La détérioration inquiétante de la sécurité au Mali et au Sahel

La détérioration inquiétante de la sécurité au Mali et au Sahel. L’ingérence russe va s’ajouter à la recrudescence de la violence.

Le 16 septembre 2021, le président français Emmanuel Macron a officiellement annoncé « un grand succès dans la lutte que nous menons contre les groupes terroristes au Sahel » : Après des semaines de rumeurs, l’Élysée a confirmé qu’Abou Walid Al Sahraoui, chef de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) et l’homme considéré comme « l’ennemi public numéro un » au Sahel depuis 2020, avait été abattu par un drone armé de l’opération Barkhane dans la forêt de Dangalous au Mali le 22 août 2021.

La mort d’Al Sahrawi représente un tournant potentiel pour l’évolution future des insurrections djihadistes au Sahel. Depuis la fin de  » l’exception sahélienne  » au début des années 2020, lorsque de violents affrontements entre partisans d’Al-Qaïda et affiliés de l’État islamique ont eu lieu dans le centre du Mali, Al Sahrawi a pu réorganiser ses troupes et renforcer la présence de l’ISGS dans la zone frontalière entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Sous sa direction, l’ISGS est devenu le groupe le plus meurtrier du Sahel, multipliant les attaques contre les forces de sécurité locales, la population civile et les nombreux acteurs internationaux opérant dans la région. De plus, malgré les divers succès tactiques de lutte contre le terrorisme qui ont permis aux forces impliquées dans l’opération Barkhane d’éliminer la plupart des dirigeants de l’ISGS au cours des deux dernières années, Al Sahrawi a réussi à faire avancer le processus de « sahélisation » de son groupe. Suivant une stratégie d’implantation locale et d' »ancrage social » qui caractérise presque tous les groupes djihadistes de la région, l’ISGS a intercepté et encouragé les griefs locaux préexistants et les tensions intercommunautaires – le plus souvent liés à des modèles dysfonctionnels de gouvernance et de gestion des terres, favorisés par les comportements prédateurs des institutions étatiques – en créant des liens solides avec des circonscriptions spécifiques. En conséquence, plusieurs experts suggèrent aujourd’hui que le prochain dirigeant de l’ISGS pourrait être choisi parmi la nouvelle génération de chefs recrutés dans la communauté Fulani de la région de Tillabéry, au Nigeria. Les effets à long terme de la mort d’Al Sahrawi dépendront de cette décision. Le choix de son successeur déterminera probablement la capacité de l’ISGS à maintenir et à renforcer son emprise sur les populations restantes de la zone contrôlée par le groupe.

« Les insurgés ont déjà démontré leur capacité à survivre à la mort de leurs chefs en formant de nouvelles générations de leaders, moins expérimentés mais ayant des liens plus forts avec les communautés locales ».

Dans le même temps, l’impact du retrait d’Al Sahrawi pourrait être plus symbolique qu’effectif. En fait, les groupes djihadistes de la région ont déjà démontré leur capacité à survivre à la mort de leurs chefs en formant de nouvelles générations de leaders, moins expérimentés dans la conduite d’une insurrection, mais ayant des liens plus forts avec les communautés environnantes. C’est l’une des principales limites des initiatives de lutte contre le terrorisme dans la région, qui n’ont jusqu’à présent pas réussi à s’attaquer aux causes profondes des insurrections, permettant à ces groupes de résister et de renforcer leur présence dans la région. En ce sens, le ton triomphaliste utilisé par les officiels français pour annoncer la mort du chef djihadiste doit surtout être compris en relation avec un autre événement important qui a eu lieu quelques jours plus tôt. Le 13 septembre, l’agence de presse Reuters a rendu publiques les négociations en cours entre le gouvernement malien et la société militaire privée russe Wagner Group concernant le déploiement éventuel de quelque 1 000 contractants Wagner dans le pays.

Loin d’être une simple société de sécurité privée, le groupe Wagner est devenu, ces dernières années, l’un des principaux outils utilisés par la Russie pour étendre son influence en Afrique. La décision du gouvernement malien de rechercher le soutien de la Russie semble être motivée par deux facteurs principaux. D’une part, après que le Mali a subi son deuxième coup d’État militaire en moins d’un an en mai 2021, la France et d’autres partenaires internationaux ont annoncé leur volonté de réorganiser leur présence dans la région, en se retirant partiellement du Mali et en réorientant leurs efforts vers le Niger. Incapable de gérer les insurrections djihadistes dans le centre et le nord du pays, craignant l' »abandon » partiel de ses alliés occidentaux et toujours affecté par des tensions et des divisions au sein de son leadership, le régime militaire malien tente désormais de s’appuyer sur la Russie pour sauvegarder son pouvoir à Bamako. En outre, le régime n’a pas réussi à mettre en œuvre les réformes politiques et constitutionnelles convenues avec la communauté internationale après le premier coup d’État d’août 2020. Selon le compromis négocié avec la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, les militaires auraient dû garantir une période de transition de 18 mois, à l’issue de laquelle de nouvelles élections présidentielles et législatives devraient être organisées en mars 2022. À ce stade, presque tous les experts excluent que la période de transition prenne fin effectivement au début de l’année prochaine, et que le régime accepte d’organiser de nouvelles élections.

« Les contractants russes joueraient le rôle de garants du régime, plutôt que de nouvelles troupes d’élite déployées contre les groupes djihadistes ».

Compte tenu à la fois de la position faible et divisée du régime et du retrait partiel annoncé par la France en juin, l’accord avec Wagner semble avant tout une tentative du gouvernement de transition de renforcer son pouvoir et d’être prêt si les protestations et la violence commencent à se répandre à Bamako. Confirmant une tradition bien établie, les contractants russes sont censés jouer le rôle de garants du régime, plutôt que de nouvelles troupes d’élite à déployer contre les groupes djihadistes.

Pris ensemble, la mort d’Al Sahrawi et l’affaire Mali-Wagner laissent penser qu’il faut s’attendre à une nouvelle déstabilisation du Sahel. D’une part, le fait que, après des années d’opérations limitées et secrètes, les intérêts russes au Sahel deviennent maintenant explicites pourrait ouvrir une nouvelle phase de compétition internationale et de nouvelles lignes de conflit potentielles. D’autre part, la réorganisation forcée à laquelle l’ISGS est actuellement confronté pourrait impliquer la nécessité pour le groupe de réaffirmer son pouvoir et sa cohésion interne par une recrudescence de la violence et des attaques.

EDOARDO BALDARO

Politica exterior, 26 de octubre de 2021