Maroc : Bourita survole l’espace aérien algérien

Maroc : Bourita survole l’espace aérien algérien – Le sujet est au centre de bien des interrogations, à Madrid notamment où le gouvernement est pressé de s’exprimer sur la question.

Selon un fan des mouvement aériens, le chef de la diplomatie marocaine a loué un avion battant pavillon espagnol pour se rendre à Kigali, la capitale rwandaise en vue de participer à la réunion ministérielle préparatoire du sommet UE-AU qui se tiendra à Bruxelles.

Un média algérien appellent les « responsables algériens à interroger leurs homologues espagnols sur cet état de fait, pour éviter que cette souveraine décision soit contournée par ceux qui se sont positionnés en ennemis de l’Algérie ».

Un autre média rapporte l’info sous le titre de « La fermeture de notre espace aérien transforme les officiels en harragas »

Pour Le Soir d’Algérie, il s’agit d’un « passager clandestin nommé Bourita »

L’info a été saisie par le sénateur espagnol Carles Mulet Garcia, membre de la coalition politique Compromis de la communauté Valencienne (centre-gauche) pour poser une question au gouvernement à ce sujet dont voici le texte:

Question au Sénat

Le ministre marocain des affaires étrangères (le vrai, pas José Manuel Albares Bueno) a, selon la presse, violé l’espace aérien algérien le 25/10/2021, pays avec lequel il a rompu ses relations diplomatiques.

Selon certaines informations, afin de se rendre au récent sommet de l’Union africaine, ce ministre a dissimulé son vol pour envahir l’espace aérien algérien, se camouflant à l’intérieur d’un avion espagnol de la compagnie GESTAIR avec l’indicateur de navigation aérienne GES641R de Rabat à Kigali dans un DASSAULT Falcon 2000LX enregistré en Espagne sous le numéro EC-MMR.

Par conséquent, nous posons au gouvernement les questions suivantes:

Le gouvernement est-il au courant de cet incident et comment l’évalue-t-il ?
Est-il vrai que cet avion appartient à une société espagnole et est immatriculé en Espagne ?
Le gouvernement a-t-il l’intention d’enquêter sur cette affaire ?
Le gouvernement considère-t-il que ce genre de choses est positif pour les relations avec l’Algérie à l’heure où des accords gaziers sont en cours de négociation ?