Italie : Le groupe Leonardo vend des armes au Niger

Tags : Sahel, Niger, Italie, Mali, Tchad, Burkina Faso, armes,

Leonardo, tenant du complexe militaro-industriel , dicte l’agenda de la politique étrangère italienne et de la coopération en Afrique subsaharienne et le fait par la voix de l’ancien ministre de l’Intérieur Marco Minniti (ancien PCI aujourd’hui Pd).

Le 29 octobre 2021 à Rome, en présence de la ministre à la Présidence de la République du Niger Rhissa Ag Boula et du conseiller du président nigérian Salim Mokaddem, le groupe Leonardo SpA et sa toute récente Fondation Med-Or ont livré cinquante oxygène des concentrateurs vers la République du Niger à allouer à certains établissements de santé engagés dans l’assistance aux patients Covid-19. « Cette initiative confirme le rôle de la Fondation Med-Or et la conviction avec laquelle Leonardo soutient ce projet et représente un signe tangible de la volonté de ces deux réalités de valoriser et promouvoir un esprit de communauté entre l’Afrique et l’Eurasie », a déclaré Alessandro Profumo , PDG de la société leader en Italie dans la production de systèmes militaires. « Leonardo, champion technologique national, représente un moteur pour la projection de l’Italie dans le monde et une garantie du rôle historique du pays en tant que pont entre les différentes civilisations et cultures ».

Le discours du président est beaucoup plus articuléde la fondation pour la promotion culturelle et scientifique pour renforcer les liens entre l’Italie, l’Afrique, le Moyen et l’Extrême-Orient, Marco Minniti. « Le Sahel est une région particulièrement touchée par la pandémie de Covid-19, non seulement pour ses effets sanitaires, mais aussi pour ceux d’ordre économique et social », a lancé l’ancien chef du ministère de l’Intérieur. « Nous sommes convaincus que notre initiative de solidarité avec la République du Niger, pays central du Sahel et de toute l’Afrique subsaharienne, peut représenter une contribution utile à la lutte contre la pandémie (…) Ce premier acte peut représentent une étape vers une coopération plus structurée avec le Niger. À cet égard, nous attendons les jeunes étudiants de ce pays, qui veulent étudier dans nos universités,

Marco Minniti a précisé les raisons pour lesquelles le pays d’Afrique subsaharienne a été choisi comme interlocuteur privilégié des programmes d’aide au développement de Leonardo SpA et de la Fondation Med-Or. « Un défi décisif se joue au Sahel pour la sécurité globale de la Méditerranée et de l’Europe, pour la lutte contre le terrorisme et pour la question des flux migratoires », a déclaré Minniti. « Dans une région aussi complexe, le Niger constitue une référence structurelle pour la démocratie et la stabilité, et c’est une bonne nouvelle pour l’Afrique et pour l’Europe ».

Après avoir énuméré les tensions et les conflits qui tourmentent le continent africain (Libye, Centrafrique, Mali, Soudan, Somalie, Éthiopie-Tigré, etc.), le président de la Fondation Med-Or a condensé la pensée politico-militaire en deux phrases dominantes à la base de l’interventionnisme néocolonial global en territoire africain. « Notre entreprise produit les capteurs pour le contrôle des frontières, mais nous savons parfaitement que sans les tribus du désert, ces frontières ne peuvent pas être surveillées », a expliqué Minniti. « C’est parce que le facteur humain est indispensable, car aucune technologie ne peut complètement effacer l’importance du facteur humain ».

Des capteurs et des appareils électroniques pour murer les frontières de déserts qui n’ont jamais eu de frontières et des tribus d’hommes-soldats pour faire la guerre aux migrants et aux migrations au nom et pour le compte des transnationales énergétiques et minières. Voici un résumé de la pensée Minniti, à vrai dire pas tout à fait nouvelle, l’ayant déjà élaborée et proposée pour la Libye post-Kadhafi, lorsqu’il était l’homme dirigeant du ministère de l’Intérieur.

