Le Sahara Occidental cause majeure de la crise algéro-marocaine

Le Sahara Occidental cause majeure de la crise algéro-marocaine – La diplomatie marocaine a pris un tour résolument plus conflictuel.

Les raisons de l’Algérie pour son différend avec le Maroc
La détérioration des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc est le résultat d’une rivalité profondément ancrée qui s’est intensifiée récemment entre les deux pays. L’Algérie et le Maroc ont toujours eu des relations tendues en raison de la concurrence pour le leadership régional, en plus des différences historiques et idéologiques qui remontent à leur indépendance de la France. La friction la plus récente a eu lieu le 24 août, lorsque le ministre algérien des affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé que son pays rompait ses relations diplomatiques avec le Maroc. Il a invoqué l’espionnage de fonctionnaires algériens par ce dernier, son soutien à un groupe séparatiste et son échec sur les questions bilatérales, notamment celle du Sahara occidental. Par le passé, l’Algérie et le Maroc se sont affrontés directement sur le plan militaire à deux reprises : les troupes algériennes et marocaines se sont d’abord affrontées à propos d’un différend frontalier lors de la « guerre des sables » qui a débuté en septembre 1963 ; ensuite, les deux armées se sont battues à l’oasis d’Amgala en janvier 1976, à la suite des accords de Madrid de 1975, dans lesquels l’Espagne cédait le Sahara occidental au Maroc et à la Mauritanie. Le Front Polisario, qui revendique représenter le peuple sahraoui, est exclu de l’accord. Lorsque le Front a créé la République arabe sahraouie démocratique (RASD), l’Algérie l’a adoptée et a accueilli ses dirigeants ainsi que des milliers de réfugiés sahraouis.

Lorsque le front [Polisario] a créé la République arabe sahraouie démocratique (RASD), l’Algérie l’a adoptée et a accueilli ses dirigeants ainsi que des milliers de réfugiés sahraouis.

En raison de ces tensions, le Maroc a rompu ses relations diplomatiques avec l’Algérie, ce qui a conduit les deux États à expulser des milliers de citoyens de l’autre pays. En outre, les espoirs de régler définitivement les tensions suscitées par la signature du traité d’union du Maghreb arabe en 1989 se sont évanouis, ce qui s’est produit lorsque l’Algérie a fermé ses frontières avec le Maroc en 1994 après que Rabat a imposé des règles en matière de visas aux Algériens et a impliqué l’Algérie dans un attentat terroriste contre l’hôtel Atlas Asni à Marrakech, dans lequel deux Espagnols ont trouvé la mort. Les frontières sont restées fermées depuis lors, malgré les appels renouvelés du Maroc à normaliser les relations. Dans le même temps, les deux États se sont efforcés depuis d’éviter toute escalade majeure susceptible de déclencher un conflit armé direct et de menacer la stabilité régionale. Jusqu’à présent, il y a eu un apaisement fragile consolidé en 1991 par le retrait du Maroc et du Polisario du conflit armé en faveur d’un règlement diplomatique pacifique.

Cependant, des développements récents ont conduit à une nouvelle escalade. Le Maroc a exploité la crise interne de l’Algérie et l’inertie de sa diplomatie afin d’obtenir des avancées importantes au cours des quatre dernières années sur la question du Sahara occidental et de renforcer sa position dans la région. Cette évolution a été favorisée par le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) en 2017. Les changements de politique de certains États africains et arabes en faveur de Rabat, comme la Gambie, le Gabon, le Sénégal, la Jordanie, Bahreïn et les Émirats arabes unis, l’ouverture de consulats dans le territoire contesté du Sahara occidental, puis la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le territoire par le président Donald Trump ont exacerbé la frustration des responsables algériens. La reprise du conflit armé entre l’Armée royale marocaine et les troupes du Polisario a également alimenté les hostilités entre le Maroc et l’Algérie, cette dernière accusant Rabat de violer un cessez-le-feu en déplaçant des troupes dans la bande tampon de la zone frontalière de Guerguerat entre le Maroc et la Mauritanie.

La normalisation du Maroc avec Israël a approfondi le fossé entre Alger et Rabat, conduisant à un vitriol amer entre les deux voisins.

