Haaretz dévoile les secrets du lobby juif au Maroc

Tags : Maroc, Marrakech, mariage juif, Yariv Elbaz, normalisation, Donald Trump, Israël,

Une sombre affaire d’oléoduc, des projets « sécuritaires » louches, le souvenir d’Yitzhak Rabin et un cyberlogiciel malveillant ont plané sur les récents mariages à Marrakech.

Après la grisaille imposée à la ville de Marrakech par la pandémie de COVID, cette ville marocaine haute en couleur, située au pied des montagnes de l’Atlas, s’est réveillée il y a trois semaines avec un mariage « de conte de fées », comme l’ont décrit les médias locaux.

Pas moins de 500 invités ont été conviés à cette méga-fête, acheminés par des jets atterrissant les uns après les autres depuis la France, les États-Unis et Israël. Trois hôtels ont été réservés pour les invités étrangers. Les hôtes n’ont pas lésiné sur les moyens.

De la musique traditionnelle et des bougies éclairant les pelouses d’une lumière douce ont accueilli les multitudes ; une double ligne de lumières au sol leur a indiqué le chemin, une fois à l’intérieur. Au bout, un magnifique baldaquin blanc attendait les invités, chargé d’arrangements floraux hors du commun.

Ce n’est pas tous les jours qu’un mariage juif a lieu à Marrakech. Ce n’est pas tous les jours que le père de la mariée est un homme d’affaires bien placé, le fils d’un diamantaire juif local, célèbre pour ses liens avec la cour royale du pays – mais pas seulement.

Yariv Elbaz s’est pavané au mariage de sa fille comme si c’était le sien. Ses relations d’affaires internationales lui ont valu de nombreuses connaissances célèbres, avec certaines desquelles il a échangé des confidences avec un grand sourire.

L’ami proche du milliardaire, Jared Kushner, gendre de l’ancien président américain Donald Trump, n’a pas pu se rendre aux noces, mais il a envoyé son conseiller politique, Avi Berkowitz, qui a été vu se mêlant aux invités.

Une petite mais respectable délégation est venue d’Israël. À sa tête, l’associé et représentant d’Elbaz en Israël, le colonel (de réserve) Yossi Lahmani, PDG du Centre Yitzhak Rabin (et frère de Moshe Lahmani, ancien président de la société de construction Shikun & Binui). A ses côtés se trouvait le député Yesh Atid et ancien chef adjoint du Mossad, Ram Ben-Barak.

Outre son poste au centre Rabin, un centre de recherche qui porte le nom du premier ministre israélien assassiné, Lahmani possède une société qui s’occupe de « projets » liés à la sécurité, Fortify Solutions. Dans le passé, l’homme de paille de cette société était l’ancien chef d’état-major des forces de défense israéliennes et ministre de la défense Shaul Mofaz. C’est finalement Ben-Barak qui a occupé le poste – pendant l’intervalle entre son départ du Mossad et son entrée à la Knesset.

Une amitié étroite s’est développée entre Ben-Barak et Elbaz. Ensemble, ils sont entrés dans l’histoire en aidant à concocter secrètement l’accord de normalisation entre Israël et le Maroc à la fin de 2020. Et comme c’est le cas pour les acteurs de l’ombre, au dernier moment avant les cérémonies de signature à Rabat, ils ont fait un pas en arrière et ont permis à Meir Ben-Shabbat, chef du département de la sécurité du ministère de la défense (et confident de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu) de profiter des feux de la rampe.

Ainsi, tandis que Ben-Shabbat a impressionné tout le monde avec son arabe marocain parfait et était ravi de s’attribuer le mérite, les personnages de l’ombre ont eu le temps de faire des affaires – avant tout des affaires liées à l’énergie, à la sécurité et à la cybernétique (liées à la défense, bien sûr).

« Nous avons déjà une indication que le niveau du Maroc dans ce domaine n’est pas si mauvais. Ils ne sont pas dupes en matière de cybernétique. Nous avons intérêt à nous tenir à leurs côtés », a déclaré un haut membre du gouvernement à Hagai Amit, de TheMarker, il y a quelques mois. Et en effet, quelques jours après la signature de l’accord de normalisation avec le Maroc en décembre dernier, il est apparu clairement ce que l’on entendait par « pas d’imbécile ».

Un rapport d’enquête du journal français Le Monde a révélé que l’un des numéros de téléphone utilisés par le président français Emmanuel Macron avait été ciblé pour la surveillance par le service de renseignement marocain, qui avait utilisé le logiciel espion Pegasus de la société israélienne NSO – le programme avec lequel l’administration de Netanyahu a recueilli le soutien des pays arabes.

En France, ils sont devenus fous et ont interdit toute rencontre officielle entre les représentants français et leurs homologues israéliens jusqu’à la semaine dernière. Puis, lors de la conférence mondiale sur le climat à Glasgow, Macron a rencontré le Premier ministre Naftali Bennett pour une conversation privée, les choses se sont arrangées et l’interdiction d’Israël a été levée. Mais vendredi dernier, les États-Unis ont annoncé que NSO serait placé sur la liste des entités – une liste noire des entreprises impliquées dans des cyberactivités malveillantes – et ont apparemment éteint les lumières de NSO.

