Maroc-procès de Raïssouni: RSF appelle au respect des délais

Maroc-procès de Raïssouni: RSF appelle au respect des délais. Respecter les standards internationaux en matière de délai raisonnable de la procédure » liée au procès du journaliste Souleiman Raissouni

L’organisation Reporters sans frontières (RSF) a appelé, mercredi, la justice marocaine à respecter les délais raisonnables pour le procès du journaliste Souleiman Raissouni, en prison depuis plusieurs mois, et dont la phase de jugement en appel a commencé.

Sur sa page Twitter, l’organisation RSF a appelé la justice marocaine à « respecter les standards internationaux en matière de délai raisonnable de la procédure » liée au procès du journaliste Souleiman Raissouni. Auparavant, la cour d’appel de Casablanca a reporté l’audience du journaliste Souleiman Raissouni, pour la deuxième fois consécutive, au 3 novembre.

La défense a de nouveau déposé une demande de mise en liberté provisoire de son client. Plusieurs organisations de défense des droits humains et acteurs civils et politiques au Maroc et à l’étranger avaient précédemment appelé à la libération de Raissouni et de tous les détenus politiques au Maroc.

Le rédacteur en chef du quotidien Akhbar al Yaoum (interdit de parution depuis mars 2021), a été condamné en première instance le 10 juillet dernier, à cinq ans de prison ferme après un procès entaché d’ »irrégularités manifestes », selon des juristes et des organisations, Souleiman Raissouni ayant toujours contesté les faits qui lui sont reprochés (séquestration et viol).

L’été dernier, il avait observé une grève de la faim pendant 122 jours pour protester contre la prolongation de sa détention provisoire pendant plus d’un an. Son action lui a laissé d’importantes séquelles. Les juristes considèrent que l’accusation contre Raissouni est de nature politique, en raison de ses articles critiques envers le pouvoir. Deux autres journalistes marocains sont également dans le collimateur du régime marocain.

Le journaliste Omar Radi a été condamné à six ans de prison ferme pour « viol » et « espionnage ». Le fondateur du quotidien Akhbar al Yaoum Taoufik Bouachrine a lui aussi été condamné à 15 ans de prison pour des violences sexuelles qu’il a toujours niées.