En outre, la normalisation du Maroc avec Israël a approfondi le fossé entre Alger et Rabat, conduisant à un vitriol amer entre les deux voisins. Cette normalisation a apporté une nouvelle dynamique dans la région et a exercé une pression supplémentaire sur l’Algérie, comme en témoigne son activisme diplomatique contre les efforts d’Israël pour étendre son influence sur le continent africain. Alger a également condamné la décision de l’UA d’accorder à Israël le statut d’observateur au sein de l’institution panafricaine. En outre, l’Algérie craint également que la coopération entre Rabat et Tel-Aviv ne mette en péril son influence au sein de l’organisation continentale et dans la région.

Au-delà de ces tensions régionales, les Algériens ont considéré une série de décisions et de déclarations du Maroc au cours des derniers mois comme des « actions hostiles », ce qui a encore intensifié le conflit. Le 15 juillet, Omar Hilal, représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies, a appelé à l’autodétermination du peuple kabyle d’Algérie. Cela a indigné les responsables algériens, qui considèrent que faire un parallèle entre les revendications des Sahraouis et le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) est un non-sens et une violation de la souveraineté algérienne. En outre, les révélations selon lesquelles le Maroc aurait utilisé le logiciel Pegasus produit par le groupe NSO, une société israélienne, pour espionner de hauts responsables politiques et militaires algériens – tels que le chef d’état-major Saïd Chengriha et l’ancien ambassadeur d’Algérie à Paris, Abdelkader Mesdoua – ont attisé la discorde.

Le fait que le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid, en visite à Rabat, ait exprimé des « inquiétudes » quant au rôle régional de l’Algérie et prétendu que celle-ci « se rapproche de l’Iran », est considéré par Alger comme la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Les responsables algériens se sont sentis trahis parce que la déclaration de Lapid a été comprise comme venant du Maroc voisin, un acte qui a violé les principes d’unité et de voisinage articulés par le projet d’Union du Maghreb arabe depuis 1989. Enfin, l’Algérie reproche au Maroc de soutenir le MAK, qualifié d’organisation terroriste par les autorités algériennes et accusé d’avoir déclenché des incendies dans la région de Kabylie cette année, qui ont tué des dizaines de personnes. Ces allégations ont exacerbé les hostilités entre les deux États.

En réponse, les autorités algériennes ont rompu les relations diplomatiques et fermé l’espace aérien du pays aux avions civils et militaires marocains. L’Algérie a également décidé d’interrompre l’approvisionnement en gaz du Maroc et de ne plus approvisionner l’Espagne en gaz naturel que par le gazoduc Medgaz à partir de début novembre. Une telle action ajoute une dimension économique au différend, qui pourrait avoir un impact sérieux sur le développement du Maroc.

Les tensions diplomatiques actuelles entre l’Algérie et le Maroc pourraient très bien durer des décennies. La nouvelle configuration géopolitique déclenchée par la normalisation du royaume avec Israël et la présence israélienne dans la politique régionale, y compris au sein de l’Union africaine, a entraîné une dynamique nouvelle et tendue dans les relations entre les deux États. Les tensions croissantes pourraient avoir des conséquences désastreuses ; en effet, il est très peu probable qu’un conflit armé direct entre l’Algérie et le Maroc éclate. Après des années d’isolement, Alger fait preuve d’une volonté de revenir à la diplomatie internationale et espère ainsi être considérée comme un acteur respecté dans la région.

Pourtant, l’histoire des crises entre Alger et Rabat montre que la ligne dure l’emporte toujours. Dans les circonstances actuelles, le repli risque de s’accentuer sous l’effet de trois éléments : l’ambiguïté de la position de la France, perçue par l’Algérie comme pro-Maroc ; l’intrusion d’Israël au Maghreb et la déstabilisation qu’elle entraîne ; et l’arrivée de la Russie dans la proche région du Sahel, qui inquiète à la fois le Maroc et la France. C’est pourquoi le retour de la diplomatie en Afrique du Nord est plus que jamais nécessaire.

Les raisons du Maroc pour son différend avec l’Algérie
Le 31 juillet, plus de trois semaines avant que l’Algérie ne rompe ses relations diplomatiques avec le Maroc, le roi Mohammed VI a tendu un rameau d’olivier à son voisin, promettant que son pays « ne causera jamais aucun mal ou problème ». Alors que la tension montait entre les deux pays, cette ouverture a surpris et reste à ce jour déroutante. L’attitude du Maroc envers son voisin oriental a été, avant et après le discours du roi, tout sauf conciliante. Des questions sérieuses sous-tendaient les tensions, la plus importante étant celle du Sahara occidental. Il y a également eu trois questions contrariantes d’espionnage par le Maroc et des commentaires officiels de responsables marocains concernant la région kabyle algérienne, où un mouvement indépendantiste a été actif.