Il semble que les accords de « paix » au Moyen-Orient aient un coût.

Des dividendes pour Elbaz

Enivré par sa contribution historique à l’accord bilatéral avec le Maroc, Elbaz n’a pas attendu longtemps avant de commencer à réclamer des dividendes.

Rembobinage au 18 septembre 2020 : Une nouvelle société a été enregistrée dans le paradis fiscal de Gibraltar, appelée Lubber Line Capital (spécialisée dans l’investissement dans des projets d’infrastructure et d’énergie dans le monde entier), dont Line Holdings Ltd est le propriétaire enregistré. Ce dernier est un groupe de holdings qui figurait dans les documents Panama ayant fait l’objet d’une fuite – et dont le nom a été associé à Elbaz.

Environ un mois plus tard, il a été révélé que Lubber Line servirait d’intermédiaire pour le transport du pétrole émirati vers l’Europe via Israël. La société israélienne Eilat-Ashkelon Pipeline Company a annoncé à l’époque qu’elle avait signé un accord pour transporter le pétrole d’Abu Dhabi via ses terminaux d’Eilat et d’Ashkelon. Mais selon cette annonce, l’accord, d’une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars, ne serait pas conclu directement avec les Émirats, mais plutôt par le biais d’une société intermédiaire qui achèterait le pétrole et approuverait son transfert par l’intermédiaire de l’Eilat-Ashkelon Pipeline Company.

Trois personnes récolteraient les gros bénéfices ici. Du côté israélien, les anciens cadres supérieurs de la Paz Oil Company, Yona Fogel et Malachi Alper, qui ont employé Lahmani, le représentant d’Elbaz, en tant que conseiller de leur société ; une société émiratie (car dans toute vente de pétrole ou de gaz au Moyen-Orient, il y aura toujours une partie intéressée de la famille régnante) ; et oui, Lubber Line, appartenant à Elbaz, qui a mis au point toute l’affaire.

Et c’est ainsi que ce joyeux groupe a embarqué dans un avion d’Israël à Abu Dhabi à la fin du mois d’octobre 2020, pour signer le contrat discrètement, dans le dos des régulateurs en Israël – de peur qu’ils ne le bloquent, pour des raisons de sécurité ou d’environnement.

Sur ce même vol, d’ailleurs, se trouvait Dalia Rabin, directrice du Centre Yitzhak Rabin, accompagnée de son fils, Yonatan Ben-Artzi. Ainsi, dans un hall d’Abu Dhabi, un accord pétrolier a été signé, sous la médiation d’Elbaz et de Lahmani, PDG du centre. Et dans le hall suivant, un accord philanthropique conjoint a été signé entre le centre et le fonds d’investissement du cheikh Ahmed bin Zayed al Nahyan (le frère du dirigeant d’Abu Dhabi).

Tous ces accords ont été présidés par le représentant de Trump à cet événement passionnant, l’ancien secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin. Lors d’un dîner auquel assistaient toutes les personnes concernées, Mnuchin (qui a ensuite été grondé par Dalia Rabin parce qu’il n’a pas mentionné la contribution de son père au processus) s’est extasié sur la paix.

Les accords ont été signés, les transactions ont fleuri. La mer Rouge à Eilat avait déjà accueilli le premier pétrolier émirati. Elbaz et Lahmani sont devenus des acteurs recherchés par toutes les sociétés de sécurité intéressées par la vente d’armes au Maroc. Et en août dernier, le ministre des affaires étrangères Yair Lapid a effectué une première visite historique au Maroc, rejoint, bien sûr, par son collègue de parti et collègue législateur Ben-Barak.

Mais cette fois, l’ancien adjoint du Mossad n’a pas débarqué là-bas en portant le chapeau de la société obscure qui s’occupe de « projets de sécurité », mais plutôt en tant que président de la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset. Cette commission surveille, entre autres, la confidentialité dont jouit l’accord avec la Eilat-Ashkelon Pipeline Company – l’ordre qui permet à la société de se protéger des ennuis qu’elle subirait si elle devait être transparente et surveillée.

M. Ben-Barak n’a pas signé d’arrangement régissant les conflits d’intérêts lorsqu’il est entré à la Knesset.

Il y a quelques jours, il a déclaré à The Marker que, pour éviter la moindre apparence d’un tel conflit, il ne participerait pas aux discussions de la commission sur l’oléoduc Eilat Ashkelon, si elles ont lieu. Mais le problème n’est pas Ben-Barak, c’est le climat.

Et ce n’est pas l’agréable climat vert de Glasgow, mais le climat chaud et nuageux du Moyen-Orient. Un climat dans lequel chaque traité de paix est accompagné d’un beau paquet de logiciels espions Pegasus et d’un avion F-35. C’est un climat dans lequel la marque Yitzhak Rabin inspire le déplacement de 14 millions de tonnes de pétrole par an sur les rares et magnifiques récifs coralliens d’Eilat. C’est un climat où se mêlent gouvernement, argent et paix, où chaque conférence internationale est nécessairement de mauvais augure.

Haaretz, 07/11/2021

#Maroc #Israël #LobbyJuif #YarivElbaz #Normalisation #Mariage