Certains ont coupé le dernier le fil les reliant à l’Algérie

Les alliés des ennemis traditionnels du pays ont coupé le dernier le fil les reliant à l’Algérie – El Djeich: les alliés des ennemis « traditionnels » du pays ont coupé « le dernier le fil les reliant à l’Algérie »

Les ennemis historiques et traditionnels ne pourront jamais ébranler la détermination des dignes fils de la Nation algérienne et tous ceux qui ont « vendu » leur honneur et leur dignité en « s’alliant » avec eux ont coupé « le dernier fil les reliant à l’Algérie », a affirmé la revue El Djeich dans l’éditorial de son dernier numéro.

« Après le recouvrement de la souveraineté nationale, les ennemis d’hier et d’aujourd’hui ont réalisé que l’ANP est le prolongement naturel de l’ALN, imprégnée des mêmes valeurs et principes, et plaçant l’intérêt national au-dessus de tout. Voilà pourquoi certaines voix se sont élevées dans le but d’ébranler la confiance régnant entre le peuple et son armée, et de briser le lien fort les unissant afin qu’il leur soit facile de mettre en péril le devenir de l’Algérie et de ses constantes », relève la revue de l’Armée.

L’éditorialiste a souligné qu’à cette fin, « cette bande de traîtres et de comploteurs tente d’exploiter la conjoncture » que traverse l’Algérie pour « saper les fondements de l’Etat national à coup de slogans creux, dans le but d’abuser l’opinion publique nationale et plonger le pays dans le chaos et l’insécurité ».

« Ceux qui ont vendu leur honneur et leur dignité en s’alliant avec les ennemis qui ont attaqué la Patrie, abusé le peuple, répandu des rumeurs et fabriqué de toutes pièces des mensonges, ont mis fin au dernier espoir de repentance et de retour dans le giron de la mère Patrie et coupé le dernier le fil les reliant à l’Algérie », a averti la revue.

« Aussi, leurs attaques, leurs obscénités et leurs grossièretés ne les honorent point comme ils n’affectent en rien les convictions des hommes honnêtes et les croyances des femmes sincères », a-t-elle estimé.

Haussant le ton, l’éditorial d’El Djeïch a souligné que les ennemis « historiques et traditionnels ne pourront jamais ébranler la détermination des dignes fils de la Nation algérienne ni jeter la suspicion sur leur appartenance, leur civilisation et leur combat, tant que chaque Algérien authentique, au fait de l’Histoire de sa Nation, aura retenu les leçons et fait siennes les recommandations des ancêtres ».

Pour le magazine de l’Armée, toutes ces « conspirations » et « intrigues », ourdies depuis l’autre rive ou aux frontières du pays, seront vouées à un « cuisant échec, à l’exemple du sort de nombreux autres complots », rappelant dans ce sens les propos du général de corps d’Armée, chef d’état-major de l’ANP dans son ordre du jour à l’occasion du 67e anniversaire du déclenchement de la Révolution.

Le général de corps d’Armée avait affirmé, a rappelé l’édito d’El Djeïch, qu’ »aujourd’hui des voix de certains néo-colonialistes s’élèvent pour titiller les sentiments de certains extrémistes à travers la justification des crimes odieux de la colonisation dans notre pays et prétendant que la Nation algérienne n’existait pas avant l’occupation ». « (….) dans le but de rompre le lien sacré entre notre peuple et son Histoire et se fonde dans les projets des autres. Mais leur quête sera déçue et notre Histoire et Novembre demeureront à jamais une épine dans leur gorge, tant que le peuple algérien sera fier de sa glorieuse Histoire et de ses valeurs civilisationnelles ancestrales », a assuré M. Said Chanegriha.

La revue d’El Djeïch a rappelé en outre, l’historique de la naissance de l’ALN, soulignant que cette armée est née des « souffrances » endurées par le peuple et a constitué le « cadre fondateur » de la Révolution libératrice, dont « l’épopée, passée à l’éternité, a été déclenchée le 1er novembre 1954 par un groupe de jeunes qui croyaient en la justesse de la cause, et qui s’est vu successivement renforcer par une adhésion massive dans les rangs de la jeune Révolution, (…) ».

Elle a également rappelé que durant la Révolution bénie, l’Armée était à « l’avant-garde », portant les espoirs et les aspirations de la Nation. « Elle jouissait d’une confiance absolue quant à leur concrétisation, d’autant plus qu’elle s’est dressée avec force face à l’occupant oppresseur, consentant des sacrifices rarement connus dans l’Histoire, bénéficiant de la loyauté et de la fidélité du peuple qui, à son tour, l’a adoptée et renforcée, donnant ainsi une des plus expressives images de cohésion, d’harmonie et de solidarité, jusqu’à la concrétisation de l’objectif sacré de l’émancipation, de la libération et de la reconstruction de l’Etat algérien indépendant ».

Enfin, l’éditorial d’El Djeïch n’a pas manqué de s’incliner, à l’occasion du 67e anniversaire de la Révolution éternelle de Novembre, à la mémoire des valeureux Chouhahda et de celles des Martyrs du devoir national, appelant les fils fidèles et loyaux de l’Algérie à « préserver la pureté de la pensée et la droiture du comportement adopté par les artisans de l’épopée de Novembre, à préserver les principes de notre Révolution éternelle qui, hier, avait libéré l’Algérie, et qui, tout autant, préservera l’Algérie aujourd’hui et assurera son avenir demain ».