Panique en Espagne suite à la fermeture du gazoduc GME

Panique en Espagne suite à la fermeture du gazoduc GME – Elle arrive « au mauvais moment ».

L’une des principales sources d’approvisionnement en gaz de l’Espagne est menacée en raison des relations difficiles entre l’Algérie et le Maroc, deux pays clés pour l’approvisionnement en énergie des foyers espagnols.

L’accord pour l’utilisation du gazoduc Gaz-Maghreb-Europe (GME), qui relie l’Algérie aux réseaux de gaz espagnols via le Maroc, expire aujourd’hui, et son renouvellement est peu probable en raison de la dégradation des relations diplomatiques entre les deux pays d’Afrique du Nord. Selon les experts en énergie, il s’agit d’une « mauvaise nouvelle à un mauvais moment » pour l’Espagne.

Bien que les liens entre les voisins aient toujours été tendus, les relations se sont maintenant complètement effondrées en raison des tensions renouvelées sur le territoire contesté du Sahara occidental.

L’Espagne est l’un des marchés européens à la croissance la plus rapide en matière d’énergie renouvelable, avec une forte poussée dans l’énergie solaire et éolienne.

Pourtant, elle reste très dépendante des importations d’énergie, comptant sur l’Algérie pour la moitié de ses besoins en gaz naturel.

Le différend avec le Maroc et l’arrêt consécutif des expéditions par le gazoduc GME place donc l’Espagne « dans une situation compliquée », a déclaré Gonzalo Escribano, un expert en énergie du groupe de réflexion Elcano à Madrid, dans un entretien avec The Local.

La ministre espagnole de la Transition écologique Teresa Ribera a déclaré en début de semaine que le gouvernement avait pris des dispositions pour « continuer à assurer, de la meilleure façon, les livraisons de gaz par Medgaz selon un calendrier bien déterminé ».

« Nous avons augmenté le niveau des réserves » et « la capacité de recevoir des navires de GNL [gaz naturel liquéfié] », a déclaré la ministre dans une interview à la radio, ajoutant que le risque de pannes d’électricité cet hiver est « très limité ».

Le gazoduc Medgaz mentionné par Mme Ribera passe sous la Méditerranée, directement de l’Algérie à l’Espagne, et peut transporter huit milliards de mètres cubes (mmc) par an, soit un peu moins que le gazoduc GME, qui transporte près de 10 mmc par an. Toutefois, grâce à des travaux prévus, sa capacité pourrait atteindre 10,5 milliards de mètres cubes dès le mois de décembre de cette année.

Mais selon un spécialiste de la géopolitique de l’énergie, « l’Espagne n’est pas à l’abri de mauvaises surprises ». S’adressant au même journal, Thierry Bros a déclaré : « Sur le papier, c’est suffisant pour assurer le même niveau de livraisons ».

Suggérant que les plans du gouvernement n’empêcheront pas les citoyens espagnols de remarquer la perturbation de l’approvisionnement en énergie, il a ajouté : « Mais il y a la théorie et la pratique. »

M. Bros voit également des obstacles dans l’augmentation des livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) depuis l’Algérie par voie maritime, pour lesquelles des navires spéciaux capables de maintenir la température froide du gaz – essentielle pour le garder condensé sous forme liquide – sont nécessaires. « Il pourrait être compliqué de trouver de tels navires, surtout au moment où la demande de gaz est forte en Asie », a-t-il déclaré.

Express, 31/10/2021