La Résolution 2602 invite à la violation du Droit International

La Résolution 2602 invite à la violation du Droit International au Sahara Occidental et encourage le Maroc à poursuivre sa rébellion contre la légalité

Au moment où la dimension citoyenne populaire attachée aux valeurs nobles de l’humanité, épris de paix, de justice et de liberté, s’attendait que l’organisation des Nations unies (ONU) qui a une responsabilité légale à assumer à l’égard des populations des territoires non autonomes comme c’est le cas au Sahara occidental, il est regrettable de constater que le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté le 30 octobre dernier, la résolution 2602 portant renouvellement d’un an, du mandat de la mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (MINURSO), résolution nourrissant l’injustice et l’impunité, encourageant le royaume du Maroc à poursuivre sa rébellion contre le droit international et à intensifier les violations des droits de l’Homme des Sahraouis, dans les territoires occupés du Sahara occidental.

Par Mahrez Lamari *

Ce vote, il faut le souligner n’a été possible que grâce et sur pression et forcing de certains membres influents du Conseil de sécurité dont la France qui se réclame pays des droits de l’Homme, alors qu’elle persiste à continuer de soutenir une politique coloniale du royaume du Maroc au Sahara occidental, en pesant de tout son poids pour couvrir le Maroc et encourager son entêtement à ne pas se plier à la légalité internationale. La France officielle et son gouvernement doivent reconsidérer leur position et abandonner leur alignement sur les thèses expansionnistes coloniales marocaines qu’il maintient au détriment de la légalité internationale. De même, le Conseil de sécurité de l’onu ne doit pas compromettre sa crédibilité et altérer son image en encourageant les thèses expansionnistes marocaines.

L’ONU doit relever les défis et faire preuve de détermination et de fermeté pour qu’elle oblige le Maroc à stopper sa politique d’arrogance qui ne cesse de défier la communauté internationale et montre aujourd’hui plus que jamais que la monarchie coloniale marocaine se complaît dans le statu quo au Sahara occidental, qu’elle perpétue et s’emploie à maintenir la charte et doctrine des Nations unies en matière de décolonisation. La Résolution 1514 adoptée par L’AG de l’ONU décembre 1960, plusieurs fois réaffirmé par les instances onusiennes qualifiant et inscrivant et reconnaissant le cas du Sahara occidental comme question de décolonisation, doivent trouver de toute urgence leur concrétisation par l’application du plan de règlement signé par les deux parties en conflit, le royaume du Maroc et le Front Polisario, et adopté unanimement par le Conseil de sécurité qui doit aussi prendre ses responsabilités en tant qu’organe chargé de la préservation et du maintien de la paix et de la sécurité pour assurer paix, stabilité et développement de tous les pays de la région, dont la République arabe sahraouie démocratique (RASD), pays fondateur et membre de l’Union africaine.

En ce moment où le peuple algérien célèbre et commémore le 67ème anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er Novembre 1954, nous saluons les capacités d’endurance et de résistance du peuple sahraoui qui ont forcé le respect de ceux qui ont su apprécier la justesse de sa résistance et reconnaître ses sacrifices dans l’épreuve qui lui est imposée.

La dimension citoyenne populaire algérienne qui se reconnaît et appuie totalement la réaction officielle du gouvernement algérien exprimée dans le communiqué du ministère des Affaires étrangères, fidèle aux principes inaliénables du peuple algérien et à son État, hérités de ce qui a animé la glorieuse révolution algérienne contre le colonisateur français, et le lourd tribut consenti, pour épouser l’indépendance et la liberté, continuera à soutenir et défendre ouvertement le droit légitime à l’autodétermination du peuple sahraoui et à soutenir son combat et son droit légitime à la résistance, sa volonté indomptable réaffirmée dans l’unité de sa lutte à divers niveaux pour l’indépendance totale du Sahara occidental. Aussi sacrée que fut la révolution de Novembre 1954 pour le peuple algérien, notre soutien est et sera toujours ferme en faveur du droit à l’autodétermination des peuples colonisés et sous occupations, comme c’est le cas pour le peuple sahraoui.

L’Algérie continuera à assumer ses responsabilités afin que prévale le règlement dudit conflit entre Le Maroc et le Front Polisario, sur la base de la Légalité internationale, consacrant le droit du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination, lequel droit constitue la base fondamentale et incontrôlable pour une solution juste et durable, pour une question de décolonisation, la dernière en Afrique, inscrite sur l’agenda de l’Onu et de l’Union africaine (UA).

Citoyen, algérien et africain, héritiers des longues marches des peuples africains, pour leur liberté et Indépendance, dont, celle qu’a entrepris mon peuple, contre le système colonial français, je m’oppose et j’avertis sur les manœuvres visant à dévier le processus de règlement de la dernière question de décolonisation sur mon continent, le Sahara occidental, de sa base légale dictée, par les textes et les principes de la Charte de l’ONU, à laquelle recourt , la communauté internationale pour l’achèvement du processus de décolonisation, à savoir l’organisation du referendum d’autodétermination, seule voie de solution qu’impose la légalité internationale, à ce genre de question.

TÔT OU TARD LE DROIT IMPRESCRIPTIBLE À L’AUTODÉTERMINATION TRIOMPHERA AU SAHARA OCCIDENTAL ET L’HISTOIRE EST LÀ POUR EN TÉMOIGNER.
M. L.

(*) Militant des droits de l’Homme et des peuples et ex-président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui.

Le Courrier d’Algérie, 03/11/2021