Pourquoi le silence de la Turquie sur la Tunisie

Pourquoi le silence de la Turquie sur la Tunisie. L’équilibrisme turc en Tunisie reflète sa politique axée sur les intérêts dans le voisinage méridional de l’Europe.

Alors qu’Ankara s’efforce de renforcer ses liens avec les pays du Maghreb, elle a opté pour une rhétorique mesurée sur la récente prise de pouvoir de Saïd.

La Turquie a adopté un langage modéré à l’égard du récent coup de force du président tunisien Kais Saied et a évité de le qualifier de coup d’État, tout en sachant que le cours des événements pourrait mettre en péril ses politiques en Afrique du Nord.

La Turquie a révisé son approche à l’égard de la Tunisie après que les partis laïques sont devenus plus importants dans la politique tunisienne après les élections de 2014. Cet ajustement politique a consisté à tendre la main aux partis laïques d’une part, tout en conservant des liens étroits avec le parti islamiste Ennahda d’autre part – une approche conforme aux efforts d’Ankara pour renforcer ses liens avec les pays du Maghreb, et qui recoupe les efforts de normalisation en cours entre Ankara et les capitales arabes.

L’Allemagne et les autres États européens devraient y voir une occasion d’encourager la désescalade régionale et de contribuer à un dialogue régional constructif.

Après que Saied a limogé le gouvernement tunisien en juillet, suspendu le parlement et pris un pouvoir quasi total, d’autres partis politiques l’ont accusé d’avoir organisé un coup d’État, tandis que de nombreux Tunisiens – épuisés par une situation économique qui s’est aggravée avec la pandémie de Covid-19 – sont descendus dans la rue et ont fait la fête.

Étonnamment, la Turquie a réagi avec plus de prudence qu’elle ne l’avait fait lorsque le coup d’État militaire de 2013 en Égypte a chassé le président Mohamed Morsi. Dans un premier temps, les représentants du parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), ont fortement critiqué la démarche de Saied, mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a adopté un ton plus doux après s’être entretenu avec le président tunisien, se contentant d’appeler à un retour aux activités du parlement. Ankara cherche clairement à éviter toute confrontation qui pourrait mettre en péril ses relations avec la Tunisie.

Une diplomatie intense

Ce n’est pas la première fois que la Turquie opte pour une rhétorique mesurée dans sa politique envers la Tunisie. L’accession d’Ennahda au pouvoir lors des élections de 2011 a motivé l’AKP à remodeler sa politique tunisienne en fonction de ses affinités politiques avec le parti. Cette politique post-soulèvement arabe s’est alignée sur la stratégie régionale d’Ankara, qui se concentrait principalement sur la formation de partenariats avec des partis politiques alignés sur la fraternité musulmane.

Ces années ont marqué une période d’intense diplomatie entre la Turquie et la Tunisie, qui a abouti à la signature d’une série d’accords de coopération, dont le traité d’amitié et de coopération de 2011 et la création en 2012 d’un conseil de coopération stratégique de haut niveau axé sur la sécurité et la défense.

Cet élan diplomatique a également permis de renforcer les relations économiques. La Turquie et la Tunisie avaient déjà établi un accord de libre-échange en 2005, mais le processus de levée des barrières commerciales sur de nombreux biens a été entièrement achevé en 2014.

Pourtant, les élections de 2014, tant présidentielles que parlementaires, ont modifié l’équilibre de la politique tunisienne en faveur des partis laïques et prouvé que le paysage politique est multipolaire, comprenant une polyphonie de voix. Les partis laïques bénéficient d’un solide soutien populaire, ce qui nécessite une recherche constante de consensus politique. Cela a obligé la Turquie à développer un réseau plus large d’acteurs sociaux et politiques, y compris les forces laïques, et a conduit à un changement dans l’approche de la Turquie vis-à-vis de la Tunisie.

Une autre dynamique qui a poussé la Turquie à remodeler sa stratégie a été la critique croissante de la Tunisie sur les politiques régionales d’Ankara et leurs implications pour la Tunisie. La critique la plus sérieuse était centrée sur la question des combattants tunisiens en Syrie, en Irak et en Libye ; en 2015, le ministre tunisien des Affaires étrangères a accusé Ankara de faciliter le transit de ces combattants, présentant des problèmes de sécurité pour les autorités tunisiennes.

Un paysage politique en mutation

Ennahda est aujourd’hui encore plus sous le feu des projecteurs car il est accusé de recevoir des financements étrangers, de ne pas empêcher la violence politique et la corruption, et d’entretenir des relations étroites avec la Turquie au-delà des canaux diplomatiques officiels.

