Sahara Occidental: Négociations et approche impartiale (ICG)

Sahara Occidental: Négociations et approche impartiale (ICG) – La reprise des hostilités au Sahara occidental aggrave le sort de dizaines de milliers de réfugiés sahraouis et alimente les conflits en Afrique du Nord, au Sahel et en Europe

Le 29 octobre, le Conseil de sécurité de l’ONU votera sur le renouvellement de la mission de l’ONU au Sahara occidental. Après la reprise des hostilités l’an dernier et la nomination d’un nouvel envoyé, les membres du Conseil devraient marquer leur engagement à relancer les négociations et à adopter une approche impartiale du conflit.

La reprise des hostilités au Sahara occidental aggrave le sort de dizaines de milliers de réfugiés sahraouis et alimente les conflits en Afrique du Nord, au Sahel et en Europe. Le Conseil de sécurité de l’ONU, des mois après la reprise des combats, n’a pas encore pris de position claire pour faire face à la crise. Il est maintenant temps pour Washington d’agir et d’accorder une plus grande priorité à la résolution du conflit. Compte tenu de leur influence sur les deux parties, les États-Unis ont une responsabilité particulière avant une importante réunion du Conseil sur le territoire contesté ce mois-ci.

Le Maroc et le Front Polisario sont enfermés dans un conflit sur le Sahara occidental depuis 1975. Après une longue impasse diplomatique et la démission en mai 2019 de l’envoyé personnel de l’ONU, Horst Köhler, le fossé entre Rabat et le mouvement indépendantiste s’est creusé. Les tensions ont augmenté après que le Maroc a encouragé les gouvernements africains et arabes à ouvrir des consulats au Sahara occidental et le Polisario a riposté en bloquant une route principale traversant la région méridionale de Guerguerat.

On estime que 173 000 réfugiés vivent dans cinq camps près de la frontière algérienne avec le Sahara occidental et souhaitent rentrer une fois les combats terminés. Les conditions de vie des camps sont précaires. En avril 2020, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés estimait que seulement 12% de la population réfugiée était en sécurité alimentaire, avec une malnutrition aiguë chez les enfants âgés de six à 59 mois, passant de 4,7% de la population en 2016 à 7,6% en 2019.

Pendant plusieurs mois, cette reprise des hostilités n’a pas suscité de réponse internationale perceptible. L’administration américaine semble préférer éviter de confirmer ou d’annuler la reconnaissance par l’ancien président Donald Trump en décembre 2020 de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, une victoire majeure pour Rabat. Au lieu de cela, Washington s’est concentré sur le redémarrage du processus diplomatique dirigé par l’ONU en faisant pression sur le Maroc pour qu’il accepte le dernier candidat au poste d’envoyé de l’ONU, Staffan de Mistura. En octobre, l’ONU a annoncé la nomination de ce diplomate très expérimenté.

L’inertie internationale pourrait conduire des jeunes frustrés à entrer et à intensifier eux-mêmes le combat.

C’est une étape positive, mais la lenteur globale de la réaction de la communauté internationale aux événements au Sahara occidental a frustré les Sahraouis pro-Polisario. Les jeunes déplacés sont probablement le groupe le plus désillusionné. Certains demandent désormais au Polisario de tenter des opérations militaires plus audacieuses contre Rabat. Au fil du temps, l’inertie internationale à long terme pourrait conduire des jeunes frustrés à entrer et à intensifier eux-mêmes le combat, en particulier s’ils trouvent un acteur extérieur disposé à les soutenir.

Les tensions récentes entre le Maroc et l’Espagne ont également mis en évidence d’autres risques. À la mi-mai, Rabat aurait permis à des milliers de candidats à l’émigration d’affluer vers sa frontière avec les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla sur la côte nord-africaine. Cela semblait être des représailles contre la décision de Madrid en avril d’accueillir le chef du Polisario Brahim Ghali, qui avait besoin d’une hospitalisation urgente pour COVID-19. Le Maroc n’a repris sa police normale des frontières que quelques jours plus tard, mais cet incident a mis en évidence les répercussions potentielles du conflit sur la sécurité de l’Europe.

Si les États-Unis pensent qu’une négligence bénigne de cette crise de longue durée servira leurs intérêts, ils devraient réfléchir à nouveau.

Avec le nouvel émissaire en place et deux réunions clés du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Sahara occidental prévues pour la mi-octobre et la fin octobre, Washington devrait saisir l’occasion pour pousser le Conseil à reprendre les pourparlers maintenant.

Pour montrer qu’ils sont sérieux, les États-Unis devraient présenter publiquement des changements possibles au mandat de la MINURSO, l’organisation de maintien de la paix de l’ONU au Sahara Occidental. Il pourrait proposer de raccourcir le mandat de la MINURSO de douze à six mois afin que le Conseil puisse examiner et agir plus fréquemment sur l’évolution de la situation sur le terrain pour faire pression sur les deux parties. Dans la prochaine résolution réautorisant la MINURSO, elle pourrait également ajouter au langage standard sur la recherche « d’une solution politique réaliste, praticable et durable » une référence au droit du Sahara occidental à l’autodétermination. Sans cet ajout, le Polisario continuera à considérer l’ONU comme approuvant le plan d’autonomie du Maroc de 2007 comme solution permanente au conflit. Ce plan maintiendrait le Sahara occidental sous la souveraineté de Rabat tout en reconnaissant un certain degré d’autonomie à la région, sans aucune disposition pour le droit des Sahraouis à l’autodétermination. En ajoutant un langage clarifiant et en projetant une approche plus équilibrée du conflit, le Conseil pourrait aider à encourager le retour du Polisario à la table des négociations tout en laissant des choix ouverts pour l’autodétermination et les idées marocaines pour y parvenir.

Ces signaux pourraient suffire à convaincre les deux parties que Washington et le Conseil de sécurité sont sérieusement déterminés à trouver une solution durable au conflit, et le mouvement indépendantiste et la population réfugiée sahraouie qu’il y a encore un espoir de règlement politique. Faire pression sur les parties pour qu’elles reprennent les pourparlers est le seul moyen pour Washington d’ouvrir la voie pour améliorer les conditions humanitaires de milliers de réfugiés et contenir les menaces à la stabilité de la région et de l’Europe émanant de ce conflit. Des vies humaines sont manifestement en danger et une action rapide pour éviter une nouvelle escalade serait à la fois sage et opportune, car la situation se détériore. Les conséquences d’une inaction sont claires et contraires aux intérêts américains et mondiaux.

Susana Malcorra, co-présidente d’ICG
Thomas Pickering, membre du Conseil d’Administration et ancien co-président d’ICG

International Crisis Group, 29/10/2021