Rosa Caadas : L’Espagne et le Maroc doivent repartir de zéro

Rosa Caadas : L’Espagne et le Maroc doivent repartir de zéro – « L’Espagne et le Maroc doivent redéfinir leur relation par le dialogue et la diplomatie »

Née à Tanger dans une famille espagnole, formée dans la plus prestigieuse école de commerce de Paris et installée à Barcelone, Rosa Caadas préside la Fondation Tanja, qui œuvre pour changer les récits et promouvoir les relations entre le Maroc et l’Espagne. Elle compte dans son conseil d’administration des personnalités internationales telles que Javier Solana, Josep Borrell, Shlomo Ben Ami, Andr Azoulay et Omar Azziman. En outre, elle combine cette activité avec son travail de présidente de Trea Capital Partners. Experte en investissements, fusions et acquisitions, elle conseille des groupes d’entreprises des deux rives de la Méditerranée à la recherche d’opportunités. En visite à Madrid, elle accorde cette interview à EL MUNDO pour parler de la manière dont l’Espagne et le Maroc peuvent reprendre leurs relations, une fois calmée la tempête diplomatique vécue au milieu de cette année, suite à l’accueil du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, dans notre pays pour recevoir un traitement médical.

Question – L’Espagne et le Maroc sont-ils en train de surmonter la crise diplomatique ?

Réponse.- Nous y travaillons, la corde s’est déjà un peu desserrée. Mais je pense qu’une nouvelle période va commencer où nous devrons parler beaucoup plus, avoir plus de complicité, parce que les relations que nous avons – nous sommes le premier partenaire commercial, il y a mille entreprises au Maroc – il n’y a pas de complicité. Et il y a peu de complicité aussi entre ceux qui appellent « les patrons », les présidents des grandes entreprises des deux pays. D’abord, parce que les Marocains sont plutôt d’origine française et cela limite aussi la complicité parce que cela s’acquiert quand on étudie ensemble, on parle la même langue… c’est quelque chose qu’il faut résoudre pour avancer dans une plus grande complicité.

Q.- Quelles leçons le gouvernement espagnol doit-il tirer de ces mois de crise ?

R.- Je pense qu’il y a eu un peu d’innocence dans les choses qui ont été faites et de ne pas apprécier le changement. Malgré l’importance de l’Afrique du Nord et de la Méditerranée, nous ne lui accordons pas l’importance qu’elle a. Nous constatons actuellement que la situation est en train de dégénérer et que nous n’accordons pas à cette région l’attention dont elle a besoin. Les gens ne savent pas ce qui se passe là-bas, alors que cela a une influence directe en Espagne et en Europe. Je pense que davantage de connaissances sont nécessaires. Et puis il y a toujours cette vision un peu erronée du  » Maure « , qui est comme un stéréotype que nous avons et qui peut effectivement exister, mais ce n’est pas 100% de la population. Il y a des gens très préparés, des femmes très guerrières, des progrès sont faits… le Maroc a fait beaucoup de progrès ces dernières années. Cette méconnaissance rend aussi les relations tendues de temps en temps. Il est vrai qu’être voisin n’est jamais facile, mais il vaut mieux trouver une solution, puisqu’il faut vivre ensemble, que d’aller à l’affrontement. Dans cette crise, il y a eu beaucoup d’erreurs des deux côtés.

P.- Et le Maroc, que pouvez-vous apprendre de cette crise ?

R.- Je pense que Ceuta a totalement dérapé, c’était une grosse erreur. C’est aussi la première fois que l’Europe en a dit assez, parce qu’il y a eu beaucoup de sauts d’obstacles, plus précisément en 2014, il y a eu beaucoup de sauts massifs, et l’Europe n’a rien dit, ils pensaient que c’était le problème de l’Espagne et qu’elle devait le résoudre et non… c’était prononcé. Cette fois-ci, le Maroc s’est également rendu compte que l’un de ses plus grands défenseurs, qui a toujours été la France, l’a également rappelé à l’ordre sur cette question, dans l’une des premières fois où la France s’est rangée du côté de l’Espagne sur cette question. Par conséquent, je pense que le Maroc a eu tort.

Q.- Le président espagnol, Pedro Sánchez, a assumé la responsabilité de l’ensemble du gouvernement dans la décision d’autoriser le chef du Polisario à entrer en Espagne pour recevoir un traitement médical, ce qui a déclenché la crise. Aurait-il été possible de mieux gérer la tempête diplomatique ?