L’acrimonie entre le Maroc et l’Algérie après l’indépendance a connu des hauts et des bas. À l’exception de brefs intermèdes, les relations sont restées tendues. Il y a eu la « guerre des sables » de 1963 et le cadre conflictuel de la guerre froide, mais la cause paradigmatique des tensions a été la question du Sahara occidental.

Depuis l’émergence du Polisario, la position du Maroc a été, pratiquement, que le nationalisme sahraoui a été fabriqué par l’Algérie, dont le soutien logistique et diplomatique au mouvement ne fait aucun doute.

Depuis l’émergence du Polisario, la position du Maroc a été, pratiquement parlant, que le nationalisme sahraoui a été fabriqué par l’Algérie, dont le soutien logistique et diplomatique au mouvement ne fait aucun doute. Cette situation a permis au mouvement d’affronter militairement le Maroc depuis le milieu des années 70 jusqu’au cessez-le-feu de 1991 et le lancement du processus de référendum sous l’égide de l’ONU, tel que défini par la résolution 690 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a établi la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO).

C’est précisément le coût insupportable de la guerre et une situation économique désastreuse qui ont forcé la main du défunt roi Hassan II pour accepter un référendum d’autodétermination en 1981. Cependant, les autorités marocaines développaient une alternative au processus d’autodétermination en initiant une politique de régionalisation nationale qui était une quasi-fédéralisation de l’État marocain. Ce processus avait pour but de subsumer la question du Sahara occidental dans ce qui deviendra un plan d’autonomie pour la région.

L’insistance sur la participation de l’Algérie à une solution politique pour la région a été abordée par le Conseil de sécurité de l’ONU dans sa résolution 2468 de 2018, dans laquelle il a commencé à désigner l’Algérie comme une partie à la question aux côtés du Maroc, du Front Polisario et de la Mauritanie. L’Algérie s’est jointe à ces parties lors de deux tables rondes en décembre 2018 et en mars 2019 pour tenter « d’identifier des éléments de convergence. »

Le récent refus de l’Algérie de participer à ces tables rondes et son rejet ferme de la résolution de l’ONU renouvelant le mandat de la MINURSO sont des signes clairs qu’elle ne s’accommodera pas de l’approche marocaine du conflit. De plus, alors que les relations avec l’Algérie ont rarement été amicales, elles ont empiré récemment. L’attitude du Maroc envers l’Algérie s’inscrit dans un contexte plus large, et la diplomatie marocaine a pris un tournant résolument plus conflictuel. L’illustration la plus frappante de cette évolution est la réaction du Maroc à la décision des autorités espagnoles d’autoriser le chef du Polisario, Ibrahim Ghali, touché par le COVID-19, à se faire soigner en Espagne.

Si les relations avec l’Algérie ont rarement été amicales, elles ont empiré récemment. L’attitude du Maroc envers l’Algérie s’inscrit dans un contexte plus large, et la diplomatie marocaine a pris un tour résolument plus conflictuel.

Les autorités marocaines ont protesté contre la décision de l’Espagne, et pas seulement par la voie diplomatique. Le 17 mai 2021, elles ont ostensiblement autorisé et encouragé plus de 6 000 citoyens marocains à entrer illégalement à Ceuta, l’enclave espagnole au nord du Maroc. Bien que la migration ait été un point sensible entre le Maroc et l’Union européenne, et l’Espagne en particulier, l’instrumentalisation de la question par Rabat n’est pas caractéristique du modus operandi du Maroc.

L’Espagne n’est pas le seul pays européen à subir les foudres du Maroc. Les relations avec l’Allemagne sont au point mort depuis décembre 2020. Ce mois-là, le ministère marocain des Affaires étrangères a émis un ordre sévère à toutes les organisations marocaines de cesser toute coopération avec les organisations allemandes. Le Maroc a ensuite rappelé son ambassadeur à Berlin le 6 mai. L’Allemagne avait convoqué une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU après la décision de l’administration Trump de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental ; les Allemands craignaient que la décision américaine ne fasse dévier les efforts menés par l’ONU pour résoudre le conflit. La réaction du Maroc a été étonnamment rapide et sévère. Il s’agissait essentiellement de couper les liens diplomatiques avec le pays le plus puissant de l’Union européenne et l’un de ses plus généreux donateurs ; il est vrai que l’aide de l’Allemagne au Maroc a atteint près de 1,4 milliard d’euros en 2020.