A ce jour, en vérité, il n’y a aucune trace de commandes et d’affaires au Niger par Leonardo et par les filiales produisant des canons, des blindés, des missiles, des combattants, des hélicoptères, des drones, des radars et des centres de renseignement. Mais le système italien est au cœur stratégique du Sahel, grâce à une mission militaire bien armée qui a également assumé le rôle de représenter sur place le bon cœur de la « coopération » institutionnelle moderne.

Identifiée MISIN – Mission bilatérale d’appui à la République du Niger, l’opération militaire en territoire africain a démarré après la résolution du Conseil des ministres du 28 décembre 2017 (gouvernement de centre gauche avec le premier ministre Paolo Gentiloni, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Angelino Alfano, défense Roberta Pinotti et interne Marco Minniti).

« L’objectif de MISIN est d’augmenterla capacité à lutter contre le phénomène des trafics illégaux et les menaces sécuritaires par les autorités nigérianes et les autres pays du G5 Sahel (Mauritanie, Tchad, Burkina Faso et Mali), dans le cadre d’un effort conjoint européen et américain de stabilisation de la zone », explique l’état-major général des forces armées. « La Mission vise également à assurer la collecte d’informations sur la traite des êtres humains et à contribuer à la surveillance du territoire et des frontières, ainsi qu’à former les Forces spéciales dans la région d’Agadez et la composante aérienne de la République du Niger » . Les activités d’assistance et de formation s’adressent aux forces armées et aux forces d’intervention « spéciales », à la gendarmerie et à la garde nationale nigérienne.

Selon la loi de finances 2021 , la MISIN prévoit la présence au Niger et au Collège de la Défense en Mauritanie de 295 militaires, 160 véhicules légers et lourds et 5 avions. Il s’agit notamment de personnels spécialisés dans les activités de formation et les opérations de reconnaissance, de commandement et de contrôle ; des équipes de santé et de génie pour les travaux d’infrastructure ; une équipe pour la détection des menaces chimiques-biologiques-radiologiques-nucléaires (CBRN) ; unité de renseignement et de surveillance.

L’armée italienne est hébergée dans la base aérienne 101construit et contrôlé par les forces armées françaises à côté de l’aéroport international « Diori Hamani » dans la capitale Niamey, d’où décollent les drones pour les opérations de renseignement et de frappe dans le cadre de l’opération Barkhane au Sahel. Cependant, le 13 avril, le ministre de la Défense Lorenzo Guerini a annoncé que l’Italie ouvrirait une nouvelle base militaire au Niger « dont la construction commencera en juillet 2021 ». « Je pense qu’il s’agit d’une étape très importante pour renforcer notre action dans la région, qui à l’avenir débouchera sur une capacité toujours plus grande de l’Europe au Sahel et dans toute la ceinture subsaharienne, de la Corne de l’Afrique au Golfe de Guinée. , l’inscrivant dans un système avec la contribution à la stabilisation de la Libye », a déclaré Guerini, tout à fait conforme à la pensée de Minniti.

Le ministre de la Défense était en visite officielle au Niger et au Mali les 21 et 22 mai 2021, promettant le renforcement de la présence militaire italienne au Sahel. Le 2 juin, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Luigi Di Maio s’est également rendu à Niamey pour rencontrer le Président de la République du Niger, Mohamed Bazoum, et le Premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou. « Di Maio a ensuite adressé ses salutations au contingent italien de la Mission bilatérale de soutien au Niger, définie comme le fleuron de la coopération en matière de sécurité au Sahel et dans toute l’Afrique », a rapporté la nouvelle.

Fin août, une autre mission institutionnelle italienne a été effectuée au Niger, cette fois par deux parlementaires, Matteo Perego de Cremnago et Alessandro Battilocchio, tous deux de Forza Italia. « La délégation italienne a eu l’occasion de rencontrer le chef du gouvernement nigérian, Ouhoumoudou Mahamadou, le ministre de la Défense, Alkassoum Indattou, et le vice-président de l’Assemblée générale, Kalla Ankourao », note Difesaonline. « Tous les représentants des institutions nigérianes ont souhaité un nouveau renforcement des relations bilatérales également avec la fourniture d’équipements aux forces armées nigérianes.