Les relations chaleureuses du cofondateur du parti, Rached Ghannouchi, avec l’AKP ont suscité de nombreuses controverses en Tunisie. L’année dernière, Ghannouchi a fait l’objet de critiques massives après avoir voyagé pour rencontrer Erdogan sans en informer les autorités compétentes, ce qui a été perçu par ses opposants en Tunisie comme un dépassement de ses prérogatives en tant que président du parlement.

L’évolution du paysage politique a également affecté les relations économiques entre la Tunisie et la Turquie. Face à un déficit commercial croissant, les deux pays ont négocié pour modifier les termes de leur accord de libre-échange. Ankara considère donc que ses relations économiques avec la Tunisie sont fragiles, ce qui souligne la nécessité d’une politique bilatérale plus équilibrée.

Après la victoire du parti laïc tunisien Nidaa Tounes aux élections de 2014, Ankara a montré sa volonté d’approfondir les relations sous le nouveau président et le nouveau gouvernement, en félicitant Béji Caid Essebsi pour sa victoire à la présidentielle. En mai 2016, le Premier ministre tunisien Habib Essid s’est rendu en Turquie.

Les efforts diplomatiques pour tisser des liens avec les nouvelles forces politiques dirigeantes se sont intensifiés, notamment en termes de coopération sécuritaire. La Turquie a reformulé son engagement en Tunisie en visant à stimuler le rôle de la Turquie dans la modernisation militaire et le marché des armes de la Tunisie.

En 2017, les deux pays ont signé une série d’accords qui ont ouvert la voie au transfert de technologie et à la coopération militaire. L’année dernière, le ministère de la défense tunisien a signé un contrat avec Turkish Aerospace Industries pour l’achat de drones de moyenne altitude et longue endurance. La Tunisie est devenue le plus gros acheteur de véhicules blindés de la Turquie au Maghreb.

Un acte équilibré

L’objectif de l’engagement de la Turquie est de renforcer ses liens géostratégiques et géoéconomiques avec les pays du Maghreb. Ankara est donc désireuse de coopérer avec les pays de la région sur les questions économiques et de sécurité, et l’acte d’équilibrage de la Turquie en Tunisie reflète sa politique axée sur les intérêts dans le voisinage méridional de l’Europe.

Mais la Turquie est confrontée à un dilemme dans son acte d’équilibrage. D’une part, l’AKP, le parti au pouvoir en Turquie, continue d’entretenir des relations étroites avec Ennahda, mais d’autre part, il présente la Turquie comme un allié régional bipartisan et fiable qui peut offrir un soutien dans des domaines stratégiques, tels que la sécurité. Les forces laïques en Tunisie perçoivent le soutien de la Turquie à Ennahda comme une ingérence dans les affaires intérieures du pays, ce qui empêche un changement substantiel de la politique régionale de la Turquie.

La deuxième limite est le manque d’alliés de la Turquie. Les relations de la Turquie avec ses partenaires occidentaux et régionaux ont connu des hauts et des bas ces dernières années. La Turquie a récemment commencé à désamorcer les tensions avec l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, tout en cherchant à réparer les relations détériorées avec l’Occident.

Les réajustements de la Turquie suggèrent qu’Ankara est consciente de la nécessité d’un changement dans sa politique régionale. Mais les effets de cette stratégie de normalisation sont limités, et elle devrait être complétée par un cadre de coopération pour contribuer à la stabilité régionale.

De leur côté, les partenaires européens devraient surmonter leur réticence à collaborer avec la Turquie en Méditerranée. L’Europe devrait capitaliser sur cette opportunité et encourager l’approche diplomatique de la Turquie. La réponse officielle de la Turquie, qui appelle à la restauration de la légitimité démocratique en Tunisie, est conforme à celle de l’Union européenne et de ses États membres – un bon point de départ pour trouver un terrain d’entente en vue de renforcer la stabilité en Méditerranée.

Avec l’intérêt décroissant des États-Unis pour la Méditerranée, le rôle de l’Europe dans la région est devenu encore plus important. Si l’UE souhaite influencer et remodeler la dynamique régionale dans son voisinage méridional, les décideurs politiques devraient s’engager davantage, tant sur le plan politique qu’économique, afin d’éviter les risques liés à la polarisation et à l’inimitié régionales.

Une version plus longue de cette chronique a d’abord été publiée par l’Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité (SWP).

Nebahat Tanriverdi , Hurcan Asli Aksoy

Middle East Eye, 27/10/2021