Détérioration des relations Algérie-Arabie-Qatar

Détérioration des relations Algérie-Arabie-Qatar. La cause : Les problèmes de l’Algérie avec le Maroc.

Les relations entre l’Algérie et certains pays du golfe Persique, notamment l’Arabie saoudite et le Qatar, se sont récemment détériorées en raison des problèmes de l’Algérie avec le Maroc.

Après avoir rompu ses relations avec le Maroc, l’Algérie a rejeté plusieurs offres de médiation du Koweït, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis pour résoudre le conflit et a refusé d’inscrire la question à l’ordre du jour de la récente réunion des ministres arabes des affaires étrangères.

L’establishment politique et les médias algériens estiment que le refus par Alger des offres de médiation a conduit l’Arabie saoudite à réagir en se prononçant en faveur de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, comme l’a fait le représentant permanent de l’Arabie saoudite à l’ONU il y a quelques jours.

Par ailleurs, le journal Al Shuruk, proche des autorités saoudiennes, a confirmé que la position de Riyad était en fait une réaction au « non » algérien.

Dans la même veine, le site Algerie Patriotique s’en prend à l’Arabie Saoudite dans un article intitulé « Le régime criminel des Saoudiens menace l’Algérie aux Nations Unies ».

Le site web de la chaîne de télévision algérienne An Nahar a également rapporté que les déclarations des représentants permanents de l’Arabie saoudite et du Qatar à l’ONU sur le Sahara occidental ont suscité la colère des milieux politiques en Algérie.

Au sein de la 4ème Commission de la 76ème Assemblée Générale des Nations Unies, l’Arabie Saoudite et le Qatar ont soutenu les efforts du Maroc pour parvenir à une « solution politique réaliste » au problème du Sahara.

« Riyad rejette toute attaque contre les intérêts suprêmes ou la souveraineté et l’intégrité territoriale du Royaume frère du Maroc », a déclaré Abdallah al Muallimi, représentant permanent de l’Arabie saoudite auprès de l’ONU.

Selon la chaîne de télévision An Nahar, « les déclarations des ambassadeurs saoudien et qatari interviennent à un moment où la communauté internationale ne reconnaît pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental ».

« Les déclarations des diplomates saoudiens et qataris ne tiennent pas compte des principes du droit international et des résolutions de la légitimité internationale qui traitent la question du Sahara occidental comme une question de décolonisation et ignorent ce que la Cour internationale de justice de La Haye a décidé en 1975 », a déclaré An Nahar.

An Nahar a fait référence à la décision du Congrès américain de ne pas autoriser l’ouverture d’un consulat au Sahara occidental, malgré la reconnaissance par Donald Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, après que le Maroc a normalisé ses relations avec le régime israélien.

Almanar, 25/10/2021