En effet, comme l’a souligné M. Perego , la politique stratégique de l’Italie devrait soutenir davantage les forces de sécurité nigérianes, en comblant les nombreuses lacunes en termes d’équipement dont elles disposent. Un autre problème concerne la formation dispensée par l’armée italienne. En plus des activités de tutorat (enseignements théoriques sur l’usage des armes et tactiques) il conviendrait d’accompagner les militaires nigérians en opération pour les soutenir dans la lutte contre les milices djihadistes ».

En vérité, les activités de formation des derniers moisdu personnel nigérian sont devenus de plus en plus intenses et encore plus destinés à combattre dans des environnements complexes. Les soldats de la brigade « Folgore » ont suivi la formation du nouveau bataillon de parachutistes nigérian avec « des programmes d’infanterie de base, des raids aériens, la planification et la mise en œuvre complète d’une opération militaire, des patrouilles motorisées, l’organisation/gestion des points de contrôle et des combats dans les centres habités » . Aussi les paràs « Folgore » ont créé une zone d’entraînement à l’intérieur d’une installation à Niamey « dans laquelle de nombreux artifices ont été déployés afin de développer la capacité d’exploitation et de développement des mouvements sur le terrain des militaires nigérians ». Le centre a été inauguré le 26 janvier 2021.

Le 6 juin, la cérémonie de clôture du deuxième stage de parachutisme au profit d’un bataillon de parachutistes nigérian s’est déroulée à Niamey . Le stage s’est déroulé du 22 mai au 6 juin avec de nombreux raids aériens sur la zone dite « Niger 4 », près de la capitale, sous la direction du personnel du Centre d’Entraînement Parachutiste de Pise, du 187th Parachute Regiment « Folgore » de Livourne et du 8e régiment du génie parachutiste de l’armée de Legnago-Vérone, plus le soutien d’un gros avion de transport C27J de la 56e brigade aéroportée de l’armée de l’air de Pise.

Du 3 mai au 20 août 2021 s’est tenu le stage de formation de la 4e compagnie du bataillon de parachutistes nigérians, avec des enseignements sur la lutte contre les engins explosifs improvisés et la contre-insurrection, « afin que les unités formées soient en mesure de contribuer à accroître la sécurité et la stabilité du Niger, la lutte contre le trafic illégal d’êtres humains, le terrorisme et la contrebande d’armes ». Du personnel nigérian a ensuite été employé le long de la frontière qui sépare le Niger du Burkina Faso.

Le 2 septembre 2021, le stage d’opérateur du Groupement d’Intervention et de Sécurité (GIS) de la Garde Nationale du Niger a pris fin . Le cours a duré cinq mois et a été dirigé par les instructeurs du 185e Régiment de Reconnaissance et d’Acquisition d’Objectifs « Folgore » de l’Armée et du Groupe Spécial d’Intervention des Carabiniers. Même les nouveaux opérateurs du SIG nigérian se sont rapidement « engagés dans des opérations à haut risque le long des frontières nigérianes pour contrer le travail des organisations terroristes présentes dans la zone », comme le rapporte la note de l’état-major de la Défense.

« Le but de MISIN est non seulement de former et d’augmenter les lacunes de formation des Forces de sécurité et de défense nigérianes, mais aussi de soutenir la population locale en réalisant des projets de coopération tels que : la lutte contre les catastrophes naturelles, le don de médicaments et de produits de première nécessité. , installations sportives et sanitaires », ajoutent les forces armées italiennes, en insistant sur le modèle d’intervention et de coopération ambigu et dangereux CIMIC – c’est-à-dire civilo-militaire – si cher à Leonardo SpA et à la Fondation Med. Ordonné par Marco Minniti & C ..

« Les missions menées par nos armées à l’étranger sont de plus en plus qualifiées d’interministérielles et d’interagences, ainsi que d’expression de l’engagement de l’ensemble du système national à aider concrètement les réalités locales où l’on agit et à protéger les intérêts nationaux », lit-on dans la note de la Farnesina du 18 décembre 2018, lorsque l’armée MISIN et l’ambassade d’Italie à Niamey ont livré aux autorités nigérianes des médicaments et des dispositifs médicaux achetés avec des fonds de coopération au développement. Manu aide militaire pour protéger les intérêts nationaux au Sahel, donc, avec la circonstance aggravante que de plus en plus souvent les bénéficiaires ne sont pas les populations civiles mais les autorités gouvernementales ou les forces armées nigérianes elles-mêmes.