Une action à ajouter à la colère de l’Algérie est les activités d’espionnage du Maroc utilisant le logiciel espion Pegasus d’une société israélienne, le groupe NSO. L’opération a visé les responsables politiques, diplomatiques et militaires de haut rang de l’Algérie et a concerné 6 000 ressortissants algériens.

En outre, ce qui semble faire enrager la plupart des Algériens, c’est le soutien déclaré du Maroc au mouvement indépendantiste kabyle. Le 13 juillet, Omar Hilal, ambassadeur du Maroc auprès des Nations unies, fait circuler un document appelant au droit à l’autodétermination du peuple kabyle. Les paroles amicales du roi envers l’Algérie plus tard en juillet ont d’abord été interprétées comme un retour en arrière, ou une correction de l’initiative de Hilale. Mais les autorités algériennes ont affirmé que le Maroc apportait un soutien matériel à un groupe indépendantiste pro-kabyle basé en France, le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). Elles ont arrêté des membres sur place et les ont accusés de préparer des opérations terroristes sur le sol algérien. La menace a peut-être été exagérée, sinon fabriquée ; après tout, il est typique pour les élites au pouvoir contesté, comme le sont les autorités algériennes avec le MAK, de fabriquer des menaces externes pour justifier le fait de réduire au silence la dissidence interne. Cependant, l’agitation du Maroc sur la question de l’autodétermination kabyle n’est pas fabriquée.

La raison la plus invoquée derrière l’évolution de la diplomatie marocaine est la décision de l’administration Trump de reconnaître la souveraineté du royaume sur le Sahara occidental.

La question du Sahara occidental a été un élément central dans les relations extérieures du Maroc. Pourtant, l’attitude du Maroc envers les pays qui s’opposent à son « intégrité territoriale » n’a jamais été aussi belliqueuse. La raison la plus invoquée derrière l’évolution de la diplomatie marocaine est la décision de l’administration Trump de reconnaître la souveraineté du royaume sur le Sahara occidental.

Dans le sillage de la décision américaine, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a appelé les plus proches alliés de son pays dans la région, l’Espagne et la France en particulier, à imiter les États-Unis. Cependant, après la défaite de Trump, l’administration Biden est pratiquement revenue sur la décision de son prédécesseur concernant la question du Sahara occidental. Cela ne calme pas pour autant le comportement du Maroc. Il convient de noter que l’incident de Ceuta s’est produit cinq mois après le début de la présidence de Biden.

Une autre explication est liée au changement de politique de Trump. La décision du Maroc de normaliser ses liens avec Israël a toujours été considérée comme le prix à payer pour obtenir la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Mais apaiser le camp pro-israélien aux États-Unis a des avantages qui vont au-delà de la question du Sahara occidental. Le Maroc obtient maintenant le soutien militaire d’Israël, qui a conclu un accord pour acheter des drones à utiliser dans le conflit du Sahara. Sur le plan économique, le Maroc a signé un accord avec la société israélienne, Ratio Petroleum, pour mener une exploration gazière sur les côtes du Sahara Occidental.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que les relations avec l’Algérie soient devenues plus belliqueuses. Les données montrent que le Maroc a augmenté son budget militaire de 50 % au cours des dix dernières années, ce que l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm a attribué en partie aux « tensions avec l’Algérie. » Les accords d’Abraham permettent un soutien militaire israélien plus ostensible au Maroc ; en juillet, par exemple, les deux pays ont signé un accord de coopération pour l’achat de connaissances et de technologies et pour la coproduction de drones kamikazes.

Ce qui rend la situation potentiellement inflammable est la situation interne des deux pays. Dans le cas du Maroc, le mécontentement de la population à l’égard de la situation économique et sociale pourrait amener le régime à utiliser la carte de la « menace extérieure » pour justifier des politiques plus autoritaires.

Hasni Abidi, Aboubakr Jamai

Hasni Abidi est maître de conférences à l’Université de Genève et directeur du Centre d’Étude et de Recherche sur le Monde Arabe et Méditerranéen (CERMAM), Genève. Sa contribution à cet article a été rédigée en collaboration avec Brahim Oumansour, chercheur associé au CERMAM.

Aboubakr Jamai est doyen de l’École des relations internationales de l’American College of the Mediterranean à Aix-en-Provence, en France.

Arab Center Washington DC, 4 nov. 2021