Le militant panafricaniste Kemi Seba, expulsé du Burkina Faso

Le militant panafricaniste Kemi Seba, expulsé du Burkina Faso. Il dérange et pas qu’en France.

Kemi Seba dérange et pas que la France, mais les dirigeants corrompus des pays africains qui se couchent devant Paris au détriment du continent.

Vendredi 29 octobre, aux alentours de 14 heures, Kemi Seba et plusieurs personnes travaillant avec lui ont été interpellés à Sabou, une petite ville située sur la RN 1, à 80 km de Ouagadougou. L’activiste franco-béninois se rendait à Bobo-Dioulasso pour participer à une manifestation « contre le néocolonialisme » qui devait se tenir ce Samedi.

Selon nos sources, Kemi Seba et trois membres de son ONG, Urgences panafricanistes, ont été détenus par les services de sécurité burkinabè mais les motifs de leur interpellation restent inconnus. À ce stade, nous ignorons ce qui leur est reproché », a déclaré à Jeune Afrique Roland Bayala, porte-parole de la Copa-BF, organisatrice de la manifestation.

Dans la matinée de samedi, ils ont été conduits à l’aéroport de Ouagadougou, selon Prosper Farama, l’avocat de Kemi Seba. Si ce dernier a été expulsé, ses trois collaborateurs sont toujours détenus par les services de sécurité du pays.

Nathalie Yamb s’est insurgé contre l’interpellation du militante béninois. Elle ne comprend pas cet acharnement contre la liberté de circuler, mais aussi la liberté d’expression du panafricaniste. Pour elle, malgré cette arrestation l’Afrique finira par se libérer.