux compétences nationales établies à l’étranger
Par ailleurs, le Premier ministre a souligné le rôle important de la communauté nationale à l’étranger dans le développement du pays. Il a précisé que les membres de la communauté algérienne, qui regroupe un nombre de plus en plus croissant de compétences, de chercheurs et d’enseignants de haut niveau, ont exprimé leur volonté d’apporter leur savoir-faire et assurer des formations de haut niveau en Algérie. Ainsi, il a insisté sur «l’impératif d’œuvrer au parachèvement du projet du portail électronique dédié aux compétences nationales établies à l’étranger, pour une meilleure contribution au développement des domaines scientifiques et techniques, des nouvelles technologies de l’information et de la communication et de l’intelligence artificielle, ainsi que d’autres domaines de l’économie de la connaissance». «Pour un apport volontaire et régulier au processus d’édification du pays, notre communauté a besoin de renouer avec la confiance. Je tiens à rappeler, à ce propos, que cette question figure en tête des priorités du programme du président de la République, Abdelmadjid Tebboune», a indiqué M. Benabderrahmane, précisant que «le succès de tout programme de développement est lié à l’adhésion de l’élite et du citoyen à ce dernier». Il a, à ce titre, exhorté les missions diplomatiques algériennes à «écouter les préoccupations de la communauté et à accompagner les compétences nationales à l’étranger, en leur apportant le soutien et l’appui nécessaires dans leurs domaines d’activité au sein des instances, des organisations et des centres de recherche».

Les représentations diplomatiques appelées à promouvoir la destination Algérie

Le Premier ministre a en outre appelé les représentations diplomatiques et consulaires algériennes à promouvoir la destination Algérie en tant que «destination touristique par excellence».

En dépit des grandes potentialités naturelles du pays, le secteur du Tourisme est confronté à de nombreux obstacles et nécessite un plan de relance pour faire de l’Algérie une destination touristique par excellence, a souligné M. Benabderrahmane dans la même allocution au Palais des nations. Il a précisé que cette relance implique, entre autres, de «faciliter les mesures d’obtention du visa au profit des touristes étrangers, de diversifier l’offre touristique, d’œuvrer à la réalisation de pôles touristiques d’excellence conformes aux standards internationaux et d’encourager le recours aux formules attractives».Le Premier ministre a souligné que les représentations diplomatiques et consulaires doivent «contribuer à la réalisation de ces objectifs, en œuvrant à la promotion de la destination Algérie et des investissements dans le domaine touristique».

Il a évoqué un volet important des priorités de l’action gouvernementale, lié à la coopération internationale pour des partenariats gagnant-gagnant qui cadrent avec les efforts nationaux pour la mise en place d’une économie nationale cohérente, créatrice de richesses et d’emplois, non dépendante de la rente pétrolière et ouverte à l’investissement étranger.

«Nos missions diplomatiques sont appelées à mettre en place des bases de données économiques et commerciales et à élaborer des documents constamment mis à jour pour mieux répondre à la demande en matière de statistiques et d’indicateurs économiques sur les opportunités d’investissement et de partenariat», a-t-il ajouté.

Par Aomar Fekrache

Le Jour d’Algérie, 10/11/2021

#Algérie #Air_algérie #Billets #Prix #Tarifs #Alger_paris