Maroc-Algérie. A quoi joue M6?

Maroc-Algérie. A quoi joue M6? – L’assassinat de trois citoyens Algériens sur l’axe Nouakchott-Ouargla, alors qu’ils se dirigeaient à bord de leurs camions vers la Mauritanie, est un acte barbare signé lâchement, par le royaume de l’intrigue

L’assassinat de trois citoyens Algériens sur l’axe Nouakchott-Ouargla, alors qu’ils se dirigeaient à bord de leurs camions vers la Mauritanie, est un acte barbare signé lâchement, par le royaume de l’intrigue. C’est un acte de provocation inédit depuis les batailles d’Amgala. Il confirme ce que la majorité des algériens soupçonnait, à savoir que le roi, sa cour et ses sponsors sont prêts à tous les dérapages possibles pour forcer notre pays à s’engager dans un conflit armée aux conséquences difficilement imaginables.

Il semble bien que Mohamed VI, grand amateur de hashish ait, cette fois, forcé sur la dose. C’est en effet une agression caractérisée de ressortissants algériens qui étaient sur la frontière entre les territoires libérés du Sahara occidental et la Mauritanie. Il confine à un casus belli de la part d’un monarque perdu et sans doute encouragé par ses nouveaux amis intimes d’Israël qui lui chuchotent à l’oreille. On aura tout supposé de sa part contre l’Algérie qu’il ne porte pas dans son cœur mais jamais qu’il en arrive à tenter le diable comme il l’a fait mardi soir en faisant bombarder un convoi de camions de marchandises qui étaient paisiblement en route pour la Mauritanie. Mais c’était sans compter sur ces coups insidieux du makhzen qui a usé de drones pour tirer des missiles en direction de ces camions.

Le bilan est lourd : trois civils algériens y ont péri et leurs camions carbonisés. « Notre ami » le roi à atteint sa cible. Il a fait tuer des algériens sans défense qui allaient tranquillement commercer en Mauritanie. La présidence de la République a eu raison de qualifier cet acte de « bombardement barbare » précisant que « plusieurs facteurs désignant les forces d’occupation marocaines au Sahara Occidental comme « ayant commis, avec un armement sophistiqué, ce lâche assassinat ».

Dans son communiqué rendu public hier, la présidence a souligné utilement le contexte de cette attaque pour en saisir les motivations. D’abord en précisant qu’elle était le fait « des forces d’occupation marocaines du Sahara occidental » n’en déplaise au Makhzen qui se gargarise de la résolution du conseil de sécurité sur la cause sahraouie. L’Algérie rappelle à Mohamed VI que son pays reste un occupant du territoire sahraoui et au diable les résolutions de ses amis du conseil de sécurité !

Ensuite, la présidence rappelle que ce coup de poignard dans le dos a été commis au moment où le peuple algérien célébrait dans la « joie et la sérénité le 67e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution de libération nationale ». Mais les autorités algériennes ne vont pas rester les bras croisés face à cette grave dérive du roi. La présidence de la République à fait savoir en effet que ce triple assassinat ne restera impuni. Mais elles tiennent à élucider d’abord cet acte qualifié « d’ignoble » avant de lui opposer la riposte adéquate. A quoi joue donc le roi M6 ? Une chose est certaine, à trop jouer avec le feu, il risque de se brûler les doigts. Le communiqué de la présidence sonne comme un dernier avertissement.

Par Imane B.

Assassinat de trois Algériens sur l’axe Nouakchott-Ouargla : Alger accuse le Maroc

La présidence de la République confirme officiellement l’assassinat, le 1er novembre dernier, de trois transporteurs algériens au moment où ils se dirigeaient vers Nouakchott, en Mauritanie. Dans un communiqué rendu public, hier, la Présidence affirme que les victimes ont trouvé la mort suite à un « bombardement barbare » de leurs camions, alors qu’ils faisaient la liaison Nouakchott-Ouargla. L’Algérie accuse directement l’armée marocaine d’être à l’origine de cet acte, d’autant que « plusieurs facteurs désignant les forces d’occupation marocaines au Sahara Occidental comme ayant commis, avec un armement sophistiqué, ce lâche assassinat ». « Le 1er novembre 2021, alors que le peuple algérien célèbre dans la joie et la sérénité le 67e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution de libération nationale, trois (03) ressortissants algériens ont été lâchement assassinés par un bombardement barbare de leurs camions, alors qu’ils faisaient la liaison Nouakchott-Ouargla, dans un mouvement naturel d’échanges commerciaux entre les peuples de la région », précise le communiqué.

Selon la même source, « les autorités algériennes ont aussitôt pris les dispositions nécessaires pour enquêter sur cet acte ignoble en vue d’élucider les circonstances qui l’ont entouré ». « Plusieurs facteurs désignent les forces d’occupation marocaines au Sahara Occidental comme ayant commis avec un armement sophistiqué ce lâche assassinat à travers cette nouvelle manifestation d’agressivité brutale qui est caractéristique d’une politique connue d’expansion territoriale et de terreur », indique la même source. Et d’ajouter : « Les trois victimes innocentes de cet acte de terrorisme d’Etat rejoignent, en ce glorieux jour du 1er Novembre, les Martyrs de la Libération nationale qui font de l’Algérie Nouvelle la citadelle des valeurs et des principes de son Histoire éternelle. Leur assassinat ne restera pas impuni », assure la Présidence de la République.

Selon le site Menadéfense, qui a donné l’information avant-hier, ce drame s’est produit à un lieu situé entre Aïn Bentili et Bir Lahlou en territoire sahraouis libérés. Selon des sources citées par le site «les deux camionneurs à bord de leurs véhicules MAN, étaient à leur premier voyage et étaient accompagnés par un troisième algérien de Ouargla habitué du trajet ». « L’incident a eu lieu entre Aïn Bentili et Bir Lahlou en territoire libéré, par où passe la route entre l’Algérie et la Mauritanie. Les deux camions étaient à l’arrêt lorsqu’ils ont été touchés par des tirs d’artillerie provenant du mur de séparation marocain se trouvant à plus de 25 km des lieux.

Pour nos interlocuteurs, les deux camions se trouvaient sur la route qui est fréquentée par le trafic routier et ne s’étaient pas écartés », ajoute le site. Jusqu’à hier, le Maroc n’avait pas réagi. En revanche, l’armée mauritanienne a démenti, mardi dernier, que « l’attaque contre des ressortissants algériens se soit produite dans le nord du pays ». « La Direction de la communication et des relations publiques de l’état-major général des armées dément toute attaque survenue à l’intérieur du territoire national », précise la défense mauritanienne dans son communiqué.

Samir Rabah

L’Est Républicain, 04/11/2021