R.- L’Espagne aurait également pu empêcher ce qu’il a fait. Pour moi, c’est quelque chose de gratuit. Il ne s’agit pas de demander la permission, mais d’informer. Si vous avez déjà une relation et que vous savez que ce problème touche la plaie, évitez de le signaler – ne pas demander la permission, l’Espagne n’a pas à demander la permission, mais ce qu’elle doit faire, c’est informer. Je ne conteste pas le côté humanitaire de la chose, mais je pense que la manière n’était pas correcte. Si vous faites quelque chose de bien, vous ne le cachez pas, n’est-ce pas ?

Il y a des erreurs des deux côtés qui ont été couplées à une situation changeante au Maroc, qui s’est beaucoup développée lorsque les Etats-Unis ont dit que la Shara était une souveraineté marocaine. Cela a également conduit le Maroc à prendre une position qu’il n’avait pas jusqu’à présent. Il ne faut pas oublier la position géostratégique de la Chine et son expansion en Afrique. Et les États-Unis ont vu qu’ils étaient laissés de côté et ont mis le Maroc sur le devant de la scène.

Q. Quel était le contexte du tweet de Donald Trump reconnaissant la souveraineté marocaine sur la Shara occidentale ?

R.- Le contexte est le fait que les USA voulaient que le Maroc retrouve des relations avec Israël, un pays avec lequel il y avait déjà des liens très importants (10 ministres du gouvernement sont d’origine marocaine). Évidemment, les États-Unis avaient des intérêts, ils ne l’ont pas fait pour autre chose.

Q.- L’Espagne doit-elle redéfinir ses relations avec le Maroc ?

R.- Oui, des deux côtés, il faut le faire. Vous devez redéfinir une relation de tat, dans un échange mutuel. Il faut beaucoup de dialogue, de diplomatie, pour calmer les eaux, qui se sont un peu calmées mais qui continuent de s’agiter. Il faut repartir de zéro, nous sommes dans une situation différente. Il faut profiter de la pandémie, que tout cela ait quelque chose de positif, et faire table rase. Mettons les conditions pour dire d’où l’un et l’autre ne peuvent pas passer et trouvons un vrai allié, un partenaire. Parce que les positions du Maroc et de l’Espagne sont très stratégiques. L’Espagne est stratégique pour l’Europe et peut se positionner comme la partie la plus forte de toute la Méditerranée si elle sait le faire, car la région est très importante. Il faut partir de zéro avec des gens qui ont cette sensibilité, qui savent comprendre qui est en face d’eux.

Q.- Cependant, Sánchez a fermé la possibilité de changer la position de l’Espagne en faveur de la thèse du Maroc sur la Shara occidentale et continue à s’aligner sur l’ONU. Pensez-vous que l’Espagne devrait changer sa position ?

R.- Qu’est-ce qui a été réalisé avec les résolutions de l’ONU ? Je pense qu’il faut les repenser. D’abord parce que cela n’a pas marché, ils stagnent. Ces gens qui sont là depuis des années et des années [los saharauis refugiados en los campos de Tinduf] vont-ils continuer comme ça pendant des années et des années ? C’est à l’Espagne de faire un pas parce que, en fait, si nous sommes là où nous sommes, c’est parce que l’Espagne s’est trompée. L’Espagne ne peut pas se cacher derrière les résolutions de l’ONU, elle doit être un peu plus active, s’il faut modifier certaines choses, modifiez-les et trouvez une solution. Mais ce référendum va être très difficile à faire, car il n’y a pas de recensement et il n’y en aura jamais. On part déjà de la base que l’on propose quelque chose qui est impossible… on le change, non ? Allons trouver une autre solution.

R.- Il s’agit de rechercher une autonomie plus ouverte qui permette à ces personnes d’avoir une vie digne. Si on parle de raisons humanitaires, je pense que c’est une excellente raison. Il faut au moins essayer d’aller de l’avant pour trouver une autre solution que le référendum. Cela fait deux ans et demi que nous n’avons pas de représentant pour le Shara occidental, cela signifie que nous l’avons arrêté. Vous devez le débloquer.

Q.- Pensez-vous qu’avec le bilan du Maroc au Sahara occidental et son triste bilan en matière de droits de l’homme, avec une population locale réprimée et économiquement déprimée, l’autonomie serait viable pour les Sahraouis, qui demandent autre chose, l’indépendance ?

