Algérie. 1er Novembre 1954 : La décision historique des Six

1er Novembre 1954 : La décision historique des Six – Cette date a été retenue par le comité des 06 pour décider du déclenchement de l’action armée pour la libération du pays du colonialisme français

Un certain dimanche 1er Novembre 1954, cette date a été retenue par le comité des 06 pour décider du déclenchement de l’action armée pour la libération du pays du colonialisme français. Le comité des six en devoir de mémoire, a décidé de déclencher la guerre de libération après les deux dernières réunions qu’il avait tenues au mois d’octobre 1954. Ce comité décide, ensuite, de porter haut et fort la Révolution avec la création du FLN et son aile qu’est l’ALN, armée de libération nationale. L’action armée procédera, ensuite, à la proclamation du FLN qui rendra publique sa première déclaration officielle en direction du peuple algérien, qui est celle de la déclaration du 1er et Novembre pour l’informer du déclenchement de la guerre de Libération jusqu’à l’indépendance du pays. Les premiers martyrs de la révolution algérienne furent alors Badji Mokhtar, Didouche Mourad, Abdelmalek Ramdhan et Grine Belkacem. Ce sont globalement 1200 moudjahidine qui ont fait éclater la résistance avec les moyens de bords en absence d’armement sophistiqué tel celui de l’adversaire. Devant cet ennemi fort et bien armé en arsenal et en logistique de guerre, les Algériens ont pris les armes pour se défendre. Les événements ont évolué ensuite avec leurs lots de victimes parmi les chouhada que sont les martyrs et les fidayne pour que soit enfin proclamé le GPRA, le gouvernement provisoire de la République Algérienne. S’en suivra ensuite la tenue du congrès de la Soummam en 1956. Cependant, l’histoire retiendra et les historiens que les conditions de détournements d’avion des représentants algériens, qui représentaient le bureau politique à l’extérieur à la négociation autorisée par les autorités françaises sous l’égide de l’ex président tunisien Habib Bourguiba et de l’ex roi marocain Hassan II. La question algérienne sera ensuite portée devant l’ONU grâce à la grève des 08 jours. Celle-ci était décisive pour l’avenir politique et pour l’indépendance de l’Algérie. Après la création du GPRA qui était le gouvernement provisoire de l’Algérie, l’ex président français Charles De Gaulle, avait visité l’Algérie. Il annonce pour la première fois qu’il n’est pas de l’intérêt de la France de rester en Algérie et que par conséquent l’Algérie est devenue Algérienne. Cependant et en date du 10 Mai 1961, débuteront à ?vian les négociations algéro-françaises sur l’avenir du pays après 07 années de combat. Le conseil national de la Révolution algérienne décide de la nomination de Benyoucef Benkhedda comme président du GPRA et ce le 28 Août 1961. Avant la proclamation de l’indépendance de l’Algérie, des événements politiques ont marqué cette période émaillée par les attentats terroristes de l’OAS, après les manifestations de Ouargla en février 1962. Il s’agit de protester contre le projet de scission du Sahara. Le Référendum sur l’autodétermination de l’Algérie a lieu le 01 juillet 1962, et ce, après la signature des accords d’Evian par feu Krim Belkacem et Louis Joxe, l’ex ministre français. Bien avant cette date, Feu Seddik Benyahia remet le Mémorandum du Gouvernement algérien en réponse au Mémorandum français. La période de transition avant la proclamation officielle de l’indépendance du pays a été gérée par l’exécutif provisoire présidé par Abderrahman Farès. Aujourd’hui, nous commémorons cette date symbolique du 1er Novembre 1954 qui coïncide avec le déclenchement de notre glorieuse Révolution avec beaucoup d’indignation devant les prises de positions de certains politicards français. Mais nous célébrons cet anniversaire avec respect pour nos valeureux et glorieux martyrs qui ont arraché cette indépendance au péril de leur vie un certain 05 juillet 1962. Nous sommes fiers d’eux et respectueux pour notre histoire, celle d’une Algérie libre et indépendante qui a sacrifié un million et demi de martyrs au nom de la sainte Révolution pour que notre patrie devienne une Nation. La locomotive Algérie poursuit le chemin tracé par le congrès de la Soummam et par la Déclaration d’Alger au temps du GPRA. Par ailleurs, des ex parlementaires du Parlement algérien se sont insurgés contre le rejet des ex présidents de cette institution, la proposition de loi sur l’élargissement de la protection des symboles de la guerre. Pourquoi aucune loi n’a été promulguée pour élargir la protection légale des symboles de la guerre de libération Nationale à deux appellations, qui ont été les chevilles ouvrières de l’aboutissement de ce combat. Pourquoi, selon ces ex députés, la déclaration du premier Novembre 1954 est consacrée symbole de la libération nationale tandis que le couple FLN- ALN qui en est à l’origine est ignoré ? D’illustres moudjahidine et moudjahidate fustigent l’instrumentalisation politicienne d’un grandiose combat anticolonial par des acteurs qui n’étaient pas toujours à son avant garde, hier, lorsqu’il fallait affronter l’armée française et les colons ? Grâce à l’endurance et le jusqu’au-boutisme des Algériens et du WFLN- ALN, cette épopée nationale a abouti et sa mémoire mérite d’être protégée par l’état.

Auteur : NADIRA FOUDAD

Le Carrefour d’Algérie, 31/10/2021