Une logique coloniale

Une logique coloniale – Le Maroc mise sur la stratégie du pire en se convaincant qu’elle est nécessairement gagnante grâce au soutien inconditionnel dont il bénéficie, depuis toujours, de la France, qui surveille l’Algérie comme le lait sur le feu.

Fourvoyé dans sa logique coloniale, le Maroc mise sur la stratégie du pire en se convaincant qu’elle est nécessairement gagnante grâce au soutien inconditionnel dont il bénéficie, depuis toujours, de la France, qui surveille l’Algérie comme le lait sur le feu, et aux accords d’Abraham de Donald Trump, un deal de la honte où le Makhzen a vendu et liquidé la cause palestinienne contre un appui étasunien à ses prétentions sur le territoire de la RASD.

Les provocations du Makhzen sont ainsi allées crescendo, utilisant d’abord un rhétorique des plus agressifs, de moins en moins respectueux des usages diplomatiques, puis d’attaques directes contre les intérêts économiques de son voisin, avant de s’engouffrer dans la voie dangereuse d’opérations d’espionnage à grande échelle et de comploter pour attenter à sa souveraineté.

Cette attitude inconsidérée le rapproche tous les jours davantage d’une confrontation violente avec son voisin. Un comportement suicidaire s’est-il emparé de la monarchie alaouite ? On pourrait le penser à la suite du lâche assassinat par sa soldatesque de trois civils algériens, innocents convoyeurs de marchandises alors qu’ils se trouvaient dans un espace territorial sur lequel le Makhzen n’exerce aucun droit reconnu. Sous-traite-t-il pour des plans ourdis par les puissances qui le parrainent dans sa vision coloniale éculée pour attirer dans un guet-apens une Algérie, que d’aucuns croient pouvoir facilement provoquer en elle une réaction irraisonnée et l’entraîner dans un conflit armé qui embraserait toute la région sahélo-maghrébine, déjà en proie à une dangereuse instabilité ?

Contrairement au Maroc qui le prouve au Sahara occidental depuis plus de quarante ans, l’Algérie n’est pas un pays va-t-en guerre, à moins qu’on la lui impose. Si l’Algérie a fait promesse que l’assassinat de ses ressortissants ne restera pas impuni, elle ne fera pas payer ce crime au peuple marocain avec lequel elle est liée par des liens de fraternité. Ces bons sentiments à l’égard de ses voisins, l’Algérie en a fait la preuve tangible en partageant avec eux les retombées des richesses de son sous-sol.

Notre pays avait fait pari sur un Maghreb uni, projeté comme un espace de prospérité partagée par tous les peuples de la région. Mais il faut tirer la conclusion et ne pas avoir peur des mots : la leçon se doit d’être apprise et la morale définitivement comprise que les bons sentiments ne font pas toujours une bonne politique, s’ils ne sont accompagnés du strict respect des intérêts nationaux.

Par Ouali Mouterfi