R.- Je ne sais pas si ce serait une autonomie. Je dis que nous devons avancer dans quelque chose d’autre que le référendum. Parce que nous avons vu que pendant toutes ces années, il n’a pas été possible de le faire. Qu’est-ce qui est le mieux ? Continuer dans cette position ? Profitons de cette occasion pour nous ouvrir, je ne sais pas dans quelle direction… ils devront la trouver entre tous les partis, mais avançons un peu… ne restons pas à l’ONU, il faut faire un pas.

Q.- Le Tribunal de l’Union européenne a invalidé les accords de pêche et d’agriculture entre Bruxelles et Rabat pour avoir inclus le Shara occidental.

R.- C’est une mauvaise nouvelle pour le Maroc mais aussi pour l’Espagne. Nous avons 92 bateaux qui pêchent dans cette zone. Mais cela continue de démontrer les contradictions et les ambiguïtés concernant le Shara occidental, tant en Espagne que dans l’UE.

Q.- Le Maroc et l’Algérie sont enfermés dans leur propre crise, exacerbée depuis l’été avec la rupture des relations bilatérales. Pourquoi cette escalade maintenant que le Maroc se calme avec l’Espagne ? Comment cette tension va-t-elle évoluer ?

R.- Dernièrement, l’attention s’est portée sur le Maroc, qui reçoit beaucoup d’aides européennes pour être, comme on dit, le « gendarme » de l’immigration. Et je pense que l’Algérie a dit « je suis là et j’ai aussi quelque chose à dire » et s’il n’y avait pas la question du gaz, personne ne parlerait de l’Algérie. C’est un signal d’alarme.

Q.- L’Espagne souhaite également maintenir une bonne relation avec l’Algérie, un autre allié stratégique. Comment maintenir un équilibre ?

R.- Cela va être compliqué parce que l’Algérie est un pays plus difficile, plus fermé. Le Maroc ne peut pas non plus se fermer en disant que l’Espagne doit couper ses relations avec l’Algérie, je ne pense pas qu’il le fera. L’année dernière, le Maroc a déjà dit qu’il fallait ouvrir un peu plus les relations avec l’Algérie. Le fait qu’il y ait ce blocus est aussi un frein à la croissance de la zone. Le Maroc ne va pas demander à l’Espagne de rompre avec l’Algérie. Il est vrai qu’une des grandes questions est le gaz, qui pour l’instant passait par le Maroc. Nous verrons ce qui se passe maintenant, car il n’y a jamais eu de coupures d’approvisionnement ou lorsque les relations étaient tendues. Nous verrons si [el anuncio de Argel de dejar de transportar gas a la Pennsula a travs del gasoducto que pasa por Marruecos el 31 de octubre] est juste un avertissement ou si cela devient une réalité.

Q.- Avec les élections du 8 septembre, le Maroc a clôturé un cycle de dix ans avec le parti islamiste modéré Justice et Développement (PJD) à la tête du gouvernement. Comment interprétez-vous le triomphe du Regroupement national des indépendants (RNI) ?

R.- Le PJD se considérait comme le parti du peuple, mais ces dernières années, avec la pandémie, ils ont réalisé qu’ils n’étaient pas à la hauteur et que leurs promesses n’ont pas été tenues. Cela a été une punition car les villes phares ont perdu.

Q.- Le nouveau gouvernement dirigé par le RNI peut-il aider à redresser les relations avec l’Espagne ?

R.- Ce sont des technocrates, des gens très préparés qui peuvent donner au pays plus d’ouverture, parce que le PJD n’avait pas non plus de relations internationales importantes et ils peuvent lui donner plus de projection. La femme d’Aziz Akhanuch [el nuevo primer ministro] est une femme d’affaires fougueuse, combative, et cela peut aider aussi. Pour la première fois, les maires de Casablanca et de Rabat sont des femmes. C’est un pas que l’on voit déjà qu’il peut y avoir des changements. Je ne vois pas ce changement de travers, je crois que le dialogue peut être plus facile par affinité, par culture, avec les pays européens et avec l’Espagne. Il est temps de repartir à zéro dans les relations entre l’Espagne et le Maroc, profitons-en pour parler des questions qui sont sur la table et qui n’ont jamais été résolues, pour parler du TAT, un « win-win », commençons à parler au même niveau et allons vers quelque chose qui nous intéresse tous.

DIGIS MAK, 01/11/2021