A l’été 2020 par exemple, « dans le cadre du soutien constant visant à combattre et prévenir le virus COVID-19 », 70.000 masques chirurgicaux ont été donnés à la Direction de la santé militaire du ministère nigérian de la Défense. « Les dispositifs seront utilisés à la fois en faveur de la population civile qui accède aux formations sanitaires militaires de la ville de Niamey et par le personnel militaire des Forces de sécurité nigériennes », écrivent les Italiens.

L’ambiguïté et l’arbitraire qui caractérisent le modèle COCIM civilo -militaire sont confirmés par une récente déclaration de défense. « L’armée de l’air a doté les forces aériennes nigérianes d’équipements pour la protection et la défense des installations et de son personnel dans les principaux aéroports actifs du pays », précise-t-il. « Du matériel médical en faveur de la population nigériane a plutôt été livré aux forces armées de Niamey par les unités de la Polyclinique militaire Celio à Rome et de l’École de santé et vétérinaire militaire de l’Armée en mission au Niger ».

L’état-major de la Défense fait toujours savoirque le 25 mars 2021 le contingent MISIN a conclu un projet CIMIC en faveur du village de Dara. « C’est le don de nourriture et de dispositifs médicaux qui servira au personnel parachutiste nigérian en tant que contingence pour contrer la pandémie de Sars-CoV2 », explique la Défense. Le 24 août, dans la base militaire 101 de Niamey, les services italiens ont plutôt livré du matériel destiné à la gestion des catastrophes naturelles et des inondations au personnel du ministère de l’Action humanitaire et des Catastrophes du Niger. Le 8 septembre, un projet CIMIC « visant à soutenir la population d’un camp déplacé par les inondations, dans la périphérie sud de Niamey », a été conclu.

Un deuxième projet CIMIC a pris fin le 22 septembre 2021. « Visant à soutenir les civils et les familles de l’armée de l’air nigériane stationnée à Niamey, la Mission MISIN a livré un terrain multifonctionnel de basket-ball, de handball et de football à cinq au personnel et à leurs familles. à la base aérienne 101, là où se trouve le contingent italien déployé au Niger », explique le ministère de la Défense. Une fois de plus, le Groupe CIMIC OTAN de Motta di Livenza a coordonné le programme de coopération.

Tous les cadeaux n’étaient pas civilo-militaires et les livraisons d’équipements et de systèmes de guerre made in Italy ne manquaient donc pas. Un vieux proverbe dit qu’un cheval cadeau ne regarde pas dans la gueule, mais pour analyser les documents préparés par le ministère de la Défense et celui des Affaires étrangères, pour le « transfert gratuit de matériel d’armement vers la République du Niger », on ne peut que être abasourdi et indigné. En annonçant le transfert « d’ici fin 2021 » de 250 gilets pare-balles pour l’entraînement, 250 casques en kevlar (fibre synthétique à haute résistance à la traction), 10 casques balistiques et 8 combinaisons anti-fragments avec conteneurs relatifs, il est en effet précisé que « les matériels d’armement soumis à la vente sont obsolètes pour des raisons techniques ».

« En particulier, les gilets pare-balles et les casques en Kevlar sont obsolètes en raison de l’impossibilité et du faible coût d’effectuer des interventions pour restaurer et maintenir les performances et les caractéristiques de protection d’origine indispensables pour pouvoir les utiliser à des fins opérationnelles », précise le gouvernement italien. « Les combinaisons anti-fragmentation RAV 50 sont obsolètes en raison de l’âge du matériel et de l’expiration progressive de la validité de la protection balistique des différents lots n’ayant pas passé les tests balistiques de prolongation de durée de vie ».

Encore un désastre de malcoopération à la sauce italienne…

Antonio Mazzeo

Africa Express, 06/11/2021

#Sahel #Niger #Italie #Mali #Tchad #Burkina_Faso #armes #Leonardo_spa