Sahara Occidental: Appel à la reprise des négociations

Sahara Occidental: Appel à la reprise des négociations. La résolution ne mentionne pas les « hostilités de faible intensité » – comme un récent rapport des Nations Unies décrit les échanges violents entre les deux parties – qui ont fait rage l’année dernière

NATIONS UNIES – Le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé vendredi d’un an la mission de maintien de la paix de l’ONU dans la région contestée du Sahara occidental, exprimant son inquiétude face à la rupture du cessez-le-feu de 1991 entre le Maroc et le Front Polisario pro-indépendance et appelant à une reprise des négociations sous l’égide de l’ONU.

Le vote a été de 13-2, avec l’abstention de la Russie et de la Tunisie.

La résolution rédigée par les États-Unis ne mentionne pas le soutien des États-Unis à la revendication du Maroc sur le territoire riche en minéraux dans les derniers jours de l’administration Trump dans le cadre des efforts visant à amener le Maroc à reconnaître Israël. Et elle ne mentionne pas les « hostilités de faible intensité » – comme un récent rapport des Nations Unies décrit les échanges violents entre les deux parties – qui ont fait rage l’année dernière.

Le Maroc a annexé le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole censée posséder des gisements de pétrole offshore et des ressources minérales considérables, en 1975, déclenchant un conflit avec le Front Polisario. Les Nations unies ont négocié le cessez-le-feu de 1991 et établi une mission de maintien de la paix pour surveiller la trêve et aider à préparer un référendum sur l’avenir du territoire qui n’a jamais eu lieu en raison de désaccords sur les personnes autorisées à voter.

Le Maroc a proposé une large autonomie pour le Sahara occidental. Mais le Front Polisario insiste sur le fait que la population locale, qu’il estime entre 350 000 et 500 000 personnes, a droit à un référendum.

La résolution appelle les parties à reprendre les négociations sous l’égide de l’ONU sans conditions préalables, « en tenant compte des efforts déployés depuis 2006 et des développements ultérieurs en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ». Elle indique que cela devrait être fait « dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes de la Charte des Nations Unies, et en notant le rôle et les responsabilités des parties à cet égard. »

Deux tables rondes réunissant le Maroc et le Front Polisario, ainsi que les pays voisins, l’Algérie et la Mauritanie, en décembre 2018 et en mars 2019, n’ont pas permis d’avancer sur la question clé de savoir comment assurer l’autodétermination.

La résolution salue la nomination de Staffan de Mistura comme nouvel envoyé personnel du Secrétaire général Antonio Guterres pour le Sahara occidental.

The Washington Post, 29/10/2021