Le Maroc «désarçonné» par la décision d’Alger

Le Maroc «désarçonné» par la décision d’Alger -Après la décision définitive des autorités algériennes de fermer la vanne du gazoduc Maghreb-Europe, la réaction officielle de Rabat n’a pas tardé.

Usant d’un ton rassurant et utilisant un canal de communication technique, le Maroc a tout fait pour ne laisser paraitre aucun signe d’inquiétude. C’est à travers l’Office national des hydrocarbures et des mines que le Maroc a choisi de réagir, histoire de laisser entendre qu’il ne s’agit pas d’un problème nécessitant une intervention d’une plus haute autorité. «Les dispositions nécessaires ont été prises pour assurer l’approvisionnement en électricité du pays», précisera le communiqué de cette instance qui assure que la décision prise par les autorités algériennes est «insignifiante» sur le système électrique marocain «à court terme». Ce communiqué a été largement commenté par la presse spécialisée où de nombreuses incohérences ont été décelées par les observateurs. Le quotidien espagnol El Pais a dans un premier temps émis un doute sur la prétendue part du gaz algérien que les Marocains estiment à «seulement 10%». Pour ce media, il s’agirait plutôt d’une part «autour de 17%» soit 1/6 des besoins du royaume.

«Le Maroc s’apprête à souffrir»

Concernant les assurances de l’office marocain de l’énergie qui annonce que «les dispositions nécessaires ont été prises pour garantir la continuité de l’approvisionnement en électricité du pays», El Pais met en exergue le manque de clarté et s’interroge sur les «alternatives» qui restent jusqu’à présent pas annoncées publiquement. De son côté, le très sérieux quotidien Les Echos émet un constat encore plus tranchant. «Le Maroc s’apprête, quant à lui, à souffrir de la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe», lit-on sur les colonnes du quotidien économique français. Devant le manque de perspectives qui s’offrent à lui, surtout à court terme, Les Echos n’hésite pas à estimer que le Maroc est «désarçonné» par la situation nouvelle qui lui a été imposée par son voisin algérien. Sur le plan financier, les conséquences de cette décision seront également pesantes sur les finances du royaume. Le Maroc doit par ailleurs faire une croix sur les revenus engendrés par le passage du gaz algérien sur son territoire, qui lui rapportait entre 50 et 200 millions d’euros par an. Maintenant pour combler son déficit des 800 millions de m3, il devra recourir aux marchés spot tout en investissant à coup de centaines de millions de dollars dans la construction d’usines de transformation de gaz liquéfié, dont on dit que les appels d’offres ont été lancés. Face à cette situation, des voix s’élèvent, y compris au sein du makhzen, pour tirer la sonnette d’alarme. Le titre makhzénien Maroc Hebdo, proche des milieux d’affaires, rappelle que «déjà la crise sanitaire a mis à genou les finances du pays» avant d’ajouter que «financièrement, l’impact sera lourd» mettant même en doute au passage «les capacités de réaction du Maroc» qui semble ne pas avoir prévu de plan B, du moins à court terme.

C. S.

Exportation de gaz vers l’Espagne exclusivement via Medgaz

Attar appuie la décision de l’Etat algérien

L’ancien ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, est convaincu que «l’Algérie est capable, sur le plan technique, de garantir, dès ce lundi, la totalité de ses livraisons gazières vers l’Espagne via le gazoduc Medgaz et les méthaniers, après la décision du non renouvellement du contrat du GME, reliant les deux pays via le Maroc, qui a expiré dimanche à minuit ».

L’expert énergétique s’explique : «Le Medgaz peut prendre en charge toutes les livraisons grâce au renforcement prévu des capacités à 10,5 milliards m3 par an, mais en compensant le différentiel par des livraisons en GNL», a-t-il souligné lors d’un entretien à l’APS. Il faut savoir que le Gazoduc Maghreb-Europe (GME) avait une capacité d’environ 13 milliards de mètres cubes (m3) par an. Mais depuis quelques années, il était exploité avec un volume annuel qui ne dépassait pas les 4 à 6 milliards m3/an, tandis que Medgaz acheminait 8,5 milliards m3 par an. Ces volumes de gaz, en dehors des fournitures au Maroc d’environ 600 à 800 millions m3 par an, étaient acheminés aux marchés espagnol et portugais.

«La Sonatrach doit se battre pour garder son marché espagnol et portugais»

Attar pense que Sonatrach et ses clients étaient «certainement en train de travailler sur des solutions pour faire face aux défis relatifs à l’augmentation de la demande en hiver qui pourrait dépasser les capacités journalières du Medgaz, et à la disponibilité des méthaniers nécessaires pour le GNL et celle de capacités de regazéification sur les côtes espagnoles». Néanmoins, l’expert énergétique s’attend à ce que la Sonatrach «se batte et gère parfaitement cette situation en vue de protéger son marché espagnol et portugais par rapport à la compétition avec d’autres fournisseurs qui guettent aussi ce marché». S’agissant de l’abandon du GME, M. Attar a fait observer que « ce gazoduc a certes été réalisé dans un but commercial pour exporter une ressource vers un marché, mais aussi dans le but de consolider et renforcer les liens régionaux et construire le Maghreb uni ». « Je ne pense pas que l’Algérie ait pu faillir, à un moment quelconque, dans la construction de celui-ci et ce qui arrive aujourd’hui n’est pas de sa faute…», a-t-il soutenu.

L’Algérie Aujourd’hui, 02/11/2021