Le Maroc a accusé l’Algérie de tuer deux camionneurs au Mali

Le Maroc a accusé l’Algérie de tuer deux camionneurs au Mali – Les ressortissants marocains ont été assassinés par un groupe terroriste sur la route, à 300 kilomètres de Bamako, dans une région infestée de groupes armés

Trois (3) ressortissants algériens ont été lâchement assassinés par un « bombardement barbare » de leurs camions, alors qu’ils faisaient la liaison Nouakchott-Ouargla, a indiqué mercredi un communiqué de la Présidence de la République.

Selon la même source, plusieurs facteurs désignent les forces d’occupation marocaines au Sahara Occidental comme « ayant commis, avec un armement sophistiqué, ce lâche assassinat ».

« Le 1er novembre 2021, alors que le peuple algérien célèbre dans la joie et la sérénité le 67e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution de libération nationale, trois (03) ressortissants algériens ont été lâchement assassinés par un bombardement barbare de leurs camions, alors qu’ils faisaient la liaison Nouakchott-Ouargla, dans un mouvement naturel d’échanges commerciaux entre les peuples de la région », précise la même source.

« Les autorités algériennes ont aussitôt pris les dispositions nécessaires pour enquêter sur cet acte ignoble en vue d’élucider les circonstances qui l’ont entouré », note le communiqué, ajoutant que « plusieurs facteurs désignent les forces d’occupation marocaines au Sahara Occidental comme ayant commis avec un armement sophistiqué ce lâche assassinat à travers cette nouvelle manifestation d’agressivité brutale qui est caractéristique d’une politique connue d’expansion territoriale et de terreur ».

« Les trois victimes innocentes de cet acte de terrorisme d’Etat rejoignent, en ce glorieux jour du 1er Novembre, les Martyrs de la Libération nationale qui font de l’Algérie Nouvelle la citadelle des valeurs et des principes de son Histoire éternelle. Leur assassinat ne restera pas impuni », affirme la même source.

En attendant le résultat de l’enquête, force est de constater que cet attentat est intervenu après une détérioration, sans précédent, des relations entre l’Algérie et le Maroc. Pour ses projets expansionnistes, le royaume de Mohamed 6 a affiché clairement son hostilité à l’Algérie. Son alliance avec l’entité d’Israël est scellée exclusivement dans le but de nuire à l’Algérie.

Cette affaire est une étape supplémentaire dans l’escalade entamée pendant l’été dernier, avec une série d’ « actes hostiles» et de «provocations» du Maroc à l’égard de l’Algérie et qui ont amené Alger à annoncer le 24 août la rupture des relations diplomatiques avec Rabat.

Les observateurs s’interrogent sur les motivations du Maroc à travers cet acte gravissime et surtout, jusqu’où ira l’escalade après cette énième provocation directe ?

En septembre dernier, certaines voix au Maroc avaient imputé à l’Algérie l’assassinat de deux chauffeurs de camion marocains au Mali. Les ressortissants marocains ont été assassinés par un groupe terroriste sur la route, à 300 kilomètres de Bamako, dans une région infestée de groupes armés.

Il n’était du coup pas sérieux d’accuser l’Algérie et c’est pourquoi des voix non officielles au Maroc se sont chargées de le faire à la place des autorités.

Cette attaque du 1er novembre 2021 est très différente, les forces d’occupation marocaine étant proches de la zone où elle a eu lieu.

Du reste, les autorités algériennes devraient détenir toutes les preuves irréfutables de l’implication du Maroc, sinon elles n’auraient pas proféré de telles accusations à l’égard d’un Etat étranger. Autrement dit, les Algériens ont la certitude qu’il ne s’agit pas d’une banale bavure.

Il est important de souligner que cette attaque s’est déroulée le jour-même où l’Algérie a fermé le robinet de gaz au Maroc.

La veille, le 31 octobre au soir, le président Abdelmadjid Tebboune avait annoncé avoir ordonné la non-reconduction du contrat d’exploitation du gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui relie l’Algérie à l’Espagne via le Maroc et sur lequel ce dernier prélevait des quantités de gaz pour sa production d’électricité.

Aziz T.

La Nation, 04/11/2021