Les immigrés algériens disent la vérité à la France

Les immigrés algériens disent la vérité à la France. Un bilan est tardivement engagé en France sur son passé colonial.

Lorsque l’écrivaine Kaoutar Harchi était une petite fille qui grandissait à Strasbourg il y a deux décennies, son professeur lui a offert un livre avec l’inscription « À ma petita Arabe ».

« Cela m’a profondément choqué et je ne l’ai jamais oublié », a déclaré Harchi, aujourd’hui âgé de 34 ans et romancier et sociologue à succès à Paris.

« C’était une façon de m’attribuer à mes origines, de dire que je n’étais pas française. »

Un bilan est tardivement engagé en France sur son passé colonial.

Il est dirigé par de jeunes écrivaines, cinéastes et chercheuses comme Harchi qui remettent en question le vieux mythe selon lequel les millions de personnes amenées pour travailler après la Seconde Guerre mondiale – principalement d’Algérie et du Maroc – étaient parfaitement intégrées sous le parapluie accueillant de la citoyenneté française.

« La France des années 50 et 60 était un endroit où, si vous étiez algérien et que vous preniez le métro, vous vous teniez près du mur parce que vous aviez peur que quelqu’un vous pousse », a déclaré Salima Tenfiche, chercheuse à l’Université de Paris.

Le week-end dernier a marqué le 60e anniversaire du massacre de Paris, lorsque des dizaines, voire des centaines, de manifestants indépendantistes algériens ont été tués par la police, dont beaucoup se sont noyés dans la Seine – un incident effacé de la mémoire nationale pendant des décennies.

La première génération d’immigrants a répondu en construisant un mur de silence.

« Toutes ces histoires, ce racisme, ces humiliations – ils ne pouvaient pas en parler avec leurs enfants. Il y avait beaucoup de honte et de souffrance. Beaucoup n’ont jamais trouvé leur place dans la société », a déclaré Tenfiche.

Langue d’exil

Aujourd’hui, une multitude de romanciers et d’artistes aident à abattre ce mur.

Soleil Amer de Lilia Hassaine, L’Art de perdre d’ Alice Zeniter , La Discrétion de Faiza Guene, sont tous inspirés de l’arrivée de leurs familles algériennes dans les années 1960 par des écrivains trentenaires.

Ou il y a le best-seller de Leila Slimani Le pays des autres , qui raconte comment son grand-père marocain a rencontré sa grand-mère française.

« Pour la première génération, ils devaient rester discrets pour survivre. Pour la seconde, qui avait été témoin des sacrifices de leurs parents, la question de la mémoire était secondaire. C’est la troisième génération, suffisamment éloignée de cette histoire douloureuse, qui est capable d’aborder ces questions », a déclaré Tenfiche.

Lina Soualem, 31 ans, vient de sortir un documentaire, Leur Algérie, qui se penche sur l’expérience de ses grands-parents venus en France dans les années 50.

« Nous n’avons jamais parlé de ces choses parce que la norme était le silence. Un silence qui s’est transmis de génération en génération comme si le langage de l’exil était finalement le silence », a-t-elle déclaré.

Son grand-père, largement muet tout au long du film, s’ouvre enfin lorsque Soualem retourne en Algérie et trouve les tombes de sa famille – quelque chose qu’aucun de ses proches n’avait fait depuis son arrivée en France.

Il avait travaillé dans une fabrique de couteaux à Clermont-Ferrand.

La ville est mondialement connue pour ses couteaux, mais elle n’a pu trouver aucune photo de lui dans le musée de la ville car aucune n’a jamais été prise des ouvriers algériens.

« Il ne s’agit pas de pardon ou de réconciliation. C’est une question de mémoire – le fait que nous puissions enfin parler de ces personnes qui ont toujours été oubliées dans le récit national français », a déclaré Soualem.

Il en est de même pour Hassaine, dont Soleil Amer a été nominé pour le premier prix littéraire Goncourt de France.

« Le sujet n’est pas tant l’Algérie, c’est le départ, le déracinement », dit Hassaine, 30 ans.

« Je voulais parler de la France et de la façon dont la première génération d’immigrés était traitée – le racisme. Mais je ne voulais pas le faire avec colère. Je voulais juste raconter l’histoire telle qu’elle était, parce que c’était aussi une belle histoire.

The Phnom Penh Post, 26